L’Espion qui m’aimait (Lewis Gilbert, 1977) – Critique & Analyse

Après trois années d’absence pour cause de démêlés d’ordre judiciaire, James Bond est de retour sur le grand écran pour une dixième aventure. A des inégaux Vivre et laisser mourir et L’Homme au pistolet d’or succède ainsi l’estimé L’Espion qui m’aimait.


Fiche du film

Affiche de L'Espion qui m'aimait (1977)
Affiche de L’Espion qui m’aimait (1977)
  • Genre : Action, Aventure, Espionnage
  • Réalisateur(s) : Lewis Gilbert
  • Distribution : Roger Moore, Barbara Bach, Curd Jürgens, Richard Kiel
  • Année de sortie : 1977
  • Synopsis : Pour retrouver des sous-marins nucléaires russe et britannique qui ont mystérieusement disparu, James Bond fait équipe avec l’agent soviétique Anya Amasova. Leur mission les conduit à affronter un ennemi des plus dangereux en la personne de Requin, un géant de plus de 2 m quasiment indestructible et armé d’une mâchoire en acier aussi coupante qu’un rasoir.  (SensCritique)

Critique et Analyse

L'Espion qui m'aimait (1977)
L’Espion qui m’aimait (1977)

L’URSS, et l’arme nucléaire. Après quelques détours exotiques dans les précédents films, les vieux démons de la Guerre Froide refont surface suite à la mystérieuse disparition de sous-marins nucléaires. De quoi mettre le feu aux poudres, mais cette fois, les anglais ne vont pas agir seuls. C’est en unissant leurs forces avec les services secrets soviétiques qu’il vont tenter d’élucider ce mystère et empêcher que la situation ne tourne à la catastrophe. D’un côté, l’éternel James Bond, et de l’autre, l’agent Anya Amasova. Chacun est introduit à tour de rôle, chacun dans la même situation pour, directement, les associer par des points communs. Après Bond contre Scaramanga dans L’Homme au pistolet d’or, partirions-nous vers une nouvelle confrontation entre Bond et l’un de ses alter ego ? C’est bien ce qui se dessine dans L’Espion qui m’aimait, qui va offrir une relation intéressante entre l’agent britannique et l’agent russe, proposant un mélange amour/haine aussi amusant que judicieux, apportant à ce dixième film la substance qui manquait aux précédents.

« L’Espion qui m’aimait est un opus qui en met plein les yeux, divertissant, avec de l’humour dans les bonnes proportions, une intrigue intéressante et de l’action de qualité. »

C’est ce qui permet à la fois à Roger Moore d’enfin bien trouver ses marques, tout en équilibrant la présence de Bond avec celle d’un autre personnage. Il est vrai que les personnages secondaires, notamment féminins, sont souvent écrasés par l’aura du célèbre agent britannique, mais celui d’Anya Amasova offre enfin un personnage féminin fort à la saga, et l’une des meilleures James Bond girls. Bond travaille en équipe, toujours dans une tension sous-jacente due aux événements survenus au début du film, et on apprécie cette alliance qui fonctionne également grâce à l’alchimie liant les deux acteurs. L’Espion qui m’aimait est un opus qui en met plein les yeux, divertissant, avec de l’humour dans les bonnes proportions, une intrigue intéressante et de l’action de qualité.

Roger Moore et Richard Kiel dans L'Espion qui m'aimait (1977)
Roger Moore et Richard Kiel dans L’Espion qui m’aimait (1977)

On remarque que L’Espion qui m’aimait capitalise sur des éléments déjà vus dans la saga. On pense par exemple aux scènes dans le train qui évoquent Bons baisers de Russie, ainsi que l’épilogue de Vivre et laisser mourir. La présence des services secrets soviétiques et, notamment, d’Anya Amasova, rappellent aussi, bien sûr, le second film de la franchise. Enfin, c’est certainement avec On ne vit que deux fois que ce dixième volet partage le plus de points communs, suivant un scénario presque identique, avec un énorme tanker rappelant grandement le mystérieux vaisseau du précédent film, un Curd Jürgens sous les traits de Karl Stromberg, qui ne s’appelle pas Blofeld uniquement pour des raisons de droits, et, enfin, Lewis Gilbert, déjà réalisateur d’On ne vit que deux fois, aux commandes. Mais là où le précédent film générait une impression de répétition, L’Espion qui m’aimait provoque un vent de fraîcheur, avec ce spectacle généreux et bien construit.

Et que serait un bon James Bond sans un méchant à la hauteur ? Car L’Espion qui m’aimait, c’est aussi la première apparition à l’écran du légendaire Requin, cet immense sbire aux dents d’acier, quasiment invincible, ne prononçant aucun mot, mais qui s’avère omniprésent. James Bond trouve enfin des adversaires et une alliée à sa hauteur, dans un opus qui tire son épingle du jeu grâce à sa bonne gestion du rythme, de l’humour et de l’action, divertissant le spectateur sans jamais trop en faire. Un très bon épisode !

Bande-annonce du film

Note et avis

En résumé

La saga retrouve enfin son souffle ! Un dixième volet spectaculaire et généreux, où Moore trouve enfin ses marques aux côtés d’une Barbara Bach qui incarne un personnage féminin fort. Des similitudes avec On ne vit que deux fois et surtout, on découvre le mythique Requin.

Overall
7.5/10
7.5/10

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :