Calendrier de l’Avent – Jour 2 – Les films qui rendent heureux

Assez traîné dans le froid ! Ce qu’on veut, c’est être au chaud, se donner du baume au cœur, être heureux ! Alors, que diriez-vous de parler de films qui donnent la pêche, ceux que vous voulez ne jamais quitter, et que vous gardez en tête après, avec la sensation d’être invincible ? Forcément, on a tous nos références en la matière, donc cette liste reste toujours en grande partie personnelle et surtout, toujours non-exhaustive, alors n’hésitez pas à aussi faire part de vos films qui vous mettent en joie !

Calendrier de l’Avent – Jour 2 : Les films qui rendent heureux

Quand on a un coup de moins bien, quand on est envahi par les doutes, rien de mieux que se réfugier dans un bon film qui vous réchauffe le cœur !

Mon film référence en la matière, c’est La Vie Rêvée de Walter Mitty. N’importe qui peut se retrouver dans la peau de ce type ordinaire, dont la vie routinière l’ennuie, et qui passe à côté de sa propre vie. Déployer ses ailes, et faire le grand saut, une vraie invitation à s’émanciper !

Une émancipation, une évasion que vit également Amélie Poulain dans Le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet.

L’émancipation, c’est aussi ce que recherche Rocky Balboa dans la saga Rocky, superbe saga pleine d’humanité, qui nous invite à nous dépasser, qui donne envie de gravir les montagnes, de se lancer dans un long footing avec la musique de Bill Conti dans les oreilles.

La musique, elle, est une de nos meilleures armes pour chasser les mauvaises ondes, et c’est elle qu’utilisent les Blues Brothers, envoyés en « mission fom God » pour sauver l’orphelinat où ils ont grandi, entreprenant une tournée des plus tumultueuses et originales, où ils croiseront de grands noms comme Ray Charles et Aretha Franklin.

La musique ouvre aussi la porte du salut à Joe (Tony Curtis) et Jerry (Jack Lemmon) dans le classique Certains l’aiment chaud de Billy Wilder, se travestissant pour rejoindre un groupe musical exclusivement composé de femmes, donnant lieu à de multiples quiproquos, pour notre plus grand plaisir, et faisant fi des préjugés.

Des préjugés qui servent de base à Intouchables, qui fait se croiser deux hommes qui n’avaient a priori rien à voir et aucune chance de se rencontrer, liant une amitié d’abord pleine de défiance l’un envers l’autre, avant de faire preuve de défiance, ensemble, envers le monde qui les entoure. Boogie Wonderland !

Casser les codes, faire fi des préjugés, voilà qui est en parfait raccord avec le cinéma d’Ernst Lubitsch, un des grands maîtres de la comédie, que l’on pourrait citer pour Ninotchka et Sérénade à trois, mais dont je retiendrai surtout Jeux Dangereux, véritable chef d’oeuvre de la comédie.

En raccord avec le thème d’hier, comment ne pas penser au chef d’oeuvre de Frank Capra, La Vie est Belle, à cette renaissance d’un homme désespéré, prenant une magnifique revanche sur la vie et sur le monde ?

Car les leçons de vie, aussi improbables et folles puissent-elles être, nous font rêver, nous donnent envie d’y croire. Croire, sans se poser de questions, comme le fait Forrest Gump, traversant les épreuves les plus difficiles, mais les bravant toujours avec son innocence et sa détermination indéfectible.

Une détermination qui, aussi, valut à Andy Dufresne de nombreuses souffrances dans Les Évadés, un film douloureux, dur, mais au dénouement incroyablement émouvant et beau.

Car c’est souvent dans l’adversité que le bonheur devient encore plus grand, et ce n’est pas Charlie Chaplin qui dira le contraire, notamment dans Les Temps Modernes.

Alors on pourrait s’affranchir des règles le temps d’une journée comme Ferris Bueller

Se trouver une deuxième jeunesse comme Fantastic Mr Fox

En attendant, si vous le permettez, je remets un petit coup d’Earth Wind and Fire !

Et vous, quels sont les films qui vous rendent heureux ?


Précédentes entrées :

Jour 1 : Les films où il fait froid

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

4 pensées sur “Calendrier de l’Avent – Jour 2 – Les films qui rendent heureux

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :