Le Traître (Marco Bellocchio, 2019) ★★★½ – Critique & Analyse

L’expérience est un atout. Ce n’est pas la présence de Marco Bellocchio, avec plus de cinquante ans et une vingtaine de métrages à son actif, en compétition au Festival de Cannes, qui nous fera dire le contraire. Une présence d’autant plus agréable tant le cinéma italien semble peu présent sur nos écrans et en manque d’auteurs majeurs pour lui redonner du souffle. Avec Le Traître, voici un de ces films qui enrichit encore un peu plus cette compétition déjà incroyablement relevée, alors que celle-ci s’achève très bientôt.


Fiche du film

Affiche de Le Traître (2019)
Affiche de Le Traître (2019)
  • Genre : Drame, Historique, Policier
  • Réalisateur : Marco Bellocchio
  • Année de sortie : 2019
  • Distribution : Pierfrancesco Favino, Maria Fernanda Cândido, Fabrizio Ferracane
  • Synopsis : Au début des années 80, la guerre entre les parrains de la mafia sicilienne est à son comble. Tommaso Buscetta, membre de Cosa Nostra, fuit son pays pour se cacher au Brésil. Pendant ce temps, en Italie, les règlements de comptes s’enchaînent, et les proches de Buscetta sont assassinés les uns après les autres. Arrêté par la police brésilienne puis extradé, Buscetta, prend une décision qui va changer l’histoire de la mafia : rencontrer le juge Falcone et trahir le serment fait à Cosa Nostra. (SensCritique)

Critique et Analyse

Pierfrancesco Favino dans Le Traître (2019)
Pierfrancesco Favino dans Le Traître (2019)

Le démarrage du Traître rappellera, forcément, à ceux qui l’ont vu, celui du Parrain. Bien entendu, les deux introductions sont loin d’être identiques sur la forme, le film de Coppola mettant en scène un mariage quand celui de Bellocchio montre une simple fête. Cependant, dans l’intention et dans l’intérêt, elles se rejoignent, en montrant tous ces individus vivant dans le faste, entre amis et en famille, permettant de se familiariser avec ce microcosme fondant sa richesse sur des marchés sombres et parallèles. Bellocchio propose de raconter une histoire vraie, celle de Tommaso Buscetta, membre de Cosa Nostra, qui fuit au Brésil pour éviter les tensions qui menacent l’organisation, et qui se retrouve extradé en Italie, où il décide de témoigner face au juge Falcone. Une histoire de mafieux pas comme les autres.

« Tout le jeu de Marco Bellocchio dans Le Traître tourne autour de la question de la fidélité et des valeurs, n’hésitant jamais à faire douter le spectateur pour donner plus de consistance à ses personnages. »

Car s’il est bien question de mafia dans Le Traître, Marco Bellocchio ne cesse, pendant 2h20, de casser le mythe du mafieux, de briser l’image de ces figures charismatiques en les mettant dos au mur. Puissants, dangereux, ils doivent, suite aux témoignages accablants de Tommaso Buscetta, se montrer sous leurs vrais visages, des lâches, des couards prêts à tout pour garder leur part du gâteau et se sauver. Bellocchio utilisera d’ailleurs, à un moment, l’image d’une hyène pour répondre à celles de ces mafieux, pour illustrer leur perfidie et leur cupidité. Une situation d’autant plus étrange que le véritable traître, dans l’histoire, c’est bien Tommaso, qui, pourtant, est perçu par le spectateur comme un homme intègre et droit dans ses bottes, que l’on veut défendre. Tout le jeu de Marco Bellocchio dans Le Traître tourne autour de la question de la fidélité et des valeurs, n’hésitant jamais à faire douter le spectateur pour donner plus de consistance à ses personnages.

Pierfrancesco Favino dans Le Traître (2019)
Pierfrancesco Favino dans Le Traître (2019)

Une démarche servie par un montage intéressant et intelligent, comme l’introduction d’images d’une hyène citée plus haut, ou encore l’introduction de scènes imaginées directement reliées à la réalité, pour suggérer un état d’esprit et sortir de la simple restitution des faits tels qu’ils ont été. Car, pour le reste, Le Traître reste relativement classique sur la forme, bien que très bien maîtrisé, avec cette longue intrigue s’étalant sur vingt ans, permettant de suivre l’évolution des différents personnages, et de les faire passer par tous les états. Et le film de Marco Bellocchio a aussi le mérite d’aborder cette histoire de mafieux d’une manière différente, réduisant les règlements de comptes violents à coups d’assassinats pour privilégier les confrontations verbales, jouant sur la force des mots plus que sur celle des balles.

Le Traître est un des bons crus de ce Festival de Cannes 2019. Probablement pas la Palme d’Or, mais un très possible prix d’interprétation masculine pour Pierfrancesco Favino qui incarne Tommaso Buscetta à la merveille et l’accompagne parfaitement dans son évolution. Marco Bellocchio illustre ici avec maîtrise la chute du mythe du gangster, celui de la toute puissance et de l’impunité de la mafia, faisant d’un traître un homme de principes face à une horde de hyènes affamées. Une belle réussite qui permet, en plus, de montrer que le cinéma italien sait toujours offrir des films de qualité.

Date de sortie nationale : 6 novembre 2019.


Note et avis

3.5/5

Une autre histoire de la mafia, où les règlements de comptes se font par les mots et non au pistolet. Le Traître est un cru réussi posant des questions sur l’honnêteté et les valeurs.

Bande-annonce du film (en italien non sous-titré)

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

4 réflexions sur “Le Traître (Marco Bellocchio, 2019) ★★★½ – Critique & Analyse

  • 2 juillet 2019 à 13 h 23 min
    Permalien

    Coucou !
    Je trouve ta critique sur le film « Le Traître » très pertinente. D’ailleurs, j’ai également trouvé que le démarrage ressemblait à celui du long-métrage « Le Parrain ». J’ai personnellement adoré ce film. Je mettrais 4.2/5.

    Répondre
    • 2 juillet 2019 à 14 h 13 min
      Permalien

      Merci ! :) J’espère qu’il sera bien accueilli chez nous à sa sortie.

      Répondre
  • 30 octobre 2019 à 8 h 08 min
    Permalien

    Bonjour. Je découvre ce blog avec intérêt. J’ai vu Le traître il y a quinze jours et j’ai beaucoup aimé. La mafia au cinéma souvent été un thème récurrent. Rares sont les films sur les repentis. Dossier très efficace qui allie les liesses familiales type La Parrain et enquêtes type Francesco Rosi années 70. Je reviendrai.

    Répondre
    • 30 octobre 2019 à 8 h 17 min
      Permalien

      Bonjour et merci pour votre commentaire ! C’est un film en effet efficace et dense, qui offre un point de vue intéressant, et assez différent de ce que l’on voit d’habitude. J’espère qu’il marchera bien lors de son exploitation en salles.
      Au plaisir !

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :