Quantum of Solace (Marc Forster, 2008) – Critique & Analyse

Après Casino Royale, nous voici repartis sur de nouvelles bases. Aux débuts de la carrière de James Bond, avec un nouveau visage en tête d’affiche, ce sont de tous nouveaux repères qu’il nous a fallu prendre, et c’est ainsi que Quantum of Solace lui emboîte rapidement le pas.


Fiche du film

Affiche de Quantum of Solace (2008)
Affiche de Quantum of Solace (2008)
  • Genre : Action, Aventure, Espionnage
  • Réalisateur(s) : Marc Forster
  • Distribution : Daniel Craig, Olga Kurylenko, Mathieu Amalric, Judi Dench
  • Année de sortie : 2008
  • Synopsis : James Bond est décidé à traquer ceux qui ont forcé Vesper à le trahir. M l’envoie alors en mission en Haïti pour mener l’enquête sur un proche du Chiffre. Cette piste le conduit sur la trace de Dominic Greene, un homme d’affaires impitoyable déterminé à faire main basse sur les ressources naturelles de la planète. (SensCritique)

Critique et Analyse

Mathieu Amalric dans Quantum of Solace (2008)
Mathieu Amalric dans Quantum of Solace (2008)

Quantum of Solace est un film unique et inédit dans son genre dans la saga James Bond, et ce pour une raison : c’est la suite directe du film précédent. Il a pu arriver que certains épisodes fassent des allusions à d’autres, notamment, par exemple, avec la présence de Requin dans Moonraker après être apparu dans L’Espion qui m’aimait, l’épisode précédent. Mais, ici, nous débutons le film quelques minutes seulement après le moment où se terminait Casino Royale, proposant ainsi avec Quantum of Solace la promesse de refermer les cicatrices ouvertes dans le film précédent. Mais si ce vingt-deuxième film se situe dans sa continuité au niveau de l’histoire, il en sera tout autre chose d’un point de vue cinématographique.

« Quantum of Solace se retrouve malgré lui caractérisé par une incapacité à filmer l’action, au cœur d’un scénario brouillon et rapidement expédié, empêchant alors le film de parvenir à trouver un véritable souffle d’une manière ou d’une autre. »

Comme dit précédemment, Casino Royale est un film qui marquait par sa capacité à prendre son temps, à développer un bon sens de l’écriture, dans une saga qui a souvent beaucoup misé sur le spectacle, quitte à délaisser ces aspects parfois. Quantum of Solace ne suit pas cette trajectoire, à l’image de l’intense course-poursuite inaugurale, renouant avec la tradition des scènes d’introduction cherchant à mettre directement le spectateur dans l’action. Une action qui pourrait être impressionnante, et qui montre déjà d’importantes lacunes, notamment dans la gestion de cette même action, ici retranscrite par un montage extrêmement rythmé, trop rythmé, enchaînant les plans à une vitesse effarante, au détriment de la lisibilité de l’action. Quantum of Solace se retrouve malgré lui caractérisé par une incapacité à filmer l’action, au cœur d’un scénario brouillon et rapidement expédié, empêchant alors le film de parvenir à trouver un véritable souffle d’une manière ou d’une autre.

Daniel Craig et Judi Dench dans Quantum of Solace (2008)
Daniel Craig et Judi Dench dans Quantum of Solace (2008)

L’action est essentielle chez James Bond, et, malgré des idées qui se dégagent et qui se manifestent, leur exécution n’est jamais à la hauteur, rendant rapidement ces scènes désagréables à regarder tant elles sont coupées de manière excessive. C’est à l’image du contexte tumultueux dans lequel Quantum of Solace a vu le jour, entre les changements de réalisateurs et la grève des scénaristes, mettant en péril la production du film, devant composer avec des décisions de dernière minute incombant parfois à des personnes devant agir sur des périmètres inhabituels (comme Daniel Craig s’improvisant scénariste). C’est ainsi que cette continuité de Casino Royale devient vite floue, exposant des enjeux par bribes, s’emmêlant les pinceaux, manquant de donner de l’envergure à Dominic Greene, l’antagoniste principal du film, notamment, quant Mathieu Amalric avait de quoi faire un très bon méchant pour James Bond. Il en va de même pour le personnage de Camille et ses motivations, trop mal exploitées pour avoir de la substance et paraître réalistes. On ne peut s’empêcher de repenser à Permis de tuer devant ce film, avec cette même dissidence, cette même vendetta personnelle, et aux jeu des comparaisons, le film de John Glen l’emporte haut la main.

Il est souvent admis que Quantum of Solace est l’un des épisodes les plus faibles de la saga, et cela se comprend. De la musique du générique, banale et bruyante (à mon goût) à la réalisation, en passant par l’écriture des personnages et le développement de l’intrigue, le film manque à peu près tout, et n’arrive pas à honorer la mémoire de Casino Royale, qu’il est supposé conclure. Le contexte dans lequel le film fut produit fut loin d’êtres idéal, et offre quelques circonstances atténuantes à Quantum of Solace. Mais, dans tous les cas, on ne peut que se résigner à constater l’échec, et cette vengeance ne nous aura hélas donné que peu de satisfaction.

Bande-annonce du film

Note et avis

En résumé

Après un épisode de très grande qualité, Quantum of Solace échoue, hélas, dans à peu près tout ce qu’il entreprend. Manque de tension, incapacité à filmer l’action, c’est un véritable trou d’air dans la saga James Bond.

Overall
4/10
4/10

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :