La Dernière Vie de Simon (Léo Karmann, 2020) ★★½ : Les yeux sans visage

Le « cinéma de genre français », une étiquette que l’on lit de plus en plus, pour venir caractériser un certain cinéma français qui se distingue de productions plus habituelles, d’ampleur variée, venant rappeler qu’en France, aussi, on sait explorer des genres variés. Cette étiquette, nous serions bien tentés de l’associer à La Dernière Vie de Simon, qui vient lorgner vers le fantastique et nous offrir quelque chose d’inhabituel.


Fiche du film

Affiche de La Dernière Vie de Simon (2020)
Affiche de La Dernière Vie de Simon (2020)
  • Genre : Drame, Fantastique
  • Réalisateur : Léo Karmann
  • Distribution : Benjamin Voisin, Martin Karmann, Camille Claris
  • Année de sortie : 2020
  • Synopsis : Simon a 8 ans, il est orphelin. Son rêve est de trouver une famille prête à l’accueillir. Mais Simon n’est pas un enfant comme les autres, il a un pouvoir secret : il est capable de prendre l’apparence de chaque personne qu’il a déjà touchée… Et vous, qui seriez-vous si vous pouviez vous transformer ? (SensCritique)

Critique et Analyse

La Dernière Vie de Simon (2020) © Ciné Sud
La Dernière Vie de Simon (2020) © Ciné Sud

Simon est un jeune garçon qui a une particularité bien peu commune : il est capable de prendre la forme de n’importe quelle personne qu’il a touché dans sa vie. C’est son secret, son atout, mais aussi son plus grand danger. La Dernière Vie de Simon se scinde en deux parties relativement distinctes, la première se déroulant pendant l’enfance, où l’on découvre le pouvoir de Simon, et où ce dernier rencontre Thomas et sa sœur Madeleine. La seconde partie nous fait les retrouver une fois jeunes adultes, où l’histoire se concentre autour d’une histoire d’amour. La capacité singulière dont dispose Simon est source d’un potentiel infini, et les options sont multiples, si, seulement, on les choisit bien.

« La Dernière Vie de Simon est un film d’intentions, que l’on a envie de voir réussir, mais qui tend à trop miser sur elles, exposant vite des fragilités et des faiblesses. »

La voie prise par La Dernière Vie de Simon laisse justement peu d’options, probablement volontairement, mais elle se heurte à un premier risque : laisser une chance au spectateur d’anticiper tout ce qui se déroulera par la suite. Naturellement, l’anticipation en question ne peut prendre en compte tous les éventuels rebondissements qui mèneront l’intrigue à sa résolution, mais elle fait reposer l’appréciation du film sur d’autres facteurs, comme la photographie, le jeu des acteurs, le montage… Autant d’éléments formels qui ne convainquent, hélas, pas toujours ici. La Dernière Vie de Simon est en effet un film d’intentions, que l’on a envie de voir réussir, mais qui tend à trop miser sur elles, exposant vite des fragilités et des faiblesses.

La Dernière Vie de Simon (2020) © Ciné Sud
La Dernière Vie de Simon (2020) © Ciné Sud

Si l’on cerne des éléments de discours sur la quête d’identité, le fait de pouvoir, voire de vouloir être quelqu’un que nous ne sommes pas, leur présence n’est pas suffisante pour en faire une grande oeuvre. Parfois bien trop convenu, parfois trop expéditif, avec des jeux d’acteurs qui, par moment, peinent à réellement convaincre, La Dernière Vie de Simon n’emporte pas autant qu’on aurait aimé être emporté. Pourtant, la belle musique d’Erwann Chandon crée une atmosphère qui rappelle au bon souvenir des films fantastiques de notre enfance. On relève aussi des jeux de regards bien amenés et mis en scène, leur éloquence permettant d’exploiter le pouvoir de Simon, qui leur donne un sens tout à fait particulier.

Oui, La Dernière Vie de Simon a des qualités et de bonnes intentions, mais ce n’est, hélas, pas suffisant. Il est difficile d’y croire, d’être véritablement emporté, de ne pas sortir du film à cause de quelques maladresses qui fragilisent un équilibre déjà instable. Encourageant, le film l’est sur plusieurs points, mais ce n’est, en tout cas, pas cette fameuse étiquette de « cinéma de genre » qui doit faire oublier des défauts trop présents dans un film qui surprend, malheureusement, guère.

Bande-annonce

En résumé

Note et avis

Les bonnes intentions ne manquent pas dans La Dernière Vie de Simon, mais la magie peine à opérer. Inégal, avec une première partie bien mieux maîtrisée et intéressante, c’est un film plutôt joli mais cela reste assez bancal, voire maladroit parfois.

Note
5/10
5/10
0/10
User Review
0/10 (0 votes)

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :