New York 1997, John Carpenter, 1981 : Une journée en enfer

Affiche de New York 1997 (1981)
Affiche de New York 1997 (1981)

Face à la criminalité galopante, le gouvernement américain a décidé de transformer Manhattan en une vaste prison à ciel ouvert afin d’y envoyer tous les criminels et délinquants, et qu’ils n’en réchappent jamais. Seulement, un jour, Air Force One est détourné par des terroristes et l’avion s’écrase sur l’île. Le président s’en sort, mais est capturé. C’est alors qu’un dénommé Snake Plissken, ancien des forces spéciales devenu hors-la-loi et condamné à rejoindre l’île, va se voir proposer une mission afin de secourir et d’évacuer le président ainsi qu’une cassette contenant des enregistrements secrets, contre une grâce, et ce dans les 22 heures qui suivent.

Kurt Russell dans New York 1997 (1981)
Kurt Russell dans New York 1997 (1981)

On plonge alors dans une ambiance sombre où la ville n’est plus qu’une ville fantôme, habitée par des petits groupements de hors-la-loi qui subsistent comme ils peuvent. Le rendu est bon, avec un Kurt Russell qui colle parfaitement au rôle et n’a pas besoin de prononcer de mot pour avoir l’air bien badass. Largement empreint de l’influence du western, genre fétiche de Carpenter, New York 1997 nous immerge dans un futur désolé, dénonçant l’incapacité du pouvoir à éradiquer le crime, autant que ce dernier est inhérent à l’humain. L’image d’un futur où la volonté d’établir un ordre inébranlable est rapidement rejetée par l’imperméabilité des humains quant au respect des lois. Une oeuvre loin d’être manichéenne cependant, illustrant une volonté de liberté, autant mise à mal par les institutions que par les groupuscules qui prônent la liberté à travers la terreur. Au milieu de ce chaos, Snake Plissken, personnage devenu légendaire, emblème d’une renonciation généralisée vis-à-vis du monde qui l’entoure.

Dans la lignée de son contemporain Mad Max, et proche du futur Terminator, New York 1997 marque la science-fiction et le cinéma d’anticipation, créant l’image d’un futur désolé et sans espoir. Il aurait, peut-être, pu être encore mieux, mais se laisse facilement regarder. Son ambiance post-apocalyptique est bien soignée et New York 1997 fait bien partie des références du genre.

Note : 7,5/10.

Bande-annonce de New York 1997

https://www.youtube.com/watch?v=8-LDW7tWwAI

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Une pensée sur “New York 1997, John Carpenter, 1981 : Une journée en enfer

  • 8 avril 2019 à 7 h 19 min
    Permalink

    Plissken est un personnage très proche de Mad Max en effet, dans ce qui apparaît comme un des meilleurs Carpenter. Je crois que la force du film tient beaucoup à cette absence de repères moraux, qui nous oblige inconsciemment à épouser la cause des hors la loi, en tous cas les moins antipathiques. C’est une vision assez actuelle de la société, non content d’avoir visuellement anticipé le drame de du 11 septembre.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :