Dune (Denis Villeneuve, 2021) – Critique & Analyse

Dune, c’est un pilier de la littérature de science-fiction, mais aussi une œuvre qui est rentrée dans la mythologie du cinéma à travers le projet fou d’Alejandro Jodorowsky (qui fit l’objet du très bon documentaire Jodorowsky’s Dune) aboutissant sur l’étrange film de David Lynch, cultivant sa réputation d’œuvre inadaptable au cinéma. L’idée d’une nouvelle tentative, avec Denis Villeneuve à la réalisation, posait de nombreuses questions et suscitait d’importantes attentes.


Fiche du film

Affiche de Dune (2021)
Affiche de Dune (2021)
  • Genre : Science-Fiction
  • Réalisateur(s) : Denis Villeneuve
  • Distribution : Timothée Chalamet, Rebecca Ferguson, Oscar Isaac
  • Année de sortie : 2021
  • Synopsis : L’histoire de Paul Atreides, jeune homme aussi doué que brillant, voué à connaître un destin hors du commun qui le dépasse totalement. Car s’il veut préserver l’avenir de sa famille et de son peuple, il devra se rendre sur la planète la plus dangereuse de l’univers – la seule à même de fournir la ressource la plus précieuse au monde, capable de décupler la puissance de l’humanité. Tandis que des forces maléfiques se disputent le contrôle de cette planète, seuls ceux qui parviennent à dominer leur peur pourront survivre… (SensCritique)

Critique et Analyse

Timothée Chalamet dans Dune (2021)
Timothée Chalamet dans Dune (2021)

On sait que Dune est une œuvre très dense, à l’univers vaste et riche, ce qui confrontait ce nouveau film à l’épreuve de l’introduction à cet univers à un public ne le connaissant pas encore. Un vrai travail de force, pour amener tous ces éléments dans un seul film sans égarer le spectateur au milieu de toutes ces populations, castes et enjeux. Comme en témoigne le « Première Partie » apposé au titre du film, indiquant bien qu’il faudra plus d’un film pour parcourir cet univers et suivre les aventures de Paul Atréides, c’est en effet une tâche d’ampleur. Paul, un jeune homme au destin focalisant l’attention de tous, au milieu de guerres de pouvoir pour des ressources de plus en plus rares et essentielles à chaque population pour asseoir sa suprématie ou, au moins, sa survie.

« Dune relève le défi d’introduire un univers riche à un public large, ne fermant aucune porte, développant son histoire, tout en se limitant au rôle de simple introduction, quitte à laisser le spectateur sur sa faim, ayant la sensation d’avoir à peine commencé quelque chose alors que cela se termine déjà. »

Malgré les risques auxquels le film de Denis Villeneuve se trouvait confronté, l’exposition s’avère relativement réussie, articulant bien le récit pour cerner les spécificités de chaque peuple et de chaque personnage, permettant de les situer facilement sur l’échiquier avant le début de la partie. Si le film demeure dense, difficile à digérer en une seule séance, il parvient à maintenir un périmètre adapté à la durée d’un seul film pour ne pas se retrouver perdu dès le départ, même si l’on n’a pas forcément retenu tous les tenants et aboutissants de l’histoire. Dune relève le défi d’introduire un univers riche à un public large, ne fermant aucune porte, développant son histoire, tout en se limitant au rôle de simple introduction, quitte à laisser le spectateur sur sa faim, ayant la sensation d’avoir à peine commencé quelque chose alors que cela se termine déjà.

Dune (2021)
Dune (2021)

Le véritable atout de Dune réside dans sa beauté visuelle et sonore, entrant dans la lignée des précédents films de Denis Villeneuve, dont on sent ici un héritage direct, pour ne pas dire une « patte » Villeneuve bien reconnaissable. On retrouve cette architecture très brutaliste, cette ambiance souvent désaturée, notamment dans le désert, et cette utilisation très présente du son, qu’il s’agisse de bruitages mais aussi de la musique, toujours signée Hans Zimmer, très puissante et solennelle. L’univers visuel du film demeure très soigné et varié, avec de très bonnes idées, notamment, pour citer un exemple, quand on pense à cette scène sur la planète des Sardaukar, accumulant l’aspect visuel impressionnant et la présence du son à travers cet étrange personnage appelant au combat avec une voix extrêmement grave et gutturale rappelant le son d’un didgeridoo. Le film joue également bien sur les échelles, lors des scènes de batailles par exemple, mettant en relief les combattants et les immenses vaisseaux pour donner encore plus d’ampleur à ces affrontements, remettant en perspective les soldats vis-à-vis des enjeux au cœur desquels ils se trouvent.

Des réserves, cependant, sur le scénario et sur la progression du film, qui nous laisse sur un statu quo certes inévitable dans la perspective d’une suite, mais on a l’impression de subir la coupure à un nouveau commencement, dans l’attente d’un nouvel élan, sans pouvoir y accéder. Le rythme du film peut aussi constituer un frein, allant crescendo dans une première partie, atteignant un pic au milieu du film, avant de baisser progressivement vers la fin. Nommé Dune : Première Partie, ce premier film fait surtout office d’introduction, suscitant notre intérêt, nous présentant un univers que l’on a envie de découvrir, tout en ayant la sensation d’y avoir à peine touché, d’assister à quelque chose dans lequel nous ne sommes jamais véritablement rentrés. Même si on peut avoir l’impression que Denis Villeneuve se contente désormais d’appliquer la même recette à chacun de ses films, celle-ci s’applique bien à l’univers de Dune et lui permet de bénéficier d’une représentation de qualité, accessible au plus grand nombre, sans trop prendre le public par la main non plus. En résulte une drôle d’impression, celle d’avoir assisté à un spectacle assez impressionnant, mais de rester sur un goût d’inachevé, empêchant ce film de pouvoir exister seul, d’être véritablement indépendant, nous laissant donc dans l’attente d’un prochain film, qui ne viendra que dans deux ans.

Note et avis

En résumé

Grâce à un travail poussé sur l’image et le son, l’univers de Dune trouve ici une très belle représentation, dans sa richesse et sa complexité, tout en n’offrant qu’une introduction qui laisse l’impression de ne pas avoir pu réellement y entrer.

Overall
7/10
7/10

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

3 réflexions sur “Dune (Denis Villeneuve, 2021) – Critique & Analyse

  • 3 novembre 2021 à 8 h 26 min
    Permalien

    Bonjour Quentin,
    Et bravo pour cette critique. Contrairement à toi, je suis totalement entré dans cet univers déjà défriché par Lynch. Néanmoins, j’ai rapidement effacé les images de cette précédente version pour mieux m’imprégner de cette nouvelle adaptation, lecture autrement plus fidèle au texte de Frank Herbert. Certes, la dimension mystique et écologique n’est ici qu’effleurée, elle devrait prendre en consistance dans la partie suivante consacrée à l’avènement du prophète. Bien sûr la rupture de cette première partie est frustrante, tout comme l’était en son temps la fin du premier épisode du Seigneur des Anneaux de Jackson. Elle fait sens néanmoins, car Paul va ouvrir un nouveau chapitre de son existence parmi les Fremens. J’ai hâte de voir comment Villeneuve va s’emparer de cette épice pour nous embarquer à ses côtés.

    Répondre
    • 3 novembre 2021 à 10 h 50 min
      Permalien

      Merci ! :)
      Dans les faits je suis bien rentré dans l’univers, il est quand même très bien retranscrit, avec une âme et une atmosphère particulières. C’est en effet simplement le rôle d’introduction de ce film qui le rend difficilement indépendant d’une suite qui est attendue. Et je trouve justement que le premier Seigneur des Anneaux arrivait bien à nous faire finir sur un petit « climax », ouvrant sur quelque chose de nouveau, mais avec une fin intermédiaire tout de même. Ce que l’on ressent moins ici, ou il aurait fallu couper avant je pense.
      En tout cas je suis déjà curieux de voir la suite et je reverrai déjà celui-ci d’ici là, pour sûr.

      Répondre
  • 3 novembre 2021 à 16 h 10 min
    Permalien

    Tout est dit ! Un spectacle cinématographique riche et rare, mais qui laisse ce « goût d’inachevé », qui ne mène vraiment nulle part tout en montrant trop clairement où il veut aller : vers un second film (qui n’était même pas assuré de se faire). Je trouve que Villeneuve s’est trop appuyé sur ce sauf-conduit de la suite et que ça l’a empêché de faire de Dune un premier film à part entière.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :