Bienvenue à Marwen (Robert Zemeckis, 2019) – Critique & Analyse

Une soirée arrosée, une petite phrase anodine, un déluge de coups, une violence inouïe, puis plus rien. Après l’enfer, le néant. Ce soir là, les foudres se sont abattues sur Mark, qui, pourtant, n’avait rien demandé. Mais la mort l’a épargné, et il faut réussir à relever la tête. Se reconstruire, et chercher un abri. Un monde qui sera le sien, rien qu’à lui. Bienvenue à Marwen.


Fiche du film

Affiche de Bienvenue à Marwen (2019)
Affiche de Bienvenue à Marwen (2019)
  • Genre : Biopic, Drame, Fantastique
  • Réalisateur : Robert Zemeckis
  • Année de sortie : 2019
  • Casting : Steve Carell, Leslie Mann, Diane Kruger
  • Synopsis : L’histoire de Mark Hogancamp, victime d’une amnésie totale après avoir été sauvagement agressé, et qui, en guise de thérapie, se lance dans la construction de la réplique d’un village belge durant la Seconde Guerre mondiale, mettant en scène les figurines des habitants en les identifiant à ses proches, ses agresseurs ou lui-même. (senscritique.com)

Critique et Analyse

Steve Carell dans Bienvenue à Marwen (2019)
Steve Carell dans Bienvenue à Marwen (2019)

Robert Zemeckis. Voilà un nom que l’on voit assez régulièrement dans nos salles et qui, pourtant semblait presque (je dis bien presque) tombé dans l’oubli, au regard de l’accueil de ses dernier films par rapport à ses immenses succès passés, à commencer par la trilogie Retour vers le Futur et Forrest Gump. La distribution de Bienvenue à Marwen est symptomatique et représentative de la dynamique actuelle de la filmographie de Robert Zemeckis et de sa notoriété : discrète et nostalgique. Au MK2 Bastille, nous n’étions même pas 10 dans une toute petite salle, avec un petit écran. Comme l’impression de se rendre à un petit spectacle confidentiel, de se replonger dans de vieux souvenirs dans un cadre intimiste. Dans cette salle, nous étions tous, un peu, des Mark Hogancamp. Nous étions venus nous échapper de la grisaille extérieure, nous isoler, pour invoquer notre imaginaire et délaisser la réalité pour un peu moins de deux heures.

« Pour Mark, c’est une manière d’exorciser un mal oppressant, d’invoquer l’imaginaire, son étrangeté et sa singularité pour l’imposer et l’assumer dans la réalité. »

Et, dans Bienvenue à Marwen, la frontière entre réalité et imaginaire est on ne peut plus floue. Nous connaissons l’histoire de base, celle d’un homme presque battu à mort, au point de devenir amnésique, et reconstruisant une ville miniature où il crée des histoires lui servant d’exutoire. Et Robert Zemeckis n’hésite pas à prendre de court le spectateur, en opérant des transitions discrètes mais efficaces qui nous font passer du réel à l’imaginaire de manière fluide, laissant à chaque fois le spectateur face à un bref instant de doute, notamment dès les premiers instants du film. Car le cinéaste l’a compris, il ne s’agit pas de dissocier les deux mondes, mais bien de les rendre interdépendants. Mark retranscrit sa souffrance et les violences dont il a été victime à travers des reconstitutions se déroulant lors de la Seconde Guerre Mondiale, et ces mises en scène influencent ses interactions avec le monde extérieur. Pour Mark, c’est une manière d’exorciser un mal oppressant, d’invoquer l’imaginaire, son étrangeté et sa singularité pour l’imposer et l’assumer dans la réalité.

Bienvenue à Marwen (2019)
Bienvenue à Marwen (2019)

Car le principal tort de Mark, c’est d’avoir un penchant pour les chaussures à talons hauts, généralement associés et réservés aux femmes. Homme ordinaire et sans histoires, il a payé pour ses penchants d’apparence originaux, quand il n’avait rien demandé à personne. A Marwen, personne ne peut le juger, il est le héros, les gens sont là pour lui, et il survit à tous les assauts des soldats allemands, froids, intolérants et impitoyables. Et la dynamique du film consiste en une emprise de plus en plus importante de l’imaginaire sur le réel, briser les carcans de la société pour libérer Mark, d’ouvrir Marwen au monde pour faire accepter sa véritable personnalité, sans ne plus jamais avoir à se cacher. Et l’utilisation de l’imaginaire, quelque chose de très personnel, tarabiscoté, étrange, extraordinaire et surtout singulier, permet de mettre en avant le fait que chacun est unique, que chacun a sa propre façon de percevoir le monde qui l’entoure, et de se conduire comme bon lui semble, sans devoir avoir à se soucier du jugement des autres. Bienvenue à Marwen vient donc créer une collision entre cette singularité et cette masse, en montrant l’importance d’une capacité à s’accepter soi-même d’abord, de suivre ses convictions, pour se faire son propre chemin, grâce aux autres, ou malgré eux.

C’est donc une belle parenthèse mélancolique et touchante que nous offre Robert Zemeckis en ce début d’année. Toujours friand de prouesses visuelles, il impressionne avec ces séquences animées aussi belles que bourrées d’imagination. La belle musique d’Alan Silvestri porte le film, avec, notamment, un très beau thème principal, et Steve Carell est touchant de sincérité et d’authenticité. Globalement, le scénario n’est pas forcément des plus originaux, mais, pourtant, il exploite parfaitement l’histoire originale pour offrir un traitement des plus pertinents, capable de parler à tous et de mettre le spectateur face à ses propres a priori et préjugés. Bienvenue à Marwen ne semble malheureusement pas parti pour faire exploser les compteurs, mais personne ne pourra voler ce beau moment que nous a offert Robert Zemeckis.


Note et avis

3.5/5

Bienvenue à Marwen est un beau film, mélancolique, confrontant et associant réalité et imaginaire avec pertinence et maîtrise, pour adresser des messages qui donnent envie de croire et d’avancer.


Bande-annonce du film

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Une pensée sur “Bienvenue à Marwen (Robert Zemeckis, 2019) – Critique & Analyse

  • 8 janvier 2019 à 22 h 40 min
    Permalink

    Ma meilleure amie l’a vu et elle a beaucoup aimé. J’ai vu la bande annonce et ce que tu en dis dans ta belle critique. Je le note ce film. Excellente soirée :)

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :