Viendra le feu (Oliver Laxe, 2019) ★★ – Critique & Analyse

Il y a des jours comme celui-ci où le programme semble beaucoup plus libre, propice au visionnage de films dont on ne sait pratiquement rien, dont on ne parle quasiment jamais. C’est le cas de Viendra le feu (O que arde), film galicien présenté à Un Certain Regard.


Fiche du film

Affiche de Viendra le feu (2019)
Affiche de Viendra le feu (2019)
  • Genre : Drame
  • Réalisateur : Oliver Laxe
  • Année de sortie : 2019
  • Distribution : Amador Arias, Benedicta Sanchez, Inazio Abrao
  • Synopsis : Amador Coro a été condamné pour avoir provoqué un incendie. Lorsqu’il sort de prison, personne ne l’attend. Il retourne dans son village niché dans les montagnes de la Galice où vivent sa mère, Benedicta, et leurs trois vaches. Leurs vies s’écoulent lentement, au rythme apaisé de la nature. Jusqu’au jour où un feu vient à dévaster la région. (SensCritique)

Critique et Analyse

Viendra le feu (2019)
Viendra le feu (2019)

La Galice, région généralement peu connue et peu mise en avant, nous est ici présentée à travers l’histoire d’Amardo, qui sort de prison après avoir purgé une peine pour avoir déclenché un incendie. Seul, il retrouve son foyer et sa mère, vivant dans une petite ferme en pleine campagne. La solitude est très présente dans la vie d’Amardo, un homme qui parle peu et qui préfère se retirer dans la nature, où il vit paisiblement.

« La contemplation offerte par Oliver Laxe met en avant la beauté des paysages galiciens, mais le film souffre grandement d’un dosage mal géré à ce niveau, l’alourdissant inutilement. »

C’est sur ce ton que se développe Viendra le feu, qui met en avant les grands espaces de la Galice et le retour à la nature et à la simplicité. Ce côté reclus créé à la fois une sensation de paix et de sérénité, et une sensation d’isolement, l’impression d’être coupé du monde. La contemplation offerte par Oliver Laxe met en avant la beauté des paysages galiciens, mais le film souffre grandement d’un dosage mal géré à ce niveau, l’alourdissant inutilement.

Viendra le feu (2019)
Viendra le feu (2019)

En effet, nombreux sont les plans qui s’étirent longuement, sans que cela serve réellement le récit, ne produisant aucune puissance cinématographique, faisant des images de simples impressions d’instants de vie, qui ne racontent pas grand chose. Filmer le quotidien n’est pas synonyme d’ennui ou de vacuité, loin de là, mais on se demande par moments s’il valait mieux ne pas en faire un documentaire, tant l’intrigue patauge et s’étale inutilement, tandis que les images sont très belles, et les instants racontés, vrais. Pourtant, le dernier acte, déclenché par l’élément perturbateur qui intervient très tard, propose de superbes plans et de puissantes images. Mais il est déjà trop tard.

A l’issue de la séance, on comprend ce que le cinéaste voulait raconter et exprimer, mais l’étirement excessif de scènes qui ne le nécessitaient pas donne une désagréable impression de remplissage. Je me retrouve alors assez démuni, sans avoir énormément de choses à dire. On appréciera, finalement, cette exploration des paysages galiciens, cette vision d’un monde où la nature tient encore une part importante dans la vie des gens, mais c’était beaucoup, beaucoup trop long, et trop mal rythmé. Tous les ingrédients pour faire un grand film étaient là, mais la recette ne fonctionne pas, à mes yeux.

Date de sortie nationale : 4 septembre 2019.


Note et avis

2/5

Viendra le feu propose de beaux plans sur la Galice et une base intéressante, mais est considérablement alourdi par des étirements inutiles.

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :