Affiche de New York 1997 (1981)

Affiche de New York 1997 (1981)

Face à la criminalité galopante, le gouvernement américain a décidé de transformer Manhattan en une vaste prison à ciel ouvert afin d’y envoyer tous les criminels et délinquants, et qu’ils n’en réchappent jamais. Seulement, un jour, Air Force One est détourné par des terroristes et l’avion s’écrase sur l’île. Le président s’en sort, mais est capturé. C’est alors qu’un dénommé Snake Plissken, ancien des forces spéciales devenu hors-la-loi et condamné à rejoindre l’île, va se voir proposer une mission afin de secourir et d’évacuer le président ainsi qu’une cassette contenant des enregistrements secrets, contre une grâce, et ce dans les 22 heures qui suivent.

Kurt Russell dans New York 1997 (1981)

Kurt Russell dans New York 1997 (1981)

On plonge alors dans une ambiance sombre où la ville n’est plus qu’une ville fantôme, habitée par des petits groupements de hors-la-loi qui subsistent comme ils peuvent. Le rendu est bon, avec un Kurt Russell qui colle parfaitement au rôle et n’a pas besoin de prononcer de mot pour avoir l’air bien badass. Ce qui est un peu regrettable, c’est certaines facilités dans le scénario, et que le personnage principal, même s’il transpire de charisme et de testostérone, manque de fermeté et du leadership qu’on attend d’un tel héros.

Dans la lignée de son contemporain Mad Max, et proche du futur Terminator, New York 1997 est un bon film de SF/action. Il aurait, peut-être, pu être encore mieux, mais se laisse facilement regarder. Son ambiance post-apocalyptique est bien soignée et New York 1997 fait bien partie des références du genre.

Note : 7,5/10.

Bande-annonce de New York 1997

https://www.youtube.com/watch?v=8-LDW7tWwAI