Pig (Michael Sarnoski, 2021) – Critique & Analyse

Ces dernières années, Nicolas Cage est quelque peu devenu l’archétype de l’acteur aux rôles alimentaires, accumulant les rôles dans des films d’action aux petits moyens, destinés au marché vidéo, et à la qualité souvent discutable. Cependant, depuis peu, il semble se frayer dans une niche dans des films de genre plus ambitieux ou mieux reçus, tels que Mandy (2018), Color out of Space (2019) ou encore, cette année, Pig.


Fiche du film

Affiche de Pig (2021)
Affiche de Pig (2021)
  • Genre : Drame
  • Réalisateur(s) : Michael Sarnoski
  • Distribution : Nicolas Cage, Alex Wolff, Adam Arkin
  • Année de sortie : 2021
  • Synopsis : Un chasseur de truffes vit en ermite dans la nature sauvage de l’Oregon, quand l’enlèvement de sa truie truffière le pousse à retourner vers la civilisation à Portland où il devra faire face aux démons de son passé. (SensCritique)

Critique et Analyse

Nicolas Cage dans Pig (2021)
Nicolas Cage dans Pig (2021)

Entre l’affiche montrant le visage grave et empreint de colère de Nicolas Cage, et le résumé du film, nous aurions tendance à imaginer un film montrant un homme torturé, risquant de provoquer un déchaînement de violence après avoir été dépossédé de la seule créature donnant du sens à sa vie. Certains seraient même tentés d’y voir une version alternative de John Wick, avec un Nicolas Cage vengeur, quittant la forêt pour se confronter à son passé en ville. Sachez, en tout cas, que tout cela est faux, et à des années-lumière de ce que vient proposer Pig. En effet, Nicolas Cage incarne ici Robin Feld, un homme menant une vie d’ermite au cœur d’une forêt de l’Oregon, où il cherche des truffes avec sa truie, pour les revendre ensuite. Cependant, le vol soudain de sa truie va l’obliger à partir en ville pour la récupérer.

« Pig propose un lent retour vers la civilisation, une volonté retrouvée de renouer avec l’humanité, et une capacité de la ranimer chez ceux qui l’avaient perdue. »

Le film propose un rythme relativement lent, posant ses plans de cet homme vivant seul dans la forêt avec sa truie, loin du tumulte de la ville, prononçant un minimum de mots dans ce prologue mutique et contemplatif. Malgré l’intervention de l’élément perturbateur, Pig maintiendra ce même rythme, montrant le lent retour de Robin dans cette civilisation justement pas si civilisée, commençant par la violence, à travers les combats de rue, avant de retrouver le raffinement qui régissait le quotidien de cet ancien chef reconnu. Pig propose un lent retour vers la civilisation, une volonté retrouvée de renouer avec l’humanité, et une capacité de la ranimer chez ceux qui l’avaient perdue.

Nicolas Cage dans Pig (2021)
Nicolas Cage dans Pig (2021)

Tout est une question de décalage dans Pig, à commencer par celui de Robin vis-à-vis des autres. Tout au long du film il restera débraillé, le visage tuméfié, comme prisonnier de sa nouvelle condition, tout comme étant mu d’une volonté de rester tel qu’il est. Malgré son allure, il se fait accueillir dans des restaurants chics, retrouvant d’anciens élèves qu’il n’hésite pas à sermonner et à secouer en les faisant reconsidérer leur condition et leur parcours, qui n’était peut-être pas celui qu’ils auraient dû choisir. Le film donne souvent lieu à des situations qui pourraient paraître grotesques, mais qui se déroulent comme si de rien n’était, usant beaucoup de non-dits pour laisser ces situations se décanter et laisser le spectateur réfléchir lui-même à ce qui est en train de se passer.

Pig est un film assez difficile à appréhender, notamment à cause de son rythme relativement lent, n’hésitant pas à étirer au maximum les scènes et les dialogues, mais aussi à cause de l’opacité de son propos, qui ne paraît pas toujours très évident à dégager sur l’instant. Malgré sa mélancolie et sa bizarrerie, le film est finalement assez positif, faisant de Robin une sorte de messager, un homme désabusé qui retrouve une étincelle d’humanité et la redistribue aux autres dans une société qui en manque. Quelque part, on regrette cette opacité qui semble volontaire, comme dans une volonté d’intellectualiser un film qui n’a pas spécialement besoin de l’être, créant une distance vis-à-vis du film mais aussi des personnages. Nicolas Cage tient son rôle, même si on ne doutait pas de ses qualités d’acteur, et la réalisation est elle-même de qualité, mais Pig laisse une drôle d’impression, s’avérant un film de bonne facture, cherchant à aller à l’essentiel et à renouer avec l’humain mais qui semble, paradoxalement, manquer d’humanité.

Note et avis

En résumé

Pig est un étrange film, à la lenteur manifeste, cherchant à renouer avec l’essentiel, mais qui veut parfois en faire trop, quitte à égarer le spectateur.

Overall
6/10
6/10

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :