La Soif du mal (Orson Welles, 1958) – Critique & Analyse

Pour conclure ce « Noirvember », il convenait de finir en beauté avec l’un des films que l’on considère comme étant l’un des chants du cygne du genre : La Soif du mal, d’Orson Welles.


Fiche du film

Affiche de La Soif du mal (1958)
Affiche de La Soif du mal (1958)
  • Genre : Film Noir
  • Réalisateur(s) : Orson Welles
  • Distribution : Charlton Heston, Janet Leigh, Orson Welles
  • Année de sortie : 1958
  • Synopsis : À Los Robles, ville-frontière entre les États-Unis et le Mexique, un notable meurt dans un attentat. L’enquête qui s’ensuit oppose deux policiers : Vargas, haut fonctionnaire de la police mexicaine, en voyage de noces avec sa jeune épouse américaine, Susan, et Hank Quinlan, peu amène vis-à-vis de ce fringant étranger. (SensCritique)

Critique et Analyse

La Soif du mal (1958)
La Soif du mal (1958)

La Soif du mal, c’est, d’abord, ce mémorable plan-séquence, modèle absolu en la matière, pour sa longueur et la prouesse technique qu’il a nécessité. Avec ce procédé, Orson Welles raconte en intégralité l’attentat qui met le feu aux poudres, de l’installation de la bombe dans le coffre de la voiture, jusqu’à l’explosion inévitable. La magie de ce plan-séquence, c’est de contenir et de raconter énormément de choses en peu de temps. C’est un moyen de planter le décor, de faire découvrir cette ville frontalière, jusqu’au fameux point de passage entre le Mexique et les Etats-Unis. On s’imprègne de l’ambiance, pendant que la caméra nous fait suivre notamment deux points d’intérêt : la voiture et le couple Vargas, allant tous les deux rejoindre les Etats-Unis.

« Avec ce légendaire plan-séquence, Orson Welles déploie tout le programme qui régit La Soif du mal : un suspense éreintant, un danger omniprésent, la rupture entre deux pays, et un rêve inaccessible. »

Alors que la caméra vole à travers les rues, elle ne perd jamais de vue cette voiture dans laquelle nous savons que la bombe est installée, et dont nous savons qu’elle va exploser. Welles parvient ainsi à mettre en place un suspense étouffant, face à la crainte de voir cette voiture exploser à tout moment, notamment lorsqu’elle est très proche du couple qui sera au cœur de l’affaire qui va suivre. Avec ce légendaire plan-séquence, Orson Welles déploie tout le programme qui régit La Soif du mal : un suspense éreintant, un danger omniprésent, la rupture entre deux pays, et un rêve inaccessible.

Orson Welles dans La Soif du mal (1958)
Orson Welles dans La Soif du mal (1958)

Le monde décrit dans La Soif du mal sent la mort, le mensonge, la traîtrise et la peur. Tout est fait pour que le spectateur soit pris par le doute, qu’il n’ait confiance en ce qu’il voit, ou envers les personnages qu’il rencontre dans le film. Welles dispose souvent ses plans de manière à inclure deux points de vue, ou deux actions dans le cadre. Par exemple, un personnage passe devant une vitrine ou la regarde, permettant de voir, dans le reflet, un élément qui va provoquer l’action suivante. Ou, pour citer un exemple plus concret, lorsque Mike Vargas appelle le motel depuis une boutique, la femme aveugle qui la garde reste toujours dans le plan, faisant sous-entendre qu’elle écoute attentivement la conversation, allant jusqu’à faire douter de sa cécité, nous faisant nous demander si elle n’est pas de mèche avec la bande qui rend la vie dure à Vargas.

Vargas est ce personnage classique du film noir qui, cherchant la vérité à tout prix, va s’empêtrer dans un véritable bourbier qui va le mettre en danger. Quinlan, quant à lui, est son penchant négatif, avec son air désabusé, à la fois mesquin et pitoyable, imposant par sa présence physique mais pas que, grâce à un Orson Welles tout bonnement magistral dans ce rôle torturé et complexe. La Soif du mal reprend les ingrédients habituels du film noir, avec cette atmosphère pleine de paranoïa, où l’on ment sans arrêt, où l’on ment pour parvenir à ses fins, même si celles-ci pouvaient être louables. Son rythme soutenu lui confère un côté étouffant allant de pair avec cette ambiance où règne une chaleur écrasante dans cette sorte de jungle urbaine. Enfin, c’est surtout avec cette pointe de mélancolie que La Soif du mal touche à une certaine grâce, car il ne s’agit pas que de montrer les aspects sombres de la nature humaine, mais bien la corruption du bien et sa transformation en mal. « He was kind of a man. What does it matter what you say about people ? » lancera Tanya, incarnée par une Marlène Dietrich toujours aussi mystérieuse, rappelant une dernière fois que tout n’est que question de point de vue.

Note et avis

En résumé

Au-delà de son plan-séquence magistral, La Soif du mal vaut pour l’incroyable performance d’Orson Welles, son rythme soutenu, et ce désespoir ambiant qui motive les actions de ces personnages en perdition. Un très grand film noir avec une touche de mélancolie qui le rend unique.

Overall
9/10
9/10

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

1 réflexion sur “La Soif du mal (Orson Welles, 1958) – Critique & Analyse

  • 30 novembre 2020 à 18 h 55 min
    Permalien

    Il me semble que ce chef-d’oeuvre est un des meilleurs films de Welles, d’une richesse extraordinaire. Le coté glauque, poisseux, est particulièrement éprouvant et le thème de la frontière, de ce qui n’est pas net, de ce qui est flou, n’a jamais aussi bien été traité, sans compter la virtuosité époustouflante des plans et du montage, avec, effectivement, en entrée, un plan-séquence, à voir, à revoir et à analyser!
    Vraiment du très grand art!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :