Charlot Soldat, Charlie Chaplin, 1918 : La guerre, c’est nul !

Affiche de Charlot Soldat (1918)
Affiche de Charlot Soldat (1918)

« Une année, un film » : Charlot Soldat, réalisé par Charlie Chaplin, et sorti le 20 octobre 1918.

Si les années 1910 marquent un véritable boom dans le monde du cinéma, avec le passage au long métrage, les nouvelles techniques de réalisation, et l’avènement de réalisateurs emblématiques, cette décennie marque également un boom dans la carrière d’un certain Charles Chaplin. Trois ans avant Le Kid, Charlie Chaplin envoie son personnage de Charlot dans les tranchées françaises, en pleine Première Guerre Mondiale.

Charlot Soldat (1918)
Charlot Soldat (1918)

Embarqué malgré lui, Charlot est maladroit, accumule les gaffes, et vit également dans le déni des conditions de vies inhumaine des tranchées, inondées, sans cesse bombardées, blasé, comme les autres, par ce quotidien devenu banal et avec lequel il faut bien vivre. Ce consiste en l’un des premiers grands succès du génial Chaplin, encore très habitué au format du court-métrage, et qui, ici, amorce peu à peu son virage vers un format plus long. Alors que la guerre était encore en cours, Chaplin utilise son personnage emblématique de Charlot pour livrer un vrai discours sur la guerre, en lui conférant un aspect grotesque et absurde, ce qui n’est pas sans présager son futur chef d’oeuvre, Le Dictateur, qui, en 1940, parodiera Hitler et le IIIe Reich. La preuve que, hélas, une piqûre de rappel était nécessaire.

Le cinéma muet était bien le royaume de Chaplin, il était son parfait terrain de jeu et il a marqué cette époque, tout en traitant des sujets d’actualité d’une manière caricaturale sur la forme, mais touchante et marquante sur le fond. Cette poésie mélancolique inhérente au muet était toujours parfaitement exploitée par le génie de Chaplin qui s’apprête, dans les années qui vont suivre, à définitivement s’imposer comme un géant du septième art.

Note : 8/10.

Le film en intégralité sur Youtube

https://www.youtube.com/watch?v=Mf6nYa3C7Xw

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :