Calendrier de l’Avent – Jour 9 – Les plaisirs coupables

Le cinéma a quelque chose de très personnel dans son approche, ce qui est le cas de tout art. Selon nos influences, nos envies, nos goûts personnels et, parfois, selon nos humeurs, nous allons aimer des types de films différents. Et nous avons tous ces films que nous aimons voire que nous adorons, mais que l’on peine à assumer totalement. Ce sont nos plaisirs coupables. C’est parti pour une petite liste de mes plaisirs coupables personnels, mais aussi de ceux qui ont souvent tendance à être considérés en tant que tels !

Calendrier de l’Avent – Jour 9 : Les plaisirs coupables

Il y a différents types de plaisirs coupables, que l’on pourrait quasiment catégoriser, même si le plaisir coupable reste quelque chose de personne.

Forcément, lorsque l’on s’aventure sur ce terrain, on pense aux actioners musclés des années 80 et du début des années 90 avec des experts en la matière comme Arnold Schwazenegger dans Commando

Ou dans L’Effaceur.

On pense également à Jean-Claude Van Damme dans Bloodsport

Ou bien dans Double Impact.

Et jamais deux sans trois, avec Sylvester Stallone badass et parfaitement cliché dans Cobra

Et qui incarne la loi dans Judge Dredd.

Il y a aussi ces suites de films, dont on sait que c’est objectivement moins bon que le premier, mais qu’on ne peut s’empêcher d’aimer quand même, comme Die Hard 4, qui va toujours plus loin dans l’exagération…

Mais aussi Rambo III qui, bien que balayant définitivement les intentions du premier opus, se regarde tranquillement pour se détendre, et voir Sylvester dézinguer des méchants bien méchants.

Et, bien sûr, Mission : Impossible II, souvent considéré comme étant de loin le pire opus de la saga, pour son flot de cascades et d’explosions, ses invraisemblances, ses erreurs et ses incohérences, mais que je revois toujours avec plaisir.

N’oublions pas, non plus, Spider-Man 3 que j’apprécie aussi malgré sa malheureuse transformation peu convaincante de Peter Parker en bad boy insolent…

Et, tant qu’à être dans les suites, je reste encore prudent quand j’ai envie d’exprimer le fait qu’Avengers : Infinity War est un de mes grands coups de cœur de l’année, que j’aime voir et revoir, en sachant pertinemment que ce n’est pas le meilleur film de l’année.

Parmi les plaisirs coupables, on retrouve aussi, souvent, des films découverts enfant, et qu’on ne peut se résoudre à rejeter, comme Van Helsing avec Hugh Jackman…

Mais aussi Le Saint avec Val Kilmer…

Constantine avec Keanu Reeves…

Osons même rajouter le Ghost Rider avec Nicolas Cage…

La Ligue des Gentlemen Extraordinaires, avec le dernier rôle de Sean Connery…

La prélogie Star Wars, souvent boudée par beaucoup, notamment les plus puristes…

Un James Bond qui n’hésite pas à aller toujours plus loin dans la surenchère comme Meurs un autre jour

Ou encore le Godzilla de Roland Emmerich, avec Matthew Broderick et un Jean Reno « so American » avec son chewing-gum…

Ou bien même, encore, Blade avec Wesley Snipes, même si on peut moins le considérer comme « coupable » que d’autres.

Et les plaisirs coupables, ce sont aussi des comédies, pas toujours fines, mais que l’on s’amuse parfois à revoir, comme Borat

Mais aussi Rien que pour vos cheveux

Dumb & Dumber

Ou bien RRRrrr !!!… Attention, ça va être tout noir !

Sans oublier les bonnes comédies romantiques bonbon comme Bridget Jones

Alors, même si on sait que c’est mauvais ou pas forcément excellent, on peut passer un bon moment devant un nanar comme The Room

Ou un ersatz de nanar comme Sharknado

Une bonne dose d’action avec Sandra Bullock et Keanu Reeves dans Speed

Avec John Travolta avec From Paris With Love

Ou avec Jason Statham dans Hyper Tension.

Rappelez vous que bien que coupables, ils demeurent des plaisirs cinématographiques à part entière ! Et vous, quels sont vos plaisirs coupables ?


Précédentes entrées :

Jour 1 : Les films où il fait froid

Jour 2 : Les films qui rendent heureux

Jour 3 : Les films où il pleut

Jour 4 : Les films à huis clos

Jour 5 : Les films sur la nature

Jour 6 : Les films sur le voyage dans le temps

Jour 7 : Les films sur l’auto-justice

Jour 8 : Les films à voir entre amis

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

3 réflexions sur “Calendrier de l’Avent – Jour 9 – Les plaisirs coupables

  • 9 décembre 2018 à 11 h 09 min
    Permalien

    Bravo : très sympa ce calendrier de l’avent ciné ! Je le fais sur Twitter mais pas sur les mêmes thèmes :) Bonne continuation !

    Répondre
    • 9 décembre 2018 à 11 h 12 min
      Permalien

      Hello ! Merci beaucoup ! :) Content que ce petit concept puisse plaire !
      J’ai pu aller voir le tien aussi du coup ! ^^ On va pouvoir faire des calendriers de l’Avent de calendriers de l’Avent ^^
      A très bientôt !

      Répondre
  • 13 décembre 2018 à 11 h 27 min
    Permalien

    Dumb and Dumber.. énorme ce film, toute mon adolescence ^^ belle idée que cette note, merci à toi :)

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :