Ad Astra (James Gray, 2019) ★★★★½ : Vertige aux confins de l’Univers et de l’humanité

Dans la nuit, notre regard cherche souvent la lumière. Instinctivement, notre tête se lève pour nous faire admirer la voûte céleste qui s’élève loin au-dessus de nous. Alors que le ciel baigne dans l’obscurité, que le vide spatial fait de ce ciel, d’habitude si bleu, un océan de ténèbres, les étoiles percent de leur lumière cette immensité si sombre. Tant d’étoiles, et tant de mondes possibles qui gravitent autour, des mondes peut-être comme le nôtre, peut-être pas, mais qui pourraient, en tout cas, comme chez nous, abriter la vie. Sommes-nous seuls dans l’Univers ? Quelle est notre place dans cette immensité dont nous repoussons sans cesse les frontières ? A défaut de pouvoir y apporter une réponse ferme, James Gray nous tend la main avec Ad Astra, un des films les plus attendus de l’année, un périple aux confins de tout, un puissant vertige dont on ne peut sortir inchangé.

Avertissement : L’article suivant se veut le plus évasif possible mais contiendra des spoilers potentiels, il est donc préférable d’avoir lu le film avant de lire l’article – le dernier paragraphe peut cependant être lu si vous ne l’avez pas encore vu


Fiche du film

Affiche d'Ad Astra (2019)
Affiche d’Ad Astra (2019)
  • Genre : Science-Fiction
  • Réalisateur : James Gray
  • Année de sortie : 2019
  • Distribution : Brad Pitt, Tommy Lee Jones, Donald Sutherland, Ruth Negga, Liv Tyler
  • Synopsis : L’astronaute Roy McBride s’aventure jusqu’aux confins du système solaire à la recherche de son père disparu et pour résoudre un mystère qui menace la survie de notre planète. Lors de son voyage, il sera confronté à des révélations mettant en cause la nature même de l’existence humaine, et notre place dans l’univers. (SensCritique)

Critique et Analyse

James Gray, probablement l’un des cinéastes américains les plus « européens », auteur d’œuvres marquantes comme Little Odessa, La Nuit nous appartient, Two Lovers ou encore The Lost City of Z, nous revient pour nous faire nous envoler vers les étoiles. Celui qui a été acclamé par beaucoup, et incompris par d’autres, mais toujours fidèle à sa vision, est devenu une figure fascinante et intrigante du cinéma moderne. La science-fiction a souvent été un cap, un passage pour des cinéastes qui ont marqué l’histoire du septième art (Kubrick avec 2001, Tarkovski avec Solaris, ou, pour donner un exemple plus proche de nous, Nolan avec Interstellar). Voir James Gray, cinéaste tourmenté et si proche des Hommes dans l’expression de son art, nous envoyer aux confins du système solaire, avait de quoi interroger. Et, même à des milliards de kilomètres de la Terre, l’art de James Gray demeure toujours aussi vivace et brutal. Tentative d’analyse d’une grande oeuvre, en quelques points.

Ad Astra (2019)
Ad Astra (2019)

La mission : Reconstruire les liens familiaux et s’accomplir

Même si, comme souvent, l’histoire n’est qu’un prétexte chez James Gray, il convient de lui prêter attention, puisqu’elle agit comme élément de communication privilégié entre le cinéaste et le spectateur. De manière très synthétique, Roy McBride (Brad Pitt), astronaute, est missionné pour reprendre contact avec son père (Tommy Lee Jones), disparu aux alentours de Neptune lors d’une mission, et dont le vaisseau est suspecté d’envoyer des décharges destructrices qui affectent grandement les systèmes en place sur Terre. D’emblée, l’image du père est marquée par l’absence, qui se retrouve, paradoxalement, dotée d’une omniprésence tantôt mélancolique, tantôt étouffante. De par cette absence, par ce manque de liens familiaux, Roy est un solitaire. Sa vie est dédiée à l’exploration spatiale, héritage indubitable du père, une mission de tous les jours qui lui empêche d’avoir une vie de famille et des relations sociales normales. Cette solitude a un impact sur sa manière de communiquer, le rendant presque incapable de s’exprimer sur ce qui l’affecte profondément, menant James Gray à user de la voix-off pour que Roy exprime ses pensées, pour qu’il les adresse au spectateur, mais aussi à lui-même.

« Pour Roy, le but de cette mission n’est pas simplement de sauver la Terre, mais de s’extirper de l’ombre provoquée par son père, de définitivement prendre son indépendance. »

La solitude a toujours été très présente chez James Gray, depuis Little Odessa, et plus que jamais dans Ad Astra. Symptomatique d’un manque de repères manifeste en conflit avec une profession qui demande une rigueur extrême, comme en témoignent ses tests psychologiques réguliers, elle se double d’une quête d’accomplissement, autre composante régulière des films de James Gray. Pour Roy, le but de cette mission n’est pas simplement de sauver la Terre, mais de s’extirper de l’ombre provoquée par son père, de définitivement prendre son indépendance. Mais, pour cela, il faut se confronter une nouvelle et dernière fois à cette entité, et reconstruire le pont pour le traverser. Cela peut être représenté de façons très différentes, mais James Gray choisit de le faire d’une manière tout à fait poétique et symbolique, au beau milieu de l’espace, loin de tout, dans le vide, au cœur de l’infini, pour mieux se recentrer sur l’essentiel. A ce titre, le cinéaste nous offre un grand moment de poésie, réunissant le père et le fils où seuls eux existent, comme si rien d’autre n’existait. Mais cette réunion, aussi symbolique et semée d’embûches soit-elle, ne constitue qu’un point de départ vers des réflexions plus larges sur l’humanité et l’univers.

Brad Pitt dans Ad Astra (2019)
Brad Pitt dans Ad Astra (2019)

L’évolution de l’humanité : du passé au futur

La quête du père absent est une ouverture vers notre passé. Le père de Roy, mais aussi le colonel Pruitt (Donald Sutherland) se présentent comme des messagers, des témoins du passé, un passé que l’on fuit d’emblée dans ce film qui nous invite dans un futur proche, mais qu’il est essentiel d’invoquer pour mettre en perspective ce futur imaginaire. Ce futur est à l’image de notre présent, comme, à peu près, tout futur qui a été fantasmé dans la littérature, le cinéma, la bande dessinée, ou l’art en général. Il s’axe autour de la conquête spatiale, de la course aux étoiles qui anime l’humanité aujourd’hui, laquelle espère remettre un pied sur la Lune, et atteindre Mars. A ce propos, la vision de James Gray sur la conquête spatiale est tout à fait intéressante. En effet, la conquête spatiale et la colonisation d’autres mondes ont souvent un côté fantasmé et utopique, mais ce n’est pas du tout le cas dans Ad Astra.

« Ad Astra se présente comme un périple vers la fin de l’humanité, loin de la Terre et de notre époque, pour finalement faire naître un éclat d’humanité dans les ténèbres, et revenir à ses origines, et à l’essentiel. »

Quand Roy arrive sur la Lune, il découvre des grands magasins, des compagnies de voyage, de grandes enseignes, l’image d’un consumérisme qui a aussi envahi l’espace. Il est aussi attaqué par des pirates qui prennent d’assaut les convois. Cette Lune fraîchement colonisée est à l’image des grands déserts américains tels que montrés dans les westerns : des terres encore vierges, hostiles, et où la loi peine à se faire une place. L’Homme est encore incapable de s’adapter à ce nouvel environnement et, pire, il y fait les mêmes erreurs que celles qu’il a déjà commises sur Terre. Gray vient invoquer des codes du western pour ramener l’humanité à ses origines, pour la fragiliser en dépit de ses progrès technologiques, en l’éloignant de son environnement. Plus loin, au cours de son voyage vers Neptune, Roy est lui-même affecté par cet éloignement, se retrouvant plongé dans une solitude de plus en plus extrême, l’affectant gravement d’un point de vue mental. Au fur et à mesure de son périple vers son objectif, l’astronaute se déshumanise, et évolue d’un monde de moins en moins humain. Ainsi, Ad Astra se présente comme un périple vers la fin de l’humanité (représentée par Neptune, plus lointaine planète de notre système solaire), loin de la Terre et de notre époque, pour finalement faire naître un éclat d’humanité dans les ténèbres, et revenir à ses origines, et à l’essentiel.

Ad Astra (2019)
Ad Astra (2019)

La place de l’Homme dans l’Univers

Le film de James Gray s’inscrit dans une échelle encore plus large que celles de la famille et de l’humanité, précédemment évoquées, puisqu’elle vient tenter d’apporter des éléments de réponse à des question sous-jacentes dans la conquête spatiale : sommes-nous seuls dans l’Univers ? Quelle est la place de l’Homme dans l’Univers ? Ad Astra ne cesse de rappeler l’immensité de l’Univers, de montrer à quel point l’espace, malgré les milliards d’astres qui y gravitent, est principalement constitué de vide. Le film nous rappelle que nous ne sommes que peu de choses dans cette immensité, surtout quand nous sommes loin de notre monde. Neptune, immense planète à la couleur bleu nuit, représente la frontière de notre système solaire, la planète la plus éloignée du Soleil et, quelque part, la frontière de notre monde connu. Sa couleur invoque le froid, la nuit, le lointain, elle semble inhospitalière et pourtant, elle nous hypnotise. C’est en touchant cette frontière que Roy et, quelque part, l’Homme, comprend quelle est sa place dans l’Univers.

« Le discours d’Ad Astra vise surtout à rappeler que l’Homme, qui a aujourd’hui les yeux rivés vers les étoiles, ne doit pas oublier d’où il vient, et qu’aujourd’hui, il n’a que ce monde où vivre. »

Ce contact conduit Roy vers le chemin du retour, le ramenant à l’essentiel : la vie sur Terre. Car malgré sa propension à regarder ailleurs, à imaginer, à chercher des issues, c’est bien sur Terre qu’est la place de l’Homme. Le discours est à nuancer cependant, car il ne vise pas à totalement condamner la conquête spatiale. Mais le discours d’Ad Astra vise surtout à rappeler que l’Homme, qui a aujourd’hui les yeux rivés vers les étoiles, ne doit pas oublier d’où il vient, et qu’aujourd’hui, il n’a que ce monde où vivre. Et James Gray décrit ce monde comme imparfait, mais cette imperfection n’est pas montrée comme une fatalité, mais comme une normalité, car elle est inhérente à la nature humaine. C’est ce qui transparaît d’ailleurs à la fin du film, quand Roy revient sur Terre, comme un extra-terrestre enfermé dans sa sonde, avant de retrouver son environnement, et de prendre conscience grâce aux révélations auxquelles il a été confronté.

The Lost City of Z (2017) / Ad Astra (2019)
The Lost City of Z (2017) / Ad Astra (2019)

De The Lost City of Z à Ad Astra : Des périples en miroir aux confins de l’humanité et vers ses origines

Il est impossible, devant Ad Astra, de ne pas penser au précédent film de James Gray : The Lost City of Z. Si j’avais été assez critique au sujet du film à sa sortie faute de bien comprendre le cinéma de James Gray, je l’ai volontairement revu après avoir vu Ad Astra, et j’ai bien mieux pris conscience de sa force et de sa beauté et, surtout, des liens qui unissent les deux films. En effet, The Lost City of Z racontait les périples de Percy Fawcett en Amazonie au début du XXe siècle, dans une quête qui visait à découvrir une cité perdue au cœur de la forêt. Comme Roy McBride, Fawcett était accaparé par sa tâche, solitaire, marqué par l’héritage d’un père en disgrâce, et dans un rôle de transmission vis-à-vis d’un fils qu’il ne voit pas grandir. Au cours de son voyage, Fawcett est mené à explorer des zones inconnues du monde occidental, atteignant les frontières de notre monde connu, et les repoussant. Roy McBride suit alors le même chemin, passant de l’échelle de la Terre à celle de l’espace.

« Dans The Lost City of Z on cherchait nos origines pour notre futur, dans Ad Astra on cherche notre futur pour retrouver nos origines. »

Le scénario et le déroulement d’Ad Astra fait beaucoup écho à celui de The Lost City of Z. Il le complète, tout en étant, quelque part, un miroir de ce dernier. Dans The Lost City of Z on cherchait nos origines pour notre futur, dans Ad Astra on cherche notre futur pour retrouver nos origines. Par ailleurs, le dénouement de The Lost City of Z, d’une beauté remarquable, mène le père et le fils à enfin se réunir pour aboutir à une forme de transcendance et d’élévation ultime au cœur de la forêt amazonienne. Dans Ad Astra, la rencontre a également lieu aux confins de l’espace, mais elle mène à un retour aux sources, et l’élévation ne devient plus qu’un passage, pour revenir aux origines. S’il n’est pas essentiel d’avoir vu The Lost City of Z pour voir Ad Astra, l’appréciation du premier peut grandement favoriser celle du second et, surtout, ce rapprochement témoigne de toute la cohérence qui structure la filmographie et le cinéma de James Gray.

Brad Pitt dans Ad Astra (2019)
Brad Pitt dans Ad Astra (2019)

Un vertige cosmique aux confins de l’humanité

Que dire d’un film suscitant autant d’attentes, et qui s’avère capable d’être à la hauteur de ces dernières, si ce n’est plus encore ? Il va sans dire que, comme tout film de James Gray, Ad Astra n’est pas forcément le genre de film le plus simple à aborder, et il ne faut pas non plus chercher chez lui une rigueur scientifique trop aiguë, comme j’ai pu le constater dans divers commentaires négatifs qui ont été formulés à son encontre. Il s’intègre dans la lignée de cette « nouvelle » science-fiction au cinéma qui semble prédominer depuis ces dernières années. Une science-fiction mélancolique, intimiste, grave, soucieuse d’interroger la nature humaine avant tout. C’est la lignée des Moon, Gravity, Interstellar ou encore First Man, qu’Ad Astra vient enrichir de fort belle manière.

Le nouveau film de James Gray donne le vertige, puisant dans des classiques comme 2001 ou Apocalypse Now, mais gardant surtout son identité propre. Il ne fait pas l’unanimité, mais c’est bien le signe d’une oeuvre signée d’un artiste qui a sa vision, qui exprime son art et qui reste cohérent dans cette expression. Riche en plans puissants et symboliques, puissant et envoûtant, mystérieux et vertigineux, Ad Astra s’impose comme un des grands films de l’année, et même de ces dernières années. C’est une épopée spatiale où les épreuves confrontent aux échecs, qui ne laissent indemnes ni le héros ni le spectateur. Porté par un Brad Pitt sobre et exemplaire, accompagné de la très belle musique de Max Richter, et très bien mis en images par Hoyte van Hoytema et une esthétique aux accents « retro », il convie le spectateur à l’introspection, faisant émerger dans sa conscience de multiples questions et réflexions. C’est la marque d’un grand film, et il me tarde déjà de ressentir à nouveau ce vertige.


Note et avis

4.5/5

Puissant et immense vertige cosmique qu’est cet Ad Astra, voguant jusqu’aux limites de notre monde connu pour nous faire voyager jusqu’à la fin de l’humanité et retrouver ses origines dans un ballet au milieu des étoiles et des ténèbres. Radical et remarquable.

Bande-annonce du film

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

6 réflexions sur “Ad Astra (James Gray, 2019) ★★★★½ : Vertige aux confins de l’Univers et de l’humanité

  • 24 septembre 2019 à 5 h 18 min
    Permalien

    Bravo et merci pour ce texte magnifique qui englobe toutes les beautés et aspérités de ce film imparfait mais fascinant. Il est en effet une sorte de réponse inversée à « the lost city of Z », les deux films dialoguent très bien ensemble. Mais il reste aussi largement connecté aux autres films de Gray qui parlent de migration (ici colonisation), de liens familiaux et de difficultés à trouver sa place en ce bas monde.

    Répondre
    • 24 septembre 2019 à 8 h 48 min
      Permalien

      Merci beaucoup ! C’est une thématique que j’ai moins perçue faute d’avoir vu ses films entre Little Odessa et The Lost City, mais c’est en effet bien visible dans ses différentes œuvres, dont Ad Astra. Merci pour ce complément ! :)

      Répondre
  • 24 septembre 2019 à 11 h 47 min
    Permalien

    J’étais certain que tu ne manquerais pas de critiquer le film ! Formidable article. Ad Astra est définitivement en effet une des meilleures œuvres de science-fiction de ces dernières années, et il y avait un bon moment que je n’avais été si marqué par une séance de cinéma ; des visuels époustouflants et des idées fascinantes, que demander de plus ?

    Répondre
    • 24 septembre 2019 à 12 h 03 min
      Permalien

      Merci ! :) Evidemment qu’il était impossible de le manquer, mais j’avoue que je ne pensais pas être aussi transporté ! Et c’est à croire que la SF et ce genre de films me donne envie d’écrire longuement. ^^ James Gray nous met une jolie petite claque, mais j’avoue aussi que ça m’a surtout permis de redécouvrir The Lost City of Z, qui est passé à mes yeux d’un bon film mais que je n’avais pas réussi à vraiment aimer, à une oeuvre puissante et majeure de ces dernières années, c’est dire.

      Répondre
  • 28 septembre 2019 à 22 h 57 min
    Permalien

    Ta critique est magnifique, exhaustive, sur un film qui moi aussi m’a fait chavirer. Le meilleur James Gray et le prolongement immédiat de son travail sur « the lost city of z ».
    Brad Pitt et Tommy Lee Jones sont épatants, j’espère vraiment que ce film marchera car il le mérite. Bon weekend Quentin

    Répondre
    • 28 septembre 2019 à 23 h 12 min
      Permalien

      Merci beaucoup ! Je l’ai revu aujourd’hui, et ça m’a conforté dans mon opinion. Très bon week-end aussi ! :)

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :