Le Père Noël, Alexandre Coffre, 2014 : La magie de Noël avant tout

Noël approche, les jours ont raccourci, les températures descendent, les foules s’amassent au marché et aux magasins… Pendant ce temps au cinéma, l’ambiance se détend, et qui dit Noël, dit films de Noël ! Chaque année divers petits contes se succèdent sur les écrans, empreints de magie et toujours plein de bonne humeur à revendre. Cette année, le cinéma français nous offre « Le Père Noël », réalisé par Alexandre Coffre.

Le jour du réveillon de Noël, Antoine, 6 ans, attend l’arrivée du Père Noël avec impatience. Car au-delà des cadeaux traditionnels, il souhaite avant tout faire un tour en traîneau pour aller « revoir son papa sur son étoile ». Son vœu va s’exaucer lorsqu’il va voir le Père Noël tomber littéralement sur son balcon. Est-ce vraiment le Père Noël ? Le petit garçon va faire une rencontre assez brutale avec le mystérieux individu, qui s’avère en fait être un voleur repris de justice qui cherche de l’or pour survivre. Le Père Noël va essayer de se débarrasser du petit, mais celui-ci va insister pour le suivre…

On est tous habitués à l’inondation de films de Noël à la télévision à l’époque des vacances de Noël. Mais en même temps, on sait que ce genre de film raconte toujours une jolie histoire sans surprises qui finit bien. Le Père Noël version 2014 entre également dans cette catégorie, même s’il se distingue d’un certain nombre de ses pairs. Ce film n’hésite pas à casser le mythe du Père Noël et à le torturer pour déranger mais surtout, provoquer le rire. La force de ce film tient de son côté imprévisible, tant par le tempérament du Père Noël, pris de panique et poursuivi par les problèmes, que le petit qui déborde d’énergie et est très débrouillard pour son âge. Les deux acteurs ont une belle alchimie qui sort de l’écran et nous transporte avec eux à travers l’histoire.

Voici donc une jolie histoire, avec des personnages attachants, qui vous garantira de partir de la salle avec le sourire !

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :