Her, Spike Jonze, 2014 : Éveil émotionnel

Affiche de Her (2014)
Affiche de Her (2014)

Nous y voilà ! La rencontre tant attendue avec l’un des plus gros succès critiques de l’année 2014. J’en avais fait mention dans mon Top 10 des meilleurs films de 2014, en ne manquant pas de préciser que je m’étais peut-être un peu emballé en publiant mon classement sans avoir vu ce film et quelques autres, mais je ne voulais pas non plus attendre l’été pour faire ce classement. J’ai tout de même fini par craquer et me suis décidé à regarder Her, un film relativement énigmatique et intrigant. Alors, mérite-t-il vraiment sa réputation ?

Joaquin Phoenix et Olivia Wilde dans Her (2014)
Joaquin Phoenix et Olivia Wilde dans Her (2014)

L’histoire de Her se situe dans un futur proche, dans lequel Theodore se remet difficilement d’une séparation avec une femme avec laquelle il entretenait une relation depuis longtemps. Afin de tromper sa solitude, notre écrivain de lettres erre sur les chats en ligne et les sites de rencontres. Mais la douleur reste trop vive. Déstabilisé, il n’est pas capable de parler aux femmes et se terre dans sa solitude. Un jour, il va découvrir par hasard la commercialisation d’un OS (Operating System, un ordinateur en somme, ndlr) intelligent capable de communiquer et de se développer intellectuellement. Theodore va donc se procurer un de ces OS, qu’il va affubler d’une personnalité féminine.

Joaquin Phoenix dans Her (2014)
Joaquin Phoenix dans Her (2014)

Le mot qui définirait au mieux ce film est : « émouvant ». Her apporte une réflexion poétique sur l’amour en racontant ce que l’on pourrait qualifier comme étant la réhabilitation sentimentale de notre héros. Son but est également d’analyser l’évolution des relations amoureuses une société où la technologie évolue sans cesse, avec les nouvelles possibilités, et les contraintes que cela impose.

Joaquin Phoenix dans Her (2014)
Joaquin Phoenix dans Her (2014)

La transmission du message se base avant tout sur une réalisation empreinte de mélancolie et de sérénité. La musique est très douce, tout comme les couleurs, créant une ambiance très feutrée et rassurante. Il faut également impérativement voir ce film en VO afin de profiter de la voix suave de Scarlett Johansson qui donne à l’OS tout son rôle d’être bienveillant et protecteur. Pris dans son ensemble, ce n’est pas un film joyeux, étant donné qu’il part d’une séparation amoureuse et développe la relation très atypique entre un homme et un ordinateur. Il est pourtant rempli de passages poétiques où la joie est à l’honneur. Espoir, rêve, tristesse, déception, allégresse, tous les sentiments sont sondés, à l’image de cet OS aux capacités infinies.

Her (2014)
Her (2014)

Ce film profite d’un scénario original pour nous offrir une histoire nouvelle et intéressante où l’amour a une toute autre forme. Le choix du héros, d’une banalité absolue, nous permet aisément de nous identifier à lui. En définitive, Her est comme une longue et douce musique que l’on écoute tantôt les larmes aux yeux, tantôt le cœur en joie. Un très beau film qui mérite à mon avis plus d’un visionnage.

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :