Le Cas Richard Jewell (Clint Eastwood, 2020) ★★★★ : La fabrique des héros

S’il a bientôt quatre-vingt-dix ans, Clint Eastwood a rarement été aussi prolifique. De retour devant la caméra l’année dernière dans le testamentaire La Mule, il reste cette fois derrière la caméra pour nous raconter Le Cas Richard Jewell, nouvelle exploration captivante de la figure du héros américain.


Fiche du film

Affiche de Le Cas Richard Jewell (2020)
Affiche de Le Cas Richard Jewell (2020)
  • Genre : Drame
  • Réalisateur : Clint Eastwood
  • Distribution : Paul Walter Hauser, Jon Hamm, Kathy Bates
  • Année de sortie : 2020
  • Synopsis : En 1996, Richard Jewell fait partie de l’équipe chargée de la sécurité des Jeux d’Atlanta. Il est l’un des premiers à alerter de la présence d’une bombe et à sauver des vies. Mais il se retrouve bientôt suspecté… de terrorisme, passant du statut de héros à celui d’homme le plus détesté des Etats-Unis. Il fut innocenté trois mois plus tard par le FBI mais sa réputation ne fut jamais complètement rétablie, sa santé étant endommagée par l’expérience. (SensCritique)

Critique et Analyse

Le Cas Richard Jewell (2020) © Warner Bros.
Le Cas Richard Jewell (2020) © Warner Bros. France

Les premières minutes du film nous font découvrir le personnage de Richard Jewell. D’abord commis aux fournitures dans un bureau d’avocats, il souhaite avant tout mener une carrière dans les forces de l’ordre, pour faire respecter « la loi et l’ordre » et « protéger son prochain ». Solitaire, l’homme aime les armes, que ce soit en jouant à une borne d’arcade, en se testant au stand de tir ou, simplement, en les collectionnant dans sa chambre. Vivant toujours chez sa mère, brave et volontaire, il a des airs de grand enfant aux rêves aussi modestes que sincères. C’est, cependant, dans sa confrontation face au monde, aux institutions qu’il respectait alors, qui va le conduire à la déchéance, autant que lui offrir l’opportunité de s’exprimer, d’ouvrir les yeux et, quelque part, de s’accomplir.

« Le héros semble incarner un certain visage de l’Amérique populaire, avec ses aspirations mais, surtout, des repères qui s’effritent. »

L’histoire de Richard Jewell, agent de sécurité qui repéra une bombe et évita un massacre lors des jeux d’Atlanta en 1996, n’est pas sans rappeler celle de Sully Sullenberger, également adaptée au cinéma par Clint Eastwood dans Sully (2016). Nous y retrouvons deux héros ordinaires, ayant agi par instinct et sauvé de nombreuses vies, qui doivent faire face au jugement et à la reconsidération de leurs actes. Le Cas Richard Jewell offre cependant une perspective différente de celle de Sully, se bâtissant sur la poursuite d’un idéal, où le héros semble incarner un certain visage de l’Amérique populaire, avec ses aspirations mais, surtout, des repères qui s’effritent.

Le Cas Richard Jewell (2020) © Warner Bros.
Le Cas Richard Jewell (2020) © Warner Bros. France

A peine l’acte de bravoure réalisé, que le monde s’en empare et se l’approprie. Seul détenteur de la vérité, avec le spectateur ici convié par Clint Eastwood, Richard Jewell doit cependant composer avec la recherche du coupable idéal, et cette démarche d’écriture et de réécriture de l’histoire, opérant souvent dans l’instantané, voire dans la précipitation. Les mécanismes ici exposés, basés, notamment, sur une déformation de la vérité pour faire les gros titres, n’est pas sans rappeler Le Gouffre aux Chimères (1951) de Billy Wilder. Ici, c’est d’ailleurs surtout le personnage de l’agent Shaw qui fait écho à celui de Chuck Tatum dans le film de Wilder, dans cette propension à manipuler la réalité pour la tourner à son avantage, plus que celui de la journaliste Kathy Scruggs, incarnée par Olivia Wilde.

« Le héros semble incarner un certain visage de l’Amérique populaire, avec ses aspirations mais, surtout, des repères qui s’effritent. »

On voit donc ici clairement une dénonciation de la société du buzz, de l’appropriation de l’événement dès qu’il est découvert, la primeur étant le Saint Graal, et la vérité, accessoire. Cependant, c’est aussi et même, surtout, un film qui établit un portrait, s’intéressant à la manière dont Richard Jewell et son entourage ont vécu cette affaire. Clint Eastwood ne s’intéresse pas qu’aux manipulations des média et du FBI, il décrit un homme touchant par sa bonhomie, sa bravoure et son honnêteté manifeste, qui devient, vue de l’extérieure, sujette aux doutes. Le héros n’en est pas un, juste un homme comme un autre, qui incarne certaines valeurs d’une certaine Amérique d’aujourd’hui. Il veut trouver sa place dans la société, œuvrer pour le bien des autres tout en se prouvant à lui et aux autres, il est convaincu que se dédier au maintien de l’ordre et de la loi est essentiel pour maintenir l’équilibre dans la société et l’empêcher de sombrer dans le chaos.

Le Cas Richard Jewell (2020) © Warner Bros.
Le Cas Richard Jewell (2020) © Warner Bros. France

Richard Jewell nous est attachant par sa personnalité, mais est inquiétant aux yeux des autres personnages, ceux-ci n’ayant que des faits passés et sans réel contexte comme base de jugement envers lui. Clint Eastwood oriente donc l’écriture de son histoire et de ses personnages dans cette confrontation de points de vue, qui paraît manichéenne à première vue, notamment à travers les personnages de la journaliste (parfois assez caricaturale) et des agents du FBI, suscitant l’indignation du spectateur. Toutefois, grâce, notamment, à une mise en scène très épurée, épargnant tout sentimentalisme, Clint Eastwood véhicule, certes, de l’empathie envers le personnage principal, mais il ne s’engage pas dans une adhésion complète à tous les idéaux qu’il peut prôner.

Le Cas Richard Jewell (2020) © Warner Bros. France
Le Cas Richard Jewell (2020) © Warner Bros. France

C’est ce que l’on constate, notamment, lors de la perquisition du domicile des Jewell, lorsque les agents du FBI découvrent tout l’arsenal de Richard, posé sur son lit à la demande de son avocat. La scène fait rire, cette collection ressemblant à une véritable armurerie, et soulignant l’éternelle problématique de la possession des armes aux Etats-Unis. De même, la scène où l’avocat réprimande Richard, lequel manque de raconter des détails importants de sa vie, ou qu’il a fait des choses pouvant être compromettantes dans le cadre des accusations qui l’accablent, font penser à un professeur qui réprimande un élève, ou à un parent avec son enfant. C’est cette sorte d’inconscience qui est montrée par Eastwood.

Le Cas Richard Jewell (2020) © Warner Bros. France
Le Cas Richard Jewell (2020) © Warner Bros. France

Le constat et les rapports de force sont là, et le cinéaste se veut plus rapporteur que conteur, ne réécrivant pas (à l’inverse de la journaliste par exemple), ou le moins possible, évitant au maximum les artifices qu’il pourrait incorporer, volontairement ou non, pour rester le plus fidèle possible à ce qui fut. Il ne manque pas d’appuyer certains moments, peut-être, parfois, il est vrai, un peu trop. Cependant, l’objectif est d’aller à l’essentiel. Le réalisateur expose tout de même un point de vue, mais il se diffuse dans toute cette restitution des faits et cette histoire, laissant finalement le spectateur seul juge.

Le Cas Richard Jewell (2020) © Warner Bros. France
Le Cas Richard Jewell (2020) © Warner Bros. France

C’est donc, derrière le jeu des médias et du FBI, un nouvel état des lieux de l’Amérique moderne que le cinéaste propose, par le prisme du héros ordinaire, nouvelle figure récurrente de sa filmographie. Si les acteurs qui nous sont familiers, comme Kathy Bates, Sam Rockwell et Jon Hamm, sont au rendez-vous, c’est bien Paul Walter Hauser, acteur méconnu, qui captive toute notre attention. Intense, poignant, il réalise une performance époustouflante et habitée, parvenant à émouvoir le spectateur et délivrant toute la puissance émotionnelle nécessaire au développement du personnage de Richard Jewell. Parfaitement dosé au niveau du rythme, on n’en perd pas une miette, restant captivés de bout en bout. S’il reste fidèle à son cinéma et à ses composantes récurrentes, Clint Eastwood continue de surprendre par la justesse avec laquelle il parvient à nous raconter des histoires.


Bande-annonce du film

En résumé

Note et avis

Confrontant espoirs et désillusions, vérités et inventions, Le Cas Richard Jewell montre une fabrique des héros qui s’enraie dans une Amérique qui perd ses repères. Un film remarquablement écrit, épuré, et, au cœur, un Paul Walter Hauser époustouflant.

Note
8/10
8/10

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

4 pensées sur “Le Cas Richard Jewell (Clint Eastwood, 2020) ★★★★ : La fabrique des héros

  • 20 février 2020 à 10 h 20 min
    Permalink

    Wahou, ton avis m’a donné des frissons…L’une de mes plus grosses attentes de ce début d’année, il me tarde vraiment de le voir !

    Répondre
    • 20 février 2020 à 10 h 36 min
      Permalink

      Ah ! Ravi d’avoir pu donner (un peu plus) envie de le voir. :) Je remarque que le film semble diviser un peu, en tout cas. Certains le trouvent justement trop démonstratif, avec un côté « téléfilm », trop tracé et « facile ». Donc je pense que ma réception très positive ne peut engager une appréciation acquise auprès des autres, mais il mérite, dans tous les cas, le coup d’œil !

      Répondre
  • 25 février 2020 à 16 h 36 min
    Permalink

    Je ne lis que des avis très positifs pour le moment, dont les arguments se tiennent largement. L’académisme que certains semblent reprocher n’est pas en soi un défaut rédhibitoire s’il est comme ici parfaitement maîtrisé (on en a vu plus d’un se casser la figure à vouloir faire des figures de style).
    Par contre, je suis moins convaincu par le discours asséné qui cherche à tout crin à nous faire adhérer, on dirait presque un tract politique. Bien sûr Eastwood a toujours affiché ses idées, mais elles semblent ici bien moins subtiles dans sa déconstruction des emblèmes que dans « Mystic River » par exemple (autres déboires d’un homme seul contre tous).

    Répondre
    • 27 février 2020 à 8 h 05 min
      Permalink

      Il est vrai que le film nous pousse à développer de l’empathie pour le personnage et pour sa cause. Maintenant, c’est au spectateur de voir les nuances qui font que le personnage n’est pas tout blanc non plus, qu’on y voit l’image de l' »Américain moyen », d’un certain profil-type de ce qui sera, 20 ans plus tard, l’électeur de Trump. Le profil établi est traité avec humanisme, comme toujours avec Eastwood, mais sans pour autant être dans une adhésion, même partielle.
      Et il me faut encore voir Mystic River !

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :