Faute d’amour (Andreï Zviaguintsev, 2017) – Critique & Analyse

L’hiver, froid, humide, triste, sinistre. Un enfant grimpe dans un arbre mort, comme si la vie cherchait son chemin en suivant un parcours sans espoir. C’est probablement cette voie que suit Faute d’amour, nouveau drame fort d’Andreï Zviaguintsev sur un pays et une société que le cinéaste observe en silence, non sans en pointer les travers et les errances.


Fiche du film

Affiche de Faute d'amour (2018)
Affiche de Faute d’amour (2017)
  • Genre : Drame
  • Réalisateur(s) : Andreï Zviaguintsev
  • Distribution : Maryana Spivak, Aleksey Rozin, Matvey Novikov
  • Année de sortie : 2017
  • Synopsis : Boris et Genia sont en train de divorcer. Ils se disputent sans cesse et enchaînent les visites de leur appartement en vue de le vendre. Ils préparent déjà leur avenir respectif : Boris est en couple avec une jeune femme enceinte et Genia fréquente un homme aisé qui est prêt à l’épouser… Aucun des deux ne semble avoir d’intérêt pour Aliocha, leur fils de 12 ans. Jusqu’à ce qu’il disparaisse. (SensCritique)

Critique et Analyse

Faute d'amour (2017)
Faute d’amour (2017)

Depuis le périple initiatique proposé dans Le Retour (2003), le cinéaste russe élargit peu à peu les cercles, examinant la société dans son ensemble avec, cependant, toujours un point de départ commun : la famille. Un père qui revient subitement après des années d’absence dans Le Retour, une famille éclate après un avortement forcé pour éliminer le fruit de l’adultère dans Le Bannissement (2008), la défense et la survie coûte que coûte de sa propre famille dans Elena (2012), ou encore celle du foyer et des convictions face au pouvoir et aux intérêts qu’il suscite dans Léviathan (2014). Cette fois, le divorce est le point de départ, celui d’une catastrophe familiale, dont l’enfant sera la principale victime. L’enfant ignoré et abandonné dans un monde égocentriste où règnent les intérêts individuels.

« Les individus se sont repliés sur eux-même, guidés par leurs intérêts, cherchant à être ce qu’ils ne sont pas pour trouver une place dans une société fatiguée, superficielle et dénuée de vie. »

Dans cette famille éclatée ne règne plus la moindre chaleur. Les parents ne font que se disputer, ne se rencontrant que pour tenter de vendre l’appartement dans lequel ils vivaient. Plus la moindre chaleur, non plus, pour Aliocha, fruit d’une union détruite, devant supporter cette guerre qu’il n’a pas voulu, et qui le ronge progressivement. Les parents se disputent violemment et bruyamment, ils ne cessent de s’affronter, mais Aliocha, lui, souffre en silence. En témoigne un plan court mais remarquable où, en sortant de la salle de bains, fermant la porte derrière elle, la mère dévoile alors l’enfant qui s’était caché, et qui pleure, sans émettre le moindre son. Un plan d’une puissance et d’une éloquence impressionnante, synthétisant tout le passé qui a mené à cette situation, et tout le sombre avenir qui se dessine à l’horizon. Un avenir où les individus se sont repliés sur eux-même, guidés par leurs intérêts, cherchant à être ce qu’ils ne sont pas pour trouver une place dans une société fatiguée, superficielle et dénuée de vie.

Faute d'amour (2017)
Faute d’amour (2017)

C’est avec un important travail sur l’ambiance que Faute d’amour restitue cette distanciation généralisée, ce repli et cette fuite perpétuelle. C’est la froideur de l’hiver, des teintes froides dominantes, des plans construits de manière très rigoureuse, notamment dans les intérieurs, très modernes et géométriques. Il ne s’agit pas cependant pour le cinéaste d’offrir sa vision de la société russe avec trop d’insistance et de lourdeur. Comme à son habitude, il prend le recul nécessaire pour qu’à la narration s’associe l’observation. Pour que les personnages qui nous sont présentés soient avant tout décrits avant d’être jugés, pour que le spectateur puisse lui-même évaluer sa propre situation par rapport à la leur. C’est habituel chez Zviaguintsev, qui multiplie les procédés pour que le résultat soit le plus authentique possible, l’inscrivant dans la réalité (via des scènes montrant des passages d’émissions ou de journaux télévisés), sans négliger d’y injecter une dramaturgie permettant d’impliquer son spectateur.

Avec Le Bannissement et Elena, notamment, le cinéaste heurtait déjà le spectateur, il le mettait dans une posture délicate face à ces personnages prenant des décisions aux conséquences dramatiques mais aux motivations humaines avant tout. Faute d’amour s’inscrit dans la même lignée, faisant une nouvelle fois de l’enfance la première victime de la situation. Chacun s’enferme et suit un chemin aux débouchés déplaisants et sans saveur, et la solidarité n’éclot plus que lorsque règne le désespoir. Dans une atmosphère glaciale et glaçante, Faute d’amour broie les individus avec la poigne mécanique d’un société déshumanisée, et laisse le spectateur face à une véritable désolation émotionnelle.

En résumé

Note et avis

Faute d’amour baigne dans une ambiance glaciale et glaçante. Zviaguintsev impressionne et nous prend aux tripes avec ce tableau d’une société individualiste, pleine de certitudes mais n’ayant plus de repères, broyant l’innocence et l’espoir de sa poigne mécanique.

Note
8/10
8/10

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :