Chantage, Alfred Hitchcock, 1929 : Dans la gueule du loup

Affiche de Chantage (1929)
Affiche de Chantage (1929)

« Une année, un film » : Chantage, Alfred Hitchcock, 1929.

Après des années de mutisme, le cinéma se mit doucement à parler. A cette époque, située vers la fin des années 1920, un jeune réalisateur nommé Alfred Hitchcock avait déjà fait ses premières armes en réalisant plusieurs films muets. Le maître du thriller se mit alors au diapason et se lança à son tour dans le cinéma parlant, en réalisant en 1929 le film Chantage.

Il est difficile de faire un résumé explicite du film sans dévoiler des éléments cruciaux de l’intrigue. Ainsi je me permettrai de les développer, et si jamais vous souhaitez voir le film plus tard sans en connaître l’histoire, veuillez passer au paragraphe suivant. L’intrigue s’articule autour de quatre personnages principaux : Frank Weber, inspecteur à Scotland Yard, Alice White, sa fiancée, Mr Crewe, un artiste, et Mr Tracy, un voleur repris de justice. Un soir, Frank invite sa fiancée à dîner, mais celle-ci est mal lunée, ce qui fait fuir Frank. Dans le même restaurant se trouvait Mr Crewe, qui avait invité la jeune femme à dîner également. Voyant Frank partir, elle décide de rejoindre Crewe, et de quitter le restaurant. Impuissant, Frank la voit partir avec lui. Crewe invite la jeune femme chez lui, engageant un petit jeu de séduction que la jeune femme ne prend pas au sérieux, à l’inverse de son hôte qui tente finalement de l’agresser. En voulant se défendre, la jeune femme tue son assaillant, et elle s’enfuit après avoir enlevé toutes les preuves de sa présence, à l’exception d’un gant. Manque de chance, un voleur a assisté à la scène. Le lendemain, Alice retourne voir ses parents qui tiennent une boutique de cigares. Frank se rend sur place après avoir examiné la scène du crime et pris le soin de récupérer le gant risquant d’accabler sa bien-aimée. Il la rassure en lui expliquant qu’il n’y a plus de preuves contre elle, mais Tracy fait irruption dans la boutique et se met à faire chanter les deux amants…

Concrètement, ce film pose les jalons du thriller, et est déjà bien marqué de la patte d’Alfred Hitchcock. La relation amoureuse entre les deux protagonistes est au cœur du film, posant la question de la confrontation entre amour et devoir. Quels choix avait l’inspecteur face à la situation ? Au-delà du scénario même, Hitchcock s’approprie les nouveaux avantages du cinéma parlant pour créer la tension qui rythme le film, en brisant le silence avec des cris, des sifflotements ou de longs dialogues. Sur le plan technique, il s’agit dans tous les cas d’un film très en avance sur son temps, nouvelle preuve qu’Hitchcock était vraiment un réalisateur de génie.

Chantage est un film intéressant, notamment par le contexte dans lequel il se situe. L’histoire en elle-même n’est pas unique, mais comme tout film d’Hitchcock, on se laisse facilement entraîner par l’intrigue. Les années 1930 se profilent donc, avec l’émergence définitive du cinéma parlant et de nouveaux codes pour régir le cinéma. Ma dernière question sur Chantage sera : Justice ou injustice ?

Laisser un commentaire