1 jour, 3 films à découvrir #46

Le déconfinement a officiellement commencé, mais les cinémas restent hélas fermés pour le moment. Alors continuons à chercher le cinéma où nous pouvons le trouver et en profiter ! Tous les jours, trois conseils de films à découvrir avec, idéalement, la possibilité de les visionner en VOD ou en ligne grâce aux différentes offres disponibles. 

Affiche d'Andreï Roublev (1966)
Affiche d’Andreï Roublev (1966)

Andreï Roublev (Andreï Tarkovski, 1966)

Synopsis : En 1405, le peintre Théophane le Grec demande à Andreï Roublev de venir travailler avec lui à la décoration de l’église de l’Annonciation à Moscou. Quelques années plus tard, bouleversé par la violence de l’époque, Roublev renonce à son art et se mure dans le silence.

Lors de son second long-métrage, Andreï Tarkovski choisit le célèbre peintre d’icônes des XIVe et XVe siècles Andreï Roublev, dont il retrace une vingtaine d’années de l’existence à travers plusieurs chapitres qui représenteront des étapes importantes de sa vie. A l’époque, la Russie n’est pas le pays uni que nous connaissons, et il est soumis à de nombreuses invasions et attaques issues de peuples voisins. Andreï Roublev incarne ici une forme d’innocence, étant motivé par une foi vierge de toute fissure, guidée par la volonté de faire s’épanouir l’âme du peuple grâce à l’art et à la parole. Une foi mise à rude épreuve, jusqu’à ce que de la torpeur de ces temps anciens émane un rayon de lumière, et la couleur jaillit devant nos yeux, pour que l’artiste, ayant retrouvé la foi qu’il avait perdue depuis si longtemps, redevienne capable de la transmettre aux générations futures.

📺 Disponible sur LaCinetek


Affiche de L’Étreinte du Serpent (2015)
Affiche de L’Étreinte du Serpent (2015)

L’Étreinte du Serpent (Ciro Guerra, 2015)

Synopsis : Karamakate, un chaman amazonien puissant, dernier survivant de son peuple, vit isolé dans les profondeurs de la jungle. Des dizaines d’années de solitude ont fait de lui un chullachaqui, un humain dépourvu de souvenirs et d’émotions. Sa vie est bouleversée par l’arrivée d’Evans, un ethnobotaniste américain à la recherche de la yakruna, une plante sacrée très puissante, possédant la vertu d’apprendre à rêver. Ils entreprennent ensemble un voyage jusqu’au cœur de la forêt Amazonienne au cours duquel, passé, présent et futur se confondent, et qui permettra à Karamakate de retrouver peu à peu ses souvenirs perdus.

Voyage aux confins du monde, aux sources de l’humanité, L’Étreinte du Serpent nous invite à renouer avec l’essentiel, à libérer notre conscience et à découvrir le monde grâce à notre perception. Ciro Guerra transpose le tout au cinéma avec ce métrage des plus oniriques. Les visions du monde se confrontent et s’associent pour nous inviter à voir les choses autrement. Un film aussi éclairé qu’il peut être obscur dans son développement.

📺 Disponible sur Canal VOD, UniversCiné, FilmoTV, MyTF1 VOD et Orange VOD


Affiche de Fantôme (1922)
Affiche de Fantôme (1922)

Fantôme (Friedrich Wilhelm Murnau, 1922)

Synopsis : Lorenz Lubota, un employé de mairie et poète à ses heures perdues, voit sa vie chamboulée le jour où il est renversé par un attelage dans lequel se trouve Veronika Harlan, la fille d’un riche ferrailleur. Veronika va alors devenir une véritable obsession pour Lorenz.

Fantôme est loin d’être le film le plus célèbre de Murnau, mais il s’agit pourtant d’un grand film de sa part. Dans une continuité certaine vis-à-vis de La Terre qui flambe, et continuant à baliser le chemin de ses prochains films, il contient toute la science et l’audace du cinéaste allemand, qui donne d’ailleurs à Alfred Abel l’un de ses plus beaux rôles. Dans une société manipulatrice obsédée par l’argent, Lorenz ne désirait que l’amour et la reconnaissance, avant d’être lui-même frappé par l’obsession et le désespoir. Fantôme est un très bon Murnau, avec une écriture et une évolution des personnages très intéressantes.

📺 Disponible sur YouTube

Retrouvez la précédente sélection ici !

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

2 pensées sur “1 jour, 3 films à découvrir #46

    • 22 mai 2020 à 9 h 06 min
      Permalink

      Oui vive Murnau ! :) Je ne lui attribue aucun « faux-pas », tous ses films valent vraiment le détour.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :