Au service secret de Sa Majesté (Peter Hunt, 1969) – Critique & Analyse

Petite révolution dans l’univers James Bond. Pour la première fois depuis le début de la saga, le plus célèbre des agents secrets a changé de visage. A Sean Connery succède un illustre inconnu, George Lazenby, qui début dans Au service secret de Sa Majesté, qui sera son premier et dernier film en tant que 007. Un passage peu connu de l’histoire de James Bond au cinéma, et c’est fort regrettable.


Fiche du film

Affiche d'Au service secret de Sa Majesté (1969)
Affiche d’Au service secret de Sa Majesté (1969)
  • Genre : Action, Aventure, Espionnage
  • Réalisateur(s) : Peter Hunt
  • Distribution : George Lazenby, Diana Rigg, Telly Savalas
  • Année de sortie : 1969
  • Synopsis : En parfait gentleman, James Bond empêche une superbe créature de se suicider et tombe amoureux d’elle. La jeune femme n’est autre que la fille d’un des parrains les plus puissants de la mafia corse. Parallèlement, 007 doit arrêter son plus grand ennemi, Ernst Stavro Blofeld, bien décidé à propager un virus capable de stériliser l’humanité. (SensCritique)

Critique et Analyse

Diana Rigg et George Lazenby dans Au service secret de Sa Majesté (1969)
Diana Rigg et George Lazenby dans Au service secret de Sa Majesté (1969)

Il est certain que nous nous étions habitués à la présence de Sean Connery, qui portait la saga depuis le début. Au fil du temps, James Bond a trouvé ses marques, et une sorte de schéma s’est construit, se dévoilant notamment avec Goldfinger, et se retrouvant ensuite de film en film. Mais, malgré cet entrain et ce bon rythme, la saga commençait doucement à tourner en rond. Ce changement d’acteur tombait alors à point nommé pour casser la dynamique et tenter quelque chose d’autre, ce qui est complètement le cas d’Au service de Sa Majesté, un film qui se veut aussi plus proche du roman dont il est adapté.

« Au service secret de Sa Majesté délaisse le cynisme et la grandiloquence pour faire preuve de plus d’humanité, allant davantage à l’essentiel, développant son personnage principal, avec un Bond plus sensible et fragile, se dévoilant plus qu’auparavant. »

A la fois pour rendre hommage et pour ne pas déstabiliser le spectateur face à ce changement, le film fait référence à plusieurs fois aux précédents, comme la scène où Bond vide le tiroir de son bureau, quand un homme qui balaie siffle l’air de Goldfinger, lorsque le générique affiche des images des autres films, jusqu’à briser le quatrième mur lorsque Bond prononce la phrase suivante juste avant le générique : « This never happened to the other fellow. » Toutefois, il faut passer à autre chose. Et cet opus le montre rapidement, en faisant preuve de beaucoup de sobriété, excluant les gadgets, évitant la surenchère, laissant l’action progresser au fil du film pour suivre un rythme croissant. Au service secret de Sa Majesté délaisse le cynisme et la grandiloquence pour faire preuve de plus d’humanité, allant davantage à l’essentiel, développant son personnage principal, avec un Bond plus sensible et fragile, se dévoilant plus qu’auparavant.

Telly Savalas et George Lazenby dans Au service secret de Sa Majesté (1969)
Telly Savalas et George Lazenby dans Au service secret de Sa Majesté (1969)

Car, jusqu’ici, nous suivions l’agent qui accomplissait ses missions, mais tout cela ne permettait pas d’en savoir beaucoup sur l’homme. Au service secret de Sa Majesté s’y intéresse enfin, pour donner beaucoup de relief au personnage. Et cela passe notamment par le développement du personnage de Tracy, magnifiquement incarné par Diana Rigg, qui est l’un des rares personnages de la saga à avoir eu une présence suffisante pour être au moins à l’égal de Bond lui-même. L’intraitable agent britannique se montre alors sous un nouveau visage, devant faire face à ses propres faiblesses et remettant en question ses certitudes. Car c’est probablement le réalisme qui caractérise le plus ce film, qui laisse plus de temps au développement de ses personnages, simplifiant son intrigue, qui est loin de manquer d’intérêt également.

Nous retrouvons en effet Blofeld, l’ennemi n°1 de Bond, incarné par un Telly Savalas charismatique, plus malicieux que le glaçant Donald Pleasence, pour un affrontement psychologique avant tout, même si le film nous gratifie de grands moments d’action, les impressionnantes scènes de poursuite en ski en premier. Au service secret de Sa Majesté est l’un de mes Bond préférés depuis longtemps, grâce à son côté unique et à part dans la saga, son sens du rythme qui, malgré un démarrage calme, ne génère aucun ennui, l’émotion qu’il véhicule, la sublime Diana Rigg, et tout le mérite d’un George Lazenby qui délivre une très belle prestation malgré son inexpérience. Plus qu’un film James Bond, c’est vraiment un film sur James Bond, avec de véritables enjeux, de l’intelligence et, bien sûr, ce final mémorable qui cueille le spectateur. Peu se souviennent de ou connaissent George Lazenby ainsi que ce film et, pourtant, il s’agit de l’un des meilleurs crus ou, au moins, de l’un des plus intéressants.

Bande-annonce du film

Note et avis

En résumé

Au service secret de Sa Majesté est l’une des grandes réussites de cette saga. Un film volontiers plus humain, terre-à-terre, moins cynique, s’intéressant à l’homme au-delà de l’agent, allant crescendo jusqu’à ce fameux dénouement qui cueille le spectateur.

Overall
8.5/10
8.5/10

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

1 réflexion sur “Au service secret de Sa Majesté (Peter Hunt, 1969) – Critique & Analyse

  • 24 septembre 2020 à 4 h 47 min
    Permalien

    Très bel article sur cette parenthèse passionnante que j’ai également évoqué chez moi. Et aussi l’occasion de saluer la mémoire de l’inoubliable Diana Rigg disparue tout récemment.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :