Rien que pour vos yeux (John Glen, 1981) – Critique & Analyse

Moonraker fut l’aventure de tous les excès pour James Bond, qui en a vu de toutes les couleurs dans un volet qui a pu plaire aux amateurs du Bond à la sauce Roger Moore, mais qui a sûrement décollé un peu trop vite. Toujours est-il que l’on revient sur la terre ferme avec Rien que pour vos yeux, inaugurant une nouvelle décennie, avec un nouveau réalisateur aux manettes.


Fiche du film

Affiche de Rien que pour vos yeux (1981)
Affiche de Rien que pour vos yeux (1981)
  • Genre : Action, Aventure, Espionnage
  • Réalisateur(s) : John Glen
  • Distribution : Roger Moore, Carole Bouquet, Topol
  • Année de sortie : 1981
  • Synopsis : Un bateau espion du Royaume-Uni sombre dans les eaux albanaises après avoir heurté une mine, engloutissant avec lui l’ATAC, système top secret de lancement de missiles. Les services secrets britanniques déclenchent une opération sous-marine discrète pour récupérer l’appareil. L’opération est conduite par un couple d’archéologues marins, Timothy et Iona Havelock. Mais le tueur cubain Hector Gonzalès interrompt brutalement les recherches en assassinant le couple sous les yeux de sa fille Mélina. James Bond entre alors en scène et s’en va enquêter, secondé de la séduisante et vengeresse Mélina, sur les liens de Gonzalès avec le système ATAC. Cela va les mener à Cortina d’Ampezzo et en Grèce… (SensCritique)

Critique et Analyse

Roger Moore dans Rien que pour vos yeux (1981)
Roger Moore dans Rien que pour vos yeux (1981)

Nouveau, John Glen ne l’est pas tant que cela, puisqu’il a officié en tant que monteur et assistant réalisateur sur Au service secret de Sa Majesté, L’Espion qui m’aimait et Moonraker. C’est donc déjà fort d’une expérience certaine en la matière qu’il se voit diriger pour la première fois un film de la saga. Et le « novice » va rapidement prendre ses marques pour apporter une nouvelle vision de James Bond. Après avoir déposé des fleurs sur la tombe de Teresa, qui ne fut malheureusement sa femme que quelques instants, débute une scène spectaculaire où 007 échappe à nouveau à la mort in extremis dans un mémorable vol en hélicoptère troublé par son grand ennemi : Blofeld. Jamais nous ne verrons son visage, mais celui-ci ne manquera pas d’être humilié par Bond avec un dénouement aussi amusant que déconcertant. L’humour reste la marque de fabrique de James Bond par les temps qui courent, mais cette pastille semble davantage ressembler à un pied de nez qu’à un gag gratuit, comme une volonté de se débarrasser de Blofeld, que l’EON n’a plus le droit d’utiliser après la perte d’un procès, et de montrer qu’ils sont capables de passer à autre chose, de faire quelque chose sans lui.

« Rien que pour vos yeux revient à un meilleur équilibre concernant l’action, l’humour et l’intrigue, sachant impressionner le spectateur, le divertir, tout en le tenant en haleine et en suscitant chez lui de l’intérêt pour cette nouvelle histoire. »

Et Rien que pour vos yeux va exactement proposer cela. Pour pimenter son film, John Glen inclut un élément qui tend à faire la marque de fabrique de ses films : la vengeance. Deux parents assassinés devant leur fille, et cette dernière se lance dans une vendetta personnelle, qui la mènera à se trouver sur le chemin de James Bond, qui enquêtait justement sur leur mort. Melina, incarnée par Carole Bouquet, va peu à peu devenir l’alliée de 007. Une James Bond girl mystérieuse, distante, froide, mais c’est ce qui fait tout l’intérêt de ce personnage qui a de la consistance et qui bénéficie d’une bonne écriture, l’un des points forts de ce douzième film. Rien que pour vos yeux revient à un meilleur équilibre concernant l’action, l’humour et l’intrigue, sachant impressionner le spectateur, le divertir, tout en le tenant en haleine et en suscitant chez lui de l’intérêt pour cette nouvelle histoire. 

Rien que pour vos yeux (1981)
Rien que pour vos yeux (1981)

John Glen semble revenir à ses premières amours, avec l’allusion très explicite à Teresa, souvent laissée de côté, mais aussi tout le chapitre se déroulant en montagne, avec les impressionnantes courses-poursuite à ski et en bobsleigh, nous rappelant au bon souvenir d’Au service secret de Sa Majesté, premier film sur lequel le cinéaste officia. Plus de gadgets, comme la terrible gondole roulante de Moonraker, offrant souvent des portes de sortie trop faciles pour Bond, ou donnant lieu à des scènes parfois ubuesques. Rien que pour vos yeux revient aux fondamentaux, contrastant drastiquement avec son prédécesseur, laissant plus de place au développement d’éléments permettant de bien structurer le film. Un film dont sa longueur lui est parfois reprochée, mais cela dépend, comme toujours, des attentes et de l’approche de chacun vis-à-vis d’un James Bond. Car celui-ci, sans être exempt de défauts, tient largement la route, et parvient à captiver grâce à un mélange harmonieux qui opère.

On retrouve en partie ce qui avait fonctionné dans L’Espion qui m’aimait, avec un peu plus de froideur cependant, et un certain sérieux qui lui apporte de la crédibilité, sans délaisser des touches d’humour ici suffisamment bien senties pour ne jamais dénaturer le film, et fonctionnant car toujours judicieuses. Il est d’ailleurs amusant de trouver en ligne une interview (à partir de 12:05) du cinéaste Robert Bresson, dont on se dit qu’il paraît totalement opposé à ce que représente James Bond, qui clame son émerveillement envers le film : « – Des mauvaises langues murmurent que vous êtes allé voir James Bond, c’est vrai ? – Oui […] J’ai été émerveillé, parce qu’il y a une écriture cinématographique, et c’est tout ce qui m’intéresse pour le moment, parce que je ne la vois nulle part. J’ai trouvé ça magnifique, et si j’avais pu le voir deux fois de suite et y retourner le lendemain, j’y serais retourné. » C’est donc très probablement ce qui fait le charme de Rien que pour vos yeux : une bonne écriture, de l’intelligence, une vision intéressante… C’est ce qui fait, à mes yeux, de ce douzième film l’un des plus intéressants de la saga.

Bande-annonce du film

Note et avis

En résumé

Une bonne écriture, un très bon dosage de l’humour et de l’action, Rien que pour vos yeux convainc grâce à sa capacité à être sérieux sans trop l’être, à divertir sans être excessif, et à toujours en mettre plein les yeux. Un très bon cru !

Overall
7.5/10
7.5/10

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :