Galaxy Express 999 (Rintarō, 1979) ★★★★ – Critique & Analyse

Après avoir découvert l’univers onirique de Satoshi Kon, poursuivons nos aventures dans le cinéma d’animation japonais, en remontant une bonne vingtaine d’années en arrière. Comme un symbole, nous allons embarquer dans un train, et embarquer dans un voyage dans l’espace à bord du Galaxy Express 999.


Fiche du film

Affiche de Galaxy Express 999 (1979)
  • Genre : Aventure, Science-fiction
  • Réalisateur : Rintarō
  • Année de sortie : 1979
  • Casting : Masako Nozawa, Masako Ikeda, Yōko Asagami
  • Synopsis : Après l’assassinat de sa mère par le comte Mécanique, Tetsurō est invité par Maetel à quitter la Terre pour rejoindre la planète La Métal à bord du Galaxy Express 999. (SensCritique)

Critique et Analyse

Galaxy Express 999 (1979)
Galaxy Express 999 (1979)

Avant la réalisation de ce premier film, Rintarō s’était surtout fait connaître pour des séries télévisées produites par Toei, dont la plus célèbre demeure Albator, le corsaire de l’espace, adapté du manga de Leiji Matsumoto, mais aussi Galaxy Express 999, autre oeuvre de Matsumoto, dont en découlera, finalement un premier film en 1979. Rintarō s’est cherché de longues années et a longtemps travaillé pour enfin aboutir à la réalisation de ce premier film, qui raconte l’histoire de Tetsuro, qui embarque dans le Galaxy Express 999, un train voyageant dans l’espace. Son but est de venger la mort de sa mère, tuée par un homme bionique. Car dans ce futur plus ou moins lointain, les humains les plus aisés auront l’opportunité de se transformer en machines pour accéder à l’immortalité. Un projet que nourrissaient Tetsuro et sa mère, mais qui va évoluer au gré des rencontres que Tetsuro va faire et des expériences qu’il va vivre.

« Galaxy Express 999 est avant tout un film sur le passage à l’âge adulte, la fin de l’innocence, la nostalgie de l’enfance, au milieu de très nombreuses thématiques récurrentes dans le domaine de la science-fiction. »

Galaxy Express 999 se présente comme un véritable parcours initiatique. Un chemin emprunté par un enfant, guidé par son impulsivité et sa candeur, vers l’âpreté et la dureté de la vie. En effet, Galaxy Express 999 est avant tout un film sur le passage à l’âge adulte, la fin de l’innocence, la nostalgie de l’enfance, au milieu de très nombreuses thématiques récurrentes dans le domaine de la science-fiction. Le spectateur sera en effet surpris par l’abondance de sujets abordés, et les idées très intéressantes que Rintarō propose, sur la base de l’univers initié par Leiji Matsumoto, et de ses idées. La mécanisation de la société, parallèle à sa déshumanisation, la lutte des classes, les fantasmes déraisonnables de l’humanité, à commencer par l’immortalité, l’humanité elle-même, ce qui la façonne et son destin… On y retrouve du Asimov, Soleil Vert, Metropolis, et d’autres références encore que Rintarō s’approprie. L’aventure de Tetsuro nous mène donc à découvrir un tableau riche et exhaustif faisant de Galaxy Express 999 un film complet et dense.

Galaxy Express 999 (1979)
Galaxy Express 999 (1979)

Mais tout cela ne serait pas aussi beau et puissant sans une belle manière de raconter, d’allier le fond à une belle forme. Car Galaxy Express 999 est une histoire aussi intemporelle et universelle qu’elle est émouvante et touchante. La relation entre Tetsuro et Maetel invoque un amour impossible, une fascination d’un enfant pour une femme d’une grande beauté, qui lui rappelle sa mère défunte, dont le spectre plane au-dessus des différents personnages féminins du film. C’est la confrontation entre la nostalgie du passé et les espoirs du futur, accompagnée par une sublime bande originale (notamment ce morceau) qui joue énormément sur cette dimension nostalgique et poétique, alimentant un capital émotionnel déjà fort pour ne pas se contenter de raconter une belle histoire, mais de directement toucher le spectateur.

Il y a énormément de choses à dire sur Galaxy Express 999, tant le film est riche, beau et traitant une large palette de thématiques. C’est un film d’une grande poésie, tournant autour de la symbolique parlante du train, moyen de transport éternel et universel, celui que l’on prend pour voyager, que l’on attrape en route, que l’on attend, que l’on manque… L’image du temps qui passe, qui nous échappe. Rintarō proposera, deux ans plus tard, une suite de qualité avec Adieu Galaxy Express 999, bouclant la boucle avec le passage de l’adolescence à l’âge adulte, un accomplissement avec un dernier regard en arrière pour aller définitivement de l’avant. Mon seul conseil sera donc de vous inviter à prendre un ticket et à embarquer dans le train pour découvrir un univers d’une grande richesse, et vivre une grande aventure.

Merci à Xavier de m’avoir fait connaître et permis de découvrir ce film.


Note et avis

4/5

C’est un univers riche en paysages, en personnages et en thématiques que nous propose Rintaro avec Galaxy Express 999, une aventure universelle, intemporelle et émouvante.


Bande-annonce du film

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :