Nuestras Madres (César Díaz, 2019) ★★★½ – Critique & Analyse

Aujourd’hui, dernier détour (normalement) du côté de la Semaine de la Critique, au moment où journalistes et festivaliers en tenue de soirée se ruent au Palais pour tenter d’avoir une place à la première séance du nouveau film de Quentin Tarantino. Pour moi, ce sera Nuestras Madres, film guatémaltèque en compétition à la Semaine de la Critique.


Fiche du film

Affiche de Nuestras Madres (2019)
Affiche de Nuestras Madres (2019)
  • Genre : Drame
  • Réalisateur : César Díaz
  • Année de sortie : 2019
  • Distribution : Armando Espitia, Emma Dib, Aurelia Caal
  • Synopsis : Guatemala, 2013. Le pays vit au rythme du procès des militaires à l’origine de la guerre civile. Les témoignages des victimes s’enchaînent. Ernesto, jeune anthropologue à la Fondation médico-légale, travaille à l’identification des disparus. Un jour, à travers le récit d’une vieille femme, Ernesto croit déceler une piste qui lui permettra de retrouver la trace de son père, guérillero. (SensCritique)

Critique et Analyse

Nuestras Madres (2019)
Nuestras Madres (2019)

De nos jours, Ernesto travaille dans un institut dont la mission est d’identifier des squelettes enterrés dans des fosses communes depuis des années, notamment depuis l’époque de la dictature. Un jour, une dame d’une soixantaine d’années lui demande de venir à son village déterrer le corps de son époux défunt, un ancien guérillero. A travers l’histoire de cette dame, et celle d’Ernesto, c’est la mémoire d’un pays, et celle de douloureux souvenirs, qui va être ravivée.

« Nuestras Madres propose de rouvrir une page sombre de l’histoire du Guatemala, dans le but de définitivement la refermer, de panser les plaies, et d’enfin rétablir la justice. »

La mission d’Ernesto est de travailler sur le devoir de mémoire, celui de la réhabilitation de ces morts, afin qu’ils puissent enfin trouver la paix, et que leur famille puisse faire leur deuil. Un deuil omniprésent, à travers l’absence de tous ces hommes, qui manquent à des femmes, à des frères et des sœurs, à des fils et des filles. Il accable Maria, mais aussi Ernesto. Et, de manière plus large, il accable le Guatemala tout entier. En effet, Nuestras Madres propose de rouvrir une page sombre de l’histoire du Guatemala, dans le but de définitivement la refermer, de panser les plaies, et d’enfin rétablir la justice.

Nuestras Madres (2019)
Nuestras Madres (2019)

D’un point de vue purement formel, Nuestras Madres est très classique et académique, sans recherche particulière sur la cinématographie, misant davantage sur l’écriture et le contexte historique qui entoure l’intrigue. Sur ce point, le film de César Diaz s’avère intelligent et pertinent, parvenant à faire prendre conscience au spectateur toutes les conséquences de la dictature, à l’échelle de la société, et, plus précisément, à travers le personnage d’Ernesto, qui fait partie de la génération née à cette époque. Il y a, toujours, cette idée de retrouver des repères perdus, de rester digne face aux horreurs perpétrées par la dictature, pour cultiver l’espoir que cela ne se reproduise pas et, surtout, que l’on ne l’oublie pas.

César Diaz donne ici naissance à un beau film, qui a beau être classique sur la forme, mais qui est très efficace et maîtrisé dans son traitement du fond. D’une durée relativement brève (environ 1h15), il arrive à faire preuve d’efficacité tout en développant bien ses personnages, notamment celui d’Ernesto, synthèse à lui seul d’une génération née de ruines et de chaos, et porteuse d’espoir pour un pays qui ne veut plus revivre cette horreur. Ce sont aussi des portraits de femmes, ces nombreuses veuves, héritière d’un monde dépourvus d’hommes, qu’elles entretiennent à travers leur travail et la mémoire, devenant les mères du pays lui-même.

Date de sortie nationale : Inconnue.


Note et avis

3.5/5

Bien que très classique, Nuestras Madres propose une histoire intéressante sur le présent et le passé difficile du Guatemala, bien racontée et pertinente.

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :