Les Damnés de l’océan (Josef von Sternberg, 1928) – Critique & Analyse

En 1928, au crépuscule du cinéma muet, Josef von Sternberg était dans sa période la plus prolifique. Après avoir notamment réalisé Les Nuits de Chicago (1927), communément considéré comme étant l’un des premiers grands films de gangsters, puis Crépuscule de gloire (1928), grand film qui valut à Emil Jannings le premier Oscar du meilleur acteur de l’histoire pour sa superbe prestation, il réalisé Les Damnés de l’océan, qui lui fait retrouver le chemin de George Bancroft, grande star de l’époque.


Fiche du film

Affiche de Les Damnés de l'océan (1928)
Affiche de Les Damnés de l’océan (1928)
  • Genre : Drame, Romance
  • Réalisateur(s) : Josef von Sternberg
  • Distribution : George Bancroft, Betty Compson, Olga Baclanova
  • Année de sortie : 1928
  • Synopsis : Un matelot travaillant dans les soutes d’un navire qui vient d’accoster dans le port de New-York sauve une jeune femme qui voulait se suicider. Puis un pasteur les marie mais le bateau doit bientôt repartir… (SensCritique)

Critique et Analyse

Les Damnés de l'océan (1928)
Les Damnés de l’océan (1928)

L’univers que nous allons explorer est sombre, suintant, chaud, mais pas chaleureux. Dans la salle des machines d’un navire de marchandises, Bill alimente ces dernières en charbon, au milieu d’une équipe de soutiers travaillant dans un véritable enfer où les flammes étouffent et font transpirer. Parfois, le navire accoste, et c’est l’occasion de penser à autre chose. Dans les ports de New York, la vie bat son plein, où le paradis des marins a les allures d’un enfer de débauche. Les gens s’enivrent, dansent, s’embrassent… Loin des regards de la société mondaine, ceux qui sont laissés en marge rattrapent le temps perdu et se livrent à tous les excès.

« La nuit laisse peu de place à la lumière, mais lorsqu’elle éclate, elle n’en est que plus puissante, pour manifester cet éclat de félicité qui brille. »

L’œil du spectateur est rapidement confronté à la profusion d’éléments et de détails. Les plans sont riches, avec un recours régulier à la profondeur de champ pour donner vie à ce monde souterrain, notamment dans les scènes de liesse dans le bar. Le cinéaste cherche à mettre en scène une sorte de fourmilière hors de contrôle, frénétique, qui dépasse rapidement les individus. Cela n’empêche pas une mise en avant du couple principal, celui composé par Bill et par Mae, les deux laissés pour compte qui vont trouver chez l’autre une lueur d’espoir dans leur détresse commune. La nuit laisse peu de place à la lumière, mais lorsqu’elle éclate, elle n’en est que plus puissante, pour manifester cet éclat de félicité qui brille.

Les Damnés de l'océan (1928)
Les Damnés de l’océan (1928)

Ni elle ni lui n’ont trouvé de véritable bonheur ni de satisfaction dans une existence « normale ». Ils ont tous les deux cédé aux tentations, se laissant aller à tout sans parvenir à être heureux. Ils sont devenus comme des épouvantails, affublés d’une étiquette sur le front qui les catégorise et les dévalorise instantanément aux yeux des autres. C’est au fond du désespoir qu’ils finiront par entrevoir l’espoir, chacun brisant peu à peu sa carapace. L’un, brute au grand cœur, au physique patibulaire mais toujours juste, l’autre, frêle et amère, désabusée mais quand même encore capable d’espérer. Ce qui les unit, c’est ce côté sauvage qu’ils ont acquis à force d’endurer les épreuves de la vie et qui, peu à peu, se mue en une forme de spontanéité qui leur permet de ne douter de rien.

Les Damnés de l’océan est une romance qui touche par son universalité et sa beauté. La photographie du film, superbe, apporte une touche de magie à ce métrage porté par George Bancroft, figure protectrice au physique imposant, et Betty Compson, à la beauté éblouissante, parvenant à donner beaucoup de relief au personnage complexe qu’elle incarne. Un autre très beau film de von Sternberg à découvrir.

En résumé

Note et avis

Les damnés de l’océan est une belle romance, racontant l’histoire de malheureux à la vie peu joyeuse, transformant leur côté « sauvage » en une spontanéité salvatrice, leur redonnant goût à la vie. Se jeter à l’eau ne devient plus synonyme de mort, mais un exutoire.

Note
7.5/10
7.5/10

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :