Dracula (Tod Browning, 1931) – Critique & Analyse

Dracula. Voici un nom qui fait frissonner, et qui incarne l’épouvante comme aucun autre. Mythique personnage de la littérature et du théâtre britannique, il apparut pour la première fois au cinéma dans un film-pirate hongrois de 1921 et aujourd’hui disparu, avant que Murnau ne réalise l’acclamé Nosferatu un an plus tard. Mais c’est bien ce Dracula qui a fait date et qui reste encore très ancré dans la culture populaire.


Fiche du film

Affiche de Dracula (1931)
Affiche de Dracula (1931)
  • Genre : Fantastique, Horreur
  • Réalisateur(s) : Tod Browning
  • Distribution : Bela Lugosi, Helen Chandler, David Manners
  • Année de sortie : 1931
  • Synopsis : Renfield, chargé de conclure une transaction immobilière avec le comte Dracula, se rend dans son château des Carpates, où l’aristocrate, qui s’avère un vampire, va l’hypnotiser pour le mettre sous ses ordres. Débarqué en Angleterre, Dracula ne tarde pas créer de nouveaux semblables parmi la société locale en commençant par la jeune Lucy, fille du directeur de l’asile… (SensCritique)

Critique et Analyse

Dracula (1931)
Dracula (1931)

Le Lac des Cygnes de Tchaïkovski en ouverture, une ambiance macabre, le ton est tout de suite donné, nous évoquant un conte horrifique et fantastique. Dracula parvient tout de suite à nous immerger dans cette ambiance, avec ces voyageurs qui content à haute voix la légende du vampire pendant que la diligence se fraie un chemin au milieu de ces grandes montagnes inhospitalières, et ces villageois qui alertent l’homme d’affaires sur le fait de ne pas continuer son voyage de nuit sur ces terres maudites. Alors que toutes les peurs n’étaient issues que d’histoires rapportées, l’horreur va se manifester concrètement, quand le comte lui-même prendra le relais pour conduire Renfield, se transformant en chauve-souris pour diriger son convoi.

« Ce premier acte, qui dure jusqu’à l’arrivée du comte Dracula en Angleterre, est mené d’une main de maître, trouvant sa source dans l’expressionnisme, et définissant de nombreuses fondations du cinéma fantastique et d’épouvante. »

Vient alors le décor du manoir, nouvel écrin horrifique parfaitement conçu, avec ces plafonds démesurément hauts, ces escaliers interminables, ces toiles d’araignées gigantesques… Tout, dans ce lieu, évoque la peur, quand Renfield incarne cette petite flamme qui essaie de résister dans l’obscurité. Ce premier acte, qui dure jusqu’à l’arrivée du comte Dracula en Angleterre, est mené d’une main de maître, trouvant sa source dans l’expressionnisme, et définissant de nombreuses fondations du cinéma fantastique et d’épouvante. Par ailleurs, dans ce début des années 30 où le cinéma parlant émerge encore, la musique est encore très peu présente, et cela occasionne de nombreux moments de silence qui alimentent la tension et la peur qui émanent des images.

Dracula (1931)
Dracula (1931)

Toutefois, ce premier acte ne parvient pas à être égalé par le reste du film, qui suit la volonté de Dracula d’étendre son pouvoir et de transformer en vampires les victimes qu’il a désignées. Les motifs découverts au début se répètent alors, pendant que se développe un nouvel arc avec l’intervention du Professeur Van Helsing, qui enquête sur ce mal mystérieux. Dans sa volonté de se positionner en tant qu’adaptation du roman et de la pièce de théâtre, le film ne parvient pas à se défaire totalement des codes qui régissent ces derniers, ce qui fait que Dracula tend à se figer, à être dans le dialogue plus que dans la suggestion, dans le langage des mots plus que des images, contrairement au début du film. Ce parti-pris tend finalement à biaiser notre perception du temps, qui s’étire, et qui fait perdre au film sa puissance évocatrice.

Il est certain que Dracula est, pour nos yeux de spectateurs modernes, doté d’un certain charme de l’ancien, avec ses effets spéciaux datés et ses allures, par moment, de production « bis ». Aussi kitsch puisse-t-il paraître par moments, Dracula reste un film qui vient définir de nombreux codes du film d’épouvante, l’inscrivant dans une nouvelle ère tout en influençant durablement son histoire. Béla Lugosi reste une incarnation inoubliable du plus célèbre des vampires, parvenant à surpasser son absence de maîtrise de l’anglais pour livrer la prestation d’une vie, et associant définitivement ses traits à ceux de ce personnage mythique. La postérité de Dracula pourrait tendre à masquer ses défauts, à mes yeux plus nombreux que dans d’autres de ses films, notamment dans sa période muette (Le Club des Trois, L’Inconnu, Le Talion) ou plus tard avec Freaks. Reste le regard glaçant de Béla Lugosi, qui traverse l’écran et les âges, pour l’éternité.

Note et avis

En résumé

Pierre angulaire du cinéma d’horreur, porté par le charme de l’époque et le magnétisme de Béla Lugosi, Dracula  a un charme certain qui se manifeste surtout dans son premier acte, pour un reste certes fondateur mais plus répétitif et moins lugubre qu’espéré.

Overall
6/10
6/10

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

1 réflexion sur “Dracula (Tod Browning, 1931) – Critique & Analyse

  • 10 octobre 2021 à 9 h 33 min
    Permalien

    Les premiers Universal Monsters reposent beaucoup sur leur puissance évocatrice et il est vrai qu’à ce titre j’avais préféré Frankenstein à Dracula – voire même en remontant plus loin, Le Fantôme de l’Opéra, qui fait force de suggestion, sans doute grâce aux atouts et contraintes du cinéma muet.
    Dracula reste un film sympa et une pierre angulaire du cinéma d’horreur, alors c’est la période idéale pour le revoir :D

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :