Mad Max (George Miller, 1979) – Critique & Analyse

Il était une fois un jeune cinéaste, George Miller, qui voulait réaliser un long-métrage sur un futur sentant la destruction et l’horreur : Mad Max. Sans le savoir, il allait donner naissance à l’un des plus grands succès de l’histoire, et à une saga d’anthologie.


Fiche du film

Affiche de Mad Max (1979)
Affiche de Mad Max (1979)
  • Genre : Action
  • Réalisateur(s) : George Miller
  • Distribution : Mel Gibson, Joanne Samuel, Hugh Keays-Byrne
  • Année de sortie : 1979
  • Synopsis : Sur les autoroutes désertées d’une Australie méconnaissable, une guerre sans merci oppose motards hors-la-loi et policiers Interceptor, qui tentent de triompher de la vermine au volant de voitures aux moteurs surgonflés. Dans ce monde en pleine décadence, les bons, les méchants, le manichéisme disparaissent… (SensCritique)

Critique et Analyse

Mel Gibson dans Mad Max (1979)
Mel Gibson dans Mad Max (1979)

L’ordre et la justice ne sont plus que des notions lointaines dans des contrées arides où ne règne aucune loi, quelque peu représentée par des policiers désorganisés et, pour beaucoup, peu impliqués dans leur métier. A l’issue du choc pétrolier de 1973, George Miller montre un monde profondément affecté par une crise où les individus subsistent comme ils peuvent, vivant de manière sommaire, pendant que des bandits arpentent les routes en quête d’essence ou, simplement, de violence, faute d’autre occupation. Toute la première partie du film fera office d’exposition, entre les policier désœuvrés, la route à perte de vue, la sensation de vitesse, et la mise en lumière de ces « figures de la route », que sont ici Max et le Nightrider. Le premier est dévoilé de manière progressive, d’abord de dos, puis en filmant seulement ses pieds, créant un suspense autour de ce personnage ici directement transformé en icône et représenté comme étant le dernier rempart contre la barbarie.

« Avec ce retour aux origines, ces décors arides et cette construction de figures mémorables et symboliques, Mad Max se présente comme un véritable western pré-apocalyptique. »

Le Nightrider, lui, est le symbole de ces nouveau bandits, qui volent les voitures et sillonnent la route à toute vitesse pour exprimer leur rage et se construire une image, dans ce qui s’apparente, pour le spectateur, à une véritable folie meurtrière. Avec ce retour aux origines, ces décors arides et cette construction de figures mémorables et symboliques, Mad Max se présente comme un véritable western pré-apocalyptique. Le film reprend en effet de nombreux codes du genre, y compris dans sa gestion du rythme et de la tension, tout en étant plus « pré » que post-apocalyptique, se déroulant dans un monde encore proche du nôtre, loin de l’aridité totale des suivants.

Mad Max (1979)
Mad Max (1979)

Ici, c’est tout le monde de Max qui s’écroule, dans l’illustration d’une terrible et inéluctable descente aux Enfers, dans un monde sans espoir. Le scénario est simple, comme le film en général, mais tout cela témoigne d’une débrouillardise qui plaît et donne, si l’on ose le dire, un charme particulier au film. Ce côté quelque peu improvisé, fait avec les moyens du bord, lui permet de s’affranchir des codes des grosses productions pour créer son propre univers et son propre langage. Bien sûr, le revers de la médaille inclut aussi des défauts comme une musique trop présente et d’autres incombant à une modeste production comme celle-ci. C’est ce qui fait de ce Mad Max, en quelque sorte, le prologue de ce qui adviendra par la suite.

Dans ce premier film naît la légende Mad Max, portée par un tout jeune Mel Gibson, face à un Hugh Keays-Byrne déjanté qui reprendra du service près de quarante ans plus tard dans Fury Road. Tout suinte la misère, le désespoir et la violence, et si la maestria du prochain opus n’est peut-être pas encore atteinte, c’est ici que tout commence, et que s’ouvre la porte vers un univers remarquable.

Bande-annonce de Mad Max

Critique de Mad Max 2 : Le Défi

Critique de Mad Max 3 : Au-delà du Dôme de Tonnerre

Note et avis

En résumé

Sorte de western pré-apocalyptique débrouillard, Mad Max développe cette ambiance malsaine et désespérée qui caractérise cet univers, n’évitant certes pas quelques écueils (la musique trop présente notamment), mais qui laisse présager le meilleur et la désolation totale du n°2.

Overall
7/10
7/10

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :