Cinexpress #182 – Warriors, Les Guerriers de la Nuit (1979)

Le temps passe, les mœurs évoluent, les mentalités changent, et dans toute cette mécanique temporelle, le cinéma ne fait pas exception. Comme tout art, il est représentatif d’une vision du monde à une époque donnée dans un contexte donné. Fatalement, cela induit qu’un film est très difficilement dissociable de son contexte. On serait donc tentés de dire que c’est aussi le cas de ce Warriors, Les Guerriers de la Nuit, un film délicieusement daté et, pourtant, universel et dont ce style typiquement issu des seventies fait tout le charme.


Fiche du film

Affiche des Guerriers de la Nuit (1979)
Affiche des Guerriers de la Nuit (1979)
  • Genre : Action
  • Réalisateur : Walter Hill
  • Année de sortie : 1979
  • Casting : Michael Beck, James Remar, Dorsey Wright
  • Synopsis : Dans un New York dystopique, plusieurs gangs se partagent la ville. Quand un leader charismatique est assassiné, les Warriors sont pourchassés. (senscritique.com)

Critique et Analyse

Les Guerriers de la Nuit (1979)
Les Guerriers de la Nuit (1979)

Bien que le film se déroule dans un futur dystopique, les faits narrés dans Les Guerriers de la Nuit sont largement inspirés d’un véritable fait de guerre qui eut lieu durant l’Antiquité en Perse. Contée par Xénophon, la Bataille de Cunaxa et la retraite des Dix Mille se voient ici remises au goût du jour par Walter Hill dans une aventure nocturne qui, à défaut d’être familière du peplum, s’apparente principalement au genre du western, ce qui est d’ailleurs une des caractéristiques communes à divers films du cinéaste. Ce futur se décrit et prend vie dans la ville de New York, et son côté sans foi ni loi et pris d’une folie ambiante vient le rapprocher de l’univers du futur New York 1997 de John Carpenter.

« Pour créer une atmosphère chaotique et anxiogène, Walter Hill se sert du récit désespéré de Xénophon pour lui donner vie dans la nuit new-yorkaise, promenant le spectateur dans de sombres ruelles et dans les tunnels crasseux du métro. »

Dans cette New York du futur, la guerre est permanente et latente, les lois sont régies par de nombreux gangs qui se battent pour conserver leur lopin de terre et y asseoir leur suprématie. Le contexte des Guerriers de la Nuit est celui d’une guerre généralisée, d’une volonté de confrontation entre ces hordes d’individus rebelles et les forces de police ainsi que l’ordre établi. Pour créer une atmosphère chaotique et anxiogène, Walter Hill se sert du récit désespéré de Xénophon pour lui donner vie dans la nuit new-yorkaise, promenant le spectateur dans de sombres ruelles et dans les tunnels crasseux du métro. L’urbanisme est ici un monstre dévoreur, le danger est omniprésent, les gangs adverses se cachent dans l’ombre, et le métro est le système nerveux de cette immense machinerie.

Les Guerriers de la Nuit (1979)
Les Guerriers de la Nuit (1979)

On remarque, dans Les Guerriers de la Nuit, cette représentation d’un mal-être latent de la société, lequel a ici atteint son paroxysme, les gangs faisant leur loi et ayant pris le pouvoir. Le dialogue est rompu, les gangs représentent ces laissés pour compte qui n’ont pas eu leur chance et se battent pour survivre, comme le montre la scène où ils croisent d’autres jeunes dans le métro. On y trouve un mélange paradoxal entre solidarité et individualisme, où les individus de chaque gang se serrent les coudes jusqu’au bout, mais où les trahisons peuvent surgir soudainement. La survie dépend de la cohésion du groupe, et le moindre déséquilibre risque d’entraîner la chute de chacun. Ces concepts de loyauté et de camaraderie donnent aussi au film un style assez chevalier, où ces guerriers, bien que mercenaires et, dans l’absolu, voyous, agissent en suivant des codes d’honneur bien définis.

Les Guerriers de la Nuit a la singulière capacité d’être une oeuvre intemporelle tout en étant très ancrée dans son époque par son esthétique, les costumes et la bande originale. C’est un périple nocturne dans le New York futuriste des années 70, un film qui a tout du film culte, qui se regarde et se reregarde, rien que pour son ambiance. Un savoureux mélange des genres avec un style retro mais jamais kitsch ni ridicule, un de ces films qui, comme le bon vin, se bonifie avec le temps.


Note et avis

 

4/5

Offrant un périple nocturne dans les ruelles et le métro crasseux de New York, Les Guerriers de la Nuit est un film immersif, ancré dans son époque par son style et ses costumes, mais en aucun cas ringard. Un film qui se voit et se revoit sans lassitude.


Bande-annonce de Warriors, Les Guerriers de la Nuit

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

2 réflexions sur “Cinexpress #182 – Warriors, Les Guerriers de la Nuit (1979)

  • 28 mars 2018 à 12 h 03 min
    Permalien

    Dans le genre survival urbain, on a rarement fait mieux ! Il fallait oser faire de la Grosse Pomme un gigantesque terrain de jeux (dangereux). Je me demande bien à quoi aurait ressemblé le remake un temps envisagé par le regretté Tony Scott…

    Répondre
    • 28 mars 2018 à 13 h 48 min
      Permalien

      Il fallait oser mais, en tout cas, l’idée est géniale. Dans divers films, NY a été représentée comme une ville dangereuse, c’était l’ambiance parfaite !
      Hélas en effet Tony Scott n’a pas pu aller au bout de son projet.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :