The Tree of Life (Terrence Malick, 2011) ★★★★½ – Critique & Analyse

The Tree of Life a une réputation tout à fait particulière. Chef d’oeuvre pour certains, oeuvre prétentieuse et faussement intellectuelle pour d’autres, c’est un film qui semblait aussi obscur qu’il ne cesse de diviser ses spectateurs. Il semblait, à mes yeux, depuis longtemps comme un film à découvrir, mais qui était empreint d’un certain mysticisme, un côté presque sacré qui le rendait assez inquiétant. Forcément, quand j’ai lancé le visionnage du film, je savais que je m’attaquais à un sacré défi.


Fiche du film

Affiche de The Tree of Life (2011)
  • Genre : Drame, Fantastique
  • Réalisateur : Terrence Malick
  • Année de sortie : 2011
  • Distribution : Brad Pitt, Sean Penn, Jessica Chastain
  • Synopsis : Jack vient de perdre son frère. Devant cette fatalité de la vie, Jack se souvient de son enfance, des doux moments où il était encore le fils unique. (SensCritique)

Critique et Analyse

The Tree of Life (2011)
The Tree of Life (2011)

Il est certain que la temporalité du récit se présente comme l’un des éléments les plus discriminants quant à notre capacité à apprécier et à suivre l’œuvre de Malick. A l’issue de l’annonce de la tragédie initiale viennent se mêler souvenirs antérieurs et images du présent, recentrant ce même moment du présent autour de ce souvenir difficile. Rien de bien anormal ni d’étonnant jusqu’à ce que, pendant un acte de près d’une demi-heure, Malick aille jusqu’à nous ramener au Big Bang, à la formation des galaxies, des étoiles et des planètes, à la naissance de la Terre, de la vie, au temps des dinosaures, puis des mammifères, et des Hommes, raccrochant les wagons jusqu’à la genèse de la famille que nous découvrions au début du film. Il est alors tout à fait compréhensible de trouver la démarche du cinéaste déroutante, de se demander quel était le but de ce vertigineux retour en arrière de plus de 13 milliards d’années. Une démarche en effet étonnante, mais qui témoigne d’une sorte de radicalisation du cinéma de Malick, dans le sens où, dans The Tree of Life, le cinéaste n’hésite pas à aller au bout de ses idées.

« Malick vient ici donner lieu à une puissante symphonie à travers les échelles et les dimensions, allant de l’immensité de l’univers à l’intimité de la famille, un singulier périple à travers le temps et l’espace. »

En effet, ses précédents films témoignaient déjà d’une volonté de revenir aux origines. L’origine de l’Amérique moderne dans Les Moissons du ciel, celle de la civilisation américaine moderne et la fin des civilisations amérindiennes dans Le Nouveau Monde, ou l’origine de l’humanité dans La Ligne Rouge, par exemple. Dans The Tree of Life, Malick mène sa quête de l’originel jusqu’à l’origine des origines, à travers la puissance créatrice et destructrice de l’univers. C’est relier notre existence à celle de l’espace, des étoiles et de tous les êtres qui ont peuplé la Terre bien avant nous. Malick vient ici donner lieu à une puissante symphonie à travers les échelles et les dimensions, allant de l’immensité de l’univers à l’intimité de la famille, un singulier périple à travers le temps et l’espace.

The Tree of Life (2011)

The Tree of Life est, d’ailleurs, un film qui joue beaucoup sur les échelles. Comme nous pouvions le constater dans ses précédents films, notamment La Ligne Rouge, qui transformait les soldats en petites fourmis se frayant un chemin à travers les hautes herbes. Malick aime rappeler à quel point l’Homme est petit par rapport aux forces qui l’entourent. Ici, le cinéaste joue sur deux échelles, avec une échelle spatiale, basée sur l’immensité de l’univers, et une échelle temporelle, basée sur son âge très vénérable, notamment comparé à une vie humaine. Des échelles si gigantesques que la vie apparaît comme un miracle. Et c’est aussi l’un des principaux points de The Tree of Life, qui s’avère être un film très spirituel. Le cinéaste se plaît souvent à filmer des plans en contre-plongée, qui mettent en perspective les personnages par rapport à l’espace dans lequel ils évoluent et, surtout, qui nous raccordent au ciel et à l’espace, dont nous provenons. Un lien avec « là-haut », magnifié par la simplicité poétique du quotidien, la beauté et les aléas de la nature humaine.

C’est un Malick très spirituel qui nous offre ce poème de deux heures qu’est The Tree of Life. Appuyer l’immensité de l’univers pour célébrer le miracle de la vie, se remémorer la grâce de moments perdus dans le temps, et la vivacité des sentiments. Un film d’une beauté impressionnante, où Malick fait comme voler et glisser la caméra grâce aux mouvements fluides permis grâce à la steadicam. Il va au bout du bout, esquivant sans cesse les codes et les attentes, pour raconter une histoire finalement très simple, mais qui peut aussi facilement nous échapper. Une oeuvre qu’il faut digérer puis, un jour, se replonger dedans. C’est un vrai flux d’images et de musiques qu’il faut absorber et entretenir. A l’image de ma récente découverte de Dead Man, c’est une expérience difficilement descriptible mais tout à fait marquante. 


Note et avis

4.5/5

Avec The Tree of Life, Malick va jusqu’au bout de sa démarche et ses idées, offrant un poème sur l’immense et l’intime, à travers le temps et l’espace.


Bande-annonce du film

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

2 réflexions sur “The Tree of Life (Terrence Malick, 2011) ★★★★½ – Critique & Analyse

  • 7 mai 2019 à 15 h 38 min
    Permalien

    Ah, mes aïeux, je viens de sortir de « The Tree of Live » de Terrence Malick!!! Quelle immense déception: film ésotérique, métaphorique, abscons, cucul la praline, d’une prétention difficile à quantifier, manifeste philosophique d’une secte complètement allumée…
    Ca commence à peu près normalement, et puis ça dérape en plein délire, avec des belles images pour faire sérieux: on est entre le Commandant Jacques Cousteau (« Le Monde du Silence »), Jacques Perrin (« Océans ») et Steven Spielberg (« Jurassic Park »); y a même un dinosaure qui écrase la tête d’un autre, et puis , non, finalement il l’épargne, mais il était gentil le vilain dinosaure! Je ne vous raconte pas l’histoire, vous verrez vous-mêmes, c’est long, ennuyeux, d’un mysticisme illuminé. Par moments, on revient à la famille, on se dit: « Ouf! »… Et puis, non, ça repart pour un tour, vous hésitez à quitter la salle, puis vous restez en désespoir de cause, on va peut-être comprendre à la fin… Ben, la fin, c’est un remake de « La nuit des morts-vivants », sauf que là il fait jour et qu’ils font joujou dans l’eau, peut-être est-ce le paradis?
    Et, pour couronner le tout, on fait appel à deux formidables acteurs, qui n’en peuvent mais. Sean Penn, qui a un tout petit rôle, passe son temps à prendre une mine inspirée, il monte en ascenseur, il descend en ascenseur, il fait du trekking dans je ne sais quel canyon.
    Bon, on arrête là, inutile d’en rajouter…
    Dernière chose, il y a probablement des gens qui vont crier au génie! Pourvu que Cannes ne nous refasse pas le gag de Tim Burton, qui, l’an dernier, offrit la Palme d’Or à « Oncle Boonmee », autre gigantesque supercherie cinématographique. Comptons sur Robert De Niro pour éviter un tel désastre!!!

    Répondre
    • 7 mai 2019 à 16 h 03 min
      Permalien

      Bon, au moins, comme ça on aura un avis positif, et l’avis négatif typique pour contrebalancer. :) Preuve que le film de Malick ne cessera de diviser.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :