Magic In The Moonlight, Woody Allen, 2014 :  » Je pense, donc je suis « 

Affiche de Magic In The Moonlight (2014)
Affiche de Magic In The Moonlight (2014)

Le week-end, direction le ciné ! Voici un choix de dernière minute qui s’est offert à moi. Je n’avais pas entendu parler de ce film avant aujourd’hui. Quand j’ai vu qu’il s’agissait d’une confrontation entre rationalité et fantaisie, j’étais déjà séduit par l’idée, étant moi-même très cartésien, ne prenant jamais pour argent comptant les rumeurs et les faits que l’on me relate. De plus, l’histoire se déroule à une époque que j’aime beaucoup (les années 20), donc tout était fait pour me plaire, alors je suis tout naturellement allé le voir.

Emma Stone et Colin Firth dans Magic in the moonlight (2014)
Emma Stone et Colin Firth dans Magic in the moonlight (2014)

Le film raconte ici l’histoire de Stanley Crawford, magicien de renom sous les traits d’un personnage chinois dénommé Wei Ling Soo, mais dans la vraie vie un véritable cartésien, non-croyant, qui est aussi connu pour avoir dénoncé certains charlatans, notamment dans le domaine de la voyance. Howard Burkan, un de ses amis, va lui proposer de découvrir les secrets des capacités divinatoires de Sophie Baker, et cela va s’avérer bien plus compliqué qu’il ne l’aurait imaginé.

Woody Allen (dont je ne suis pourtant pas forcément un grand fan) nous livre ici une jolie comédie romantique pleine d’élégance et de chien. C’est plein de défiance mais c’est aussi très poétique. Le choix de l’époque crée tout un contexte propice au développement de cette jolie histoire. Ce qui m’a surtout séduit, je dois l’avouer, c’est la philosophie du personnage principal qui correspond presque totalement à la mienne. C’est un homme qui a les pieds sur terre, qui ne croit que ce qu’il voit, se permet de ne croire les choses que lorsqu’il en est vraiment sûr, et est persuadé que tout a une explication rationnelle.

Emma Stone et Colin Firth dans Magic in the moonlight (2014)
Emma Stone et Colin Firth dans Magic in the moonlight (2014)

Personnellement, ce film présentait des composantes qui me touchaient directement, ce qui m’a fait réellement l’aimer, mais je le recommande quand même à tous ceux qui veulent suivre une histoire sympathique avec des acteurs et des personnages attachants.

Note : 8/10.

Bande-annonce de Magic in the moonlight

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :