Deux Moi (Cédric Klapisch, 2019) ★★½ : Toi, Paris et moi

Après un été relativement calme, la rentrée cinématographique fut bien chargée, avec un bon nombre de films attrayants, de quoi ne plus savoir où en donner de la tête. Même s’il ne se présente pas comme un potentiel « film de l’année », Deux Moi, le nouveau film de Cédric Klapisch, se présentait avec des intentions intéressantes, avec un bon casting à l’affiche. Mais est-ce bien suffisant ? Peut-être pas…


Fiche du film

Affiche de Deux Moi (2019)
Affiche de Deux Moi (2019)
  • Genre : Comédie dramatique
  • Réalisateur : Cédric Klapisch
  • Année de sortie : 2019
  • Distribution :  François Civil, Ana Girardot, François Berléand
  • Synopsis : Rémy et Mélanie ont trente ans et vivent dans le même quartier à Paris. Elle multiplie les rendez-vous ratés sur les réseaux sociaux pendant qu’il peine à faire une rencontre. Tous les deux victimes de cette solitude des grandes villes, à l’époque hyper connectée où l’on pense pourtant que se rencontrer devrait être plus simple… Deux individus, deux parcours. Sans le savoir, ils empruntent deux routes qui les mèneront dans une même direction… celle d’une histoire amour ? (SensCritique)

Critique et Analyse

François Civil dans Deux Moi (2019)
François Civil dans Deux Moi (2019)

Bien que Cédric Klapisch ait réalisé des films désormais célèbres et reconnus comme Le Péril Jeune, L’Auberge Espagnole, ou encore Ce qui nous lie, j’ai abordé Deux Moi comme pur novice en la matière, faute d’avoir eu l’occasion de voir un de ses films. De quoi, donc, développer un point de vue certes dénué de cette partie du contexte dans lequel le film se situe, mais qui permet aussi d’aborder ce film sans a priori. Un film qui me séduisait, donc, sur le papier, racontant l’histoire de deux jeunes adultes vivant à Paris, deux voisins si proches géographiquement, faits pour se retrouver à travers leur solitude mutuelle, mais qui ne le savent pas encore.

« Le film de Cédric Klapisch ne fait pas de Paris un simple cadre, mais il en fait un personnage à part entière, séparant et rejoignant les deux protagonistes du film en diverses occasions.« 

Etant moi-même jeune adulte, vivant sur Paris, et supportant tant bien que mal tout le tumulte et les aléas de la vie parisienne, j’étais le public idéal pour ce film. Et, oui, Deux Moi retranscrit bien cette vie stressante, l’ubérisation de l’économie, la place importante que les réseaux sociaux peuvent tenir dans notre vie, la quête de sens… Le film de Cédric Klapisch ne fait pas de Paris un simple cadre, mais il en fait un personnage à part entière, séparant et rejoignant les deux protagonistes du film en diverses occasions. On remarque par ailleurs quelques astuces de montage qui viennent permettre aux deux sous-intrigues de se croiser et de se répondre, et le duo principal fonctionne bien, tout en étant soutenu par de bons rôles secondaires.

Camille Cottin et Ana Girardot dans Deux Moi (2019)
Camille Cottin et Ana Girardot dans Deux Moi (2019)

Mais, en dehors de ces quelques éléments intéressants, que retenir de Deux Moi ? Que retenir si ce n’est une petite comédie romantique classique et sympathique ? Car, si l’on passe, certes, un bon moment devant le nouveau film de Klapisch, en sortant de la salle, on se demande ce qui perdurera réellement dans notre mémoire. Deux Moi dit beaucoup de choses, sans réellement en raconter. Le film a tendance à s’étirer, à avancer, sans réellement progresser, à plaire et à faire sourire, sans vraiment surprendre. Au bout du compte, les quelques bonnes idées disséminées à travers le film ne suffisent pas à lui donner un véritable souffle.

Deux Moi a de bonnes intentions, il vient célébrer les sentiments authentiques à l’époque de virtuel, et propose, il faut le dire, une jolie histoire pour passer un bon moment. Cela reste cependant très verbeux et ne propose vraiment pas grand chose d’un point de vue cinématographique, pour un film sympathique, mais qui reste relativement anecdotique.


Note et avis

2.5/5

Deux Moi est une jolie comédie romantique dont on discerne les bonnes intentions, mais qui peine à véritablement marquer.

Bande-annonce du film

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

4 réflexions sur “Deux Moi (Cédric Klapisch, 2019) ★★½ : Toi, Paris et moi

  • 30 septembre 2019 à 5 h 25 min
    Permalien

    La BA est sympa, mais visiblement le film ne tient pas ses promesses. Il attendra la télé.

    Répondre
    • 30 septembre 2019 à 8 h 31 min
      Permalien

      Oui, c’est mieux ainsi. C’était en effet prometteur, mais ça ne va pas au-delà de schémas déjà connus et ça n’apporte pas vraiment grand chose de particulier, même si ça se regarde très bien.

      Répondre
  • 27 février 2020 à 4 h 47 min
    Permalien

    Ce ne sont pas là les seuls enjeux du film. Le retour à soi à l’ère 2.0 par le truchement d’un autre, humain et non digitalisé (les 2 thérapeutes,là où la famille est impuissante), la nécessité d’une foi en un fatum non plus punitif mais justement adjuvant (incarné par un épicier, un chat…), deux prérequis à la réalisation de soi que compromettent les réseaux sociaux en donnant une illusion de contrôle, avatar de la volonté de puissance.

    Répondre
    • 27 février 2020 à 8 h 08 min
      Permalien

      Merci pour ces éclaircissements ! Notre réception et notre analyse sera toujours influencée par nos propres biais et expériences, et c’est très probablement ce qui m’a fait penser à certaines choses et non à d’autres, et à manquer de relever des éléments de l’intrigue tels qu’ils étaient pensés. C’est un film qui n’a pas vraiment su me parler.

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :