It Must Be Heaven (Elia Suleiman, 2019) ★★★ : Paradis perdu

Le monde tourne, s’active, bouge en suivant une drôle de chorégraphie. Au milieu, un drôle de bonhomme demeure immobile. Avec son chapeau caractéristique et ses lunettes, il regarde tout ce monde s’agiter, sans rien dire. C’est Elia Suleiman, qui s’invite dans son propre conte burlesque, It Must Be Heaven.


Fiche du film

Affiche de It Must Be Heaven (2019)
Affiche de It Must Be Heaven (2019)
  • Genre : Comédie
  • Réalisateur : Elia Suleiman
  • Distribution : Elia Suleiman, Tarik Kopty, Kareem Ghneim
  • Année de sortie : 2019
  • Synopsis : ES fuit la Palestine à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil, avant de réaliser que son pays d’origine le suit toujours comme une ombre. La promesse d’une vie nouvelle se transforme vite en comédie de l’absurde. Aussi loin qu’il voyage, de Paris à New York, quelque chose lui rappelle sa patrie. Un conte burlesque explorant l’identité, la nationalité et l’appartenance, dans lequel Elia Suleiman pose une question fondamentale : où peut-on se sentir « chez soi » ? (SensCritique)

Critique et Analyse

It Must Be Heaven (2019)
It Must Be Heaven (2019)

Les petites vignettes qui accompagnèrent la promotion du film ces dernières semaines plantaient déjà le décor. Amusantes, elles présentaient quelques scènes ponctuant le film d’Elia Suleiman. Le cinéaste, qui se présente comme un voyageur palestinien, parcourt le monde, en commençant par la Palestine, sa terre natale, avant de faire une escale à Paris, puis un passage à New York, et de, finalement, revenir en Palestine. Des lieux qu’Elia Suleiman va visiter et observer en silence, et qu’il nous invite à observer avec lui.

« Suleiman est un touriste, il voit le monde comme un touriste, mais il finit toujours par rencontrer une vérité dont il était particulièrement conscient chez lui, et qui s’avère applicable au monde entier. »

La démarche est aussi intéressante qu’intrigante. Statique, mutique, Elia Suleiman nous fait penser à un Jacques Tati ou à un Buster Keaton, s’intégrant dans des plans souvent construits et élaborés avec rigueur, et dans des scènes soigneusement chorégraphiées. Un voisin qui cueille des fruits qui ne sont pas les siens, des policiers qui pourchassent des délinquants en rollers ou en mono-roue électrique, la guerre des chaises au jardin du Luxembourg, le cinéaste regarde, ne dit rien, et laisse ceux qu’il regarde parler pour lui. Suleiman est un touriste, il voit le monde comme un touriste, mais il finit toujours par rencontrer une vérité dont il était particulièrement conscient chez lui, et qui s’avère applicable au monde entier.

Elia Suleiman dans It Must Be Heaven (2019)
Elia Suleiman dans It Must Be Heaven (2019)

Car It Must Be Heaven est surtout un film sur la Palestine, sur ce qu’Elia Suleiman vit en tant que palestinien, entre quête d’identité et répugnance de la violence et des armes. Il est comme cet homme qui n’a pas vraiment de voix ni de possibilité de s’exprimer, laissant davantage le monde qui l’entoure le faire à sa place pour montrer ses défauts. Une économie de paroles bienvenue, laissant le soin aux images de s’exprimer, d’instaurer un dialogue direct entre le cinéma et le spectateur. Mais le pari peut aussi être risqué. Face à la répétition, à l’étirement, au côté presque trop « pur » du film, le spectateur peut aussi se sentir éloigné des problématiques qu’il expose, peinant à cerner toutes les subtilités qu’il peut receler.

It Must Be Heaven n’est pas un film simple à juger ou à qualifier. Il fait partie de ces films dont je salue la démarche, qui a pour mérite de proposer autre chose, de relever un défi tout en faisant preuve de sincérité, mais qui peut aussi manquer de pleinement investir le spectateur dans son discours. Certaines scènes ne manquent pas de faire mouche, et le film d’Elia Suleiman demeure judicieux et pertinent. It Must Be Heaven est de ces films aussi doux que tranchés, à la qualité indéniable, que le spectateur pourra s’approprier à sa manière.


Note et avis

3.25/5

Dans It Must Be Heaven, Elia Suleiman observe le monde en silence, laissant ce dernier s’exprimer pour lui. Une comédie drôle et engagée, parfois presque trop mécanique.

Bande-annonce du film

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :