Mission Impossible 2 (John Woo, 2000) – Critique & Analyse

Nous avions laissé Ethan Hunt et son équipe entre les mains de Brian de Palma pour une mission à haut risque dans Mission : Impossible. John Woo prend, quelques années plus tard, la relève, et le ton va être très différent.


Fiche du film

Affiche de Mission Impossible 2 (2000)
Affiche de Mission Impossible 2 (2000)
  • Genre : Action, Espionnage
  • Réalisateur(s) : John Woo
  • Distribution : Tom Cruise, Dougray Scott, Thandie Newton
  • Année de sortie : 2000
  • Synopsis : L’agent secret Ethan Hunt doit récupérer et détruire un virus mortel, baptisé la Chimère, qui a été dérobé par son ancien collègue Sean Ambrose. Ce dernier détient l’antidote et se terre dans un laboratoire de Sydney. Pour infiltrer son quartier général hautement sécurisé, Hunt et son assistant Luther Stickell tentent d’approcher Nyah Hall, l’ex-petite amie d’Ambrose. (SensCritique)

Critique et Analyse

Tom Cruise et Anthony Hopkins dans Mission Impossible 2 (2000)
Tom Cruise et Anthony Hopkins dans Mission Impossible 2 (2000)

Quand Mission Impossible 2 commence, Ethan Hunt est en vacances, en pleine séance d’escalade au milieu de la nature, continuant à défier la mort, même lorsqu’il n’est pas en action. Pendant ce temps, un avion plein de passagers venait de s’écraser en montagne après avoir été détourné par des pirates qui en avaient après un homme qui s’était injecté un étrange produit. Un virus est dans la nature, et c’est une mission pour les équipes de l’IMF (Impossible Missions Force), et surtout pour Ethan Hunt. Une mission pas comme les autres, qui a une place toute particulière dans la saga, ce second épisode ayant souvent une réputation assez peu enviable.

« Mission Impossible 2 pêche par ses excès en tous genres, dès scènes d’action délirantes à cette romance étirée, en passant par un scénario invraisemblable et qui fait plus penser à un James Bond qu’à un Mission Impossible. »

Le choix de John Woo comme réalisateur du film laisse présager quelque chose de radicalement différent du premier film. Spécialiste du cinéma d’action à Hong Kong, où il signa de très grands films, c’est dans ce registre qu’il va tenter d’expérimenter, tout en restant dans le cadre de Mission Impossible. Sur le papier, c’est l’espoir de voir quelque chose de moins conventionnel et de moins étouffé par les codes de Hollywood. Mais ce Mission Impossible 2 pêche par ses excès en tous genres, dès scènes d’action délirantes à cette romance étirée, en passant par un scénario invraisemblable et qui fait plus penser à un James Bond qu’à un Mission Impossible.

Tom Cruise et Thandie Newton dans Mission Impossible 2 (2000)
Tom Cruise et Thandie Newton dans Mission Impossible 2 (2000)

Le problème est déjà sur la forme, avec un rythme très inégal, entre cette première heure où tout met du temps à s’installer, et cette seconde heure où tout s’accélère soudainement. Comme toujours, des scènes d’action, aussi généreuses et inventives que totalement exagérées et invraisemblables, ponctuent le récit, sur le fond d’un scénario simple, prévisible et tiré par les cheveux. Comme dit précédemment, on a plus l’impression de voir un James Bond qu’un Mission Impossible, le film peinant aussi à respecter l’esprit de la saga, reléguant les personnages secondaires à de tous petits rôles aux côtés d’un Ethan Hunt omniprésent, télescopant l’esprit d’équipe pourtant essentiel à un Mission Impossible.

On peut aimer ce Mission Impossible 2 pour son côté Série B assez assumé, son absence de limites et son côté kitsch. Car il faut dire, aussi, que c’est un film de son temps, dont le poids des années se ressent de plus en plus. L’archétype du « tout ou rien », dont les défauts peuvent s’apprécier avec du recul, tout comme ils peuvent rebuter. Il est cependant difficile de les ignorer tant ils prennent de place, faisant de ce second film une suite bien étrange, tout sauf dans l’esprit du précédent, avec un John Woo peu inspiré. Un épisode en roue libre, que les beaux cheveux de Tom Cruise et que les grosses motos peinent à sauver.

Note et avis

En résumé

Mission Impossible 2 part dans un registre radicalement différent du premier film, avec de sérieux problèmes de rythme, un Ethan Hunt trop présent, le tout étant très daté et résistant mal aux affres du temps.

Overall
4/10
4/10

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :