Mission : Impossible (Brian de Palma, 1996) – Critique & Analyse

Cela fait déjà bientôt vingt-cinq ans que la série à succès Mission : Impossible fut adaptée sur grand écran pour la première fois, avec un épisode qui augura une nouvelle saga qui continue de connaître le succès en salles.


Fiche du film

Affiche de Mission : Impossible (1996)
Affiche de Mission : Impossible (1996)
  • Genre : Action, Espionnage
  • Réalisateur(s) : Brian de Palma
  • Distribution : Tom Cruise, Jon Voight, Emmanuelle Béart
  • Année de sortie : 1996
  • Synopsis : Jim Phelps, chef d’une équipe d’agents secrets, dirige le département « Mission Impossible » de la CIA. Pour les besoins d’une opération délicate, il réunit ses meilleurs éléments, dont sa femme Claire et Ethan Hunt, un as du déguisement. L’équipe est envoyée à Prague avec pour mission d’appréhender, lors d’une réception, un espion ennemi qui s’apprête à dérober une disquette top secrète. Mais l’opération tourne mal. Seul Ethan s’en sort vivant. (SensCritique)

Critique et Analyse

Tom Cruise et Emmannuelle Béart dans Mission : Impossible (1996)
Tom Cruise et Emmanuelle Béart dans Mission : Impossible (1996)

Premières minutes, et première mission, déjà, pour l’équipe Mission Impossible, qui doit empêcher la fuite d’une disquette pouvant permettre l’identification de nombreux agents infiltrés, dont la vie pourrait être menacée. A chacun sa spécialité et chacun son rôle, pour mettre en avant le travail d’équipe si important dans la série d’origine. Dans cette première opération, tout semble rodé et sous contrôle, mais des regards indiscrets vont commencer à faire surgir le doute, jusqu’à ce que le plan si bien échafaudé et exécuté, finisse, fatalement, par dérailler et tourner à la catastrophe.

« Ecoutes, observations par écrans interposés, utilisation des nouvelles technologies pour crypter et transmettre l’information : de Palma dispose d’un terrain de jeu aux possibilités infinies avec Mission : Impossible, l’indiscrétion devenant la clé pour découvrir la vérité. »

Toute l’intrigue de Mission : Impossible va ainsi se concentrer sur la résolution du mystère qui entoure cet échec, avec toutes les interrogations, les rebondissements et les révélations que cela va pouvoir inclure. Voir Brian de Palma à la réalisation d’un film d’espionnage paraissait inévitable tant le genre s’associe parfaitement aux obsessions du cinéaste, et le choix du cinéaste est sans aucun doute l’un des grands facteurs de succès du film. Ecoutes, observations par écrans interposés, utilisation des nouvelles technologies pour crypter et transmettre l’information : de Palma dispose d’un terrain de jeu aux possibilités infinies avec Mission : Impossible, l’indiscrétion devenant la clé pour découvrir la vérité.

Tom Cruise dans Mission : Impossible (1996)
Tom Cruise dans Mission : Impossible (1996)

C’est ainsi que Mission : Impossible se révèle être un film d’espionnage très plaisant, avec ses moments de grâce comme la révélation mensongère de Phelps sur fond de flashbacks montrant la vérité découverte en même temps par Hunt qui feint de tomber dans le piège, ou l’explosion de l’aquarium, et, bien sûr, la scène du câble dans la salle ultra-sécurisée. Autant de bonnes idées parfois rattrapées par l’aspect parfois péremptoire de l’innovation, à l’image de la scène de poursuite en train, qui pourrait être véritablement spectaculaire si les décors en images de synthèse n’étaient pas devenus, avec le temps, extrêmement artificiels à nos yeux.

Ce n’est pas ce qui empêche Mission : Impossible d’être une réussite, capitalisant sur ses ressorts scénaristiques pour reprendre son souffle, et sur la vision d’un réalisateur en mesure de déployer son arsenal cinématographique pour ne pas se retrouver enfermé, et proposer une vraie valeur ajoutée au film. Mission : Impossible est un vrai film d’espionnage, parfois retors mais jamais de manière excessive, capable de divertir et de surprendre, pour réussir à adapter l’esprit et l’univers de la série à ce nouveau format.

Note et avis

En résumé

Grâce à un cinéaste de talent, dont les thématiques fétiches s’adaptent parfaitement au genre de l’espionnage, Mission : Impossible offre un divertissement riche en rebondissements, avec des moments marquants, tout comme des défauts, mais de réelles intentions d’un point de vue cinématographique.

Overall
7/10
7/10

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :