Vivre et chanter (Johnny Ma, 2019) ★★½ – Critique & Analyse

Nouveau détour du côté d’un film peu connu sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs : To live to sing de Johnny Ma. A défaut d’être très médiatisé, son sujet semblait intéressant et les premières photos du film étaient très attrayantes. Voyons donc ce que donne ce film chinois, et ce qu’il nous réserve.


Fiche du film

Affiche de To live to sing (2019)
Affiche de Vivre et Chanter (2019)
  • Genre : Drame
  • Réalisateur : Johnny Ma
  • Année de sortie : 2019
  • Distribution : Gan Guidan, Yan Xihu, Zhao Xiaoli
  • Synopsis : Zhao Li dirige une troupe d’opéra traditionnel Sichuan qui vit et joue ensemble dans la banlieue de Chengdu. Quand elle reçoit un avis de démolition pour son théâtre, Zhao Li le cache aux autres membres de la compagnie et décide de se battre pour trouver un nouveau lieu, où ils pourront tous continuer de vivre et chanter. S’engage alors une lutte pour la survie de leur art. (SensCritique)

Critique et Analyse

Le cinéma asiatique est toujours intéressant à explorer et à étudier. Étant assez peu mis en avant cette année à Cannes, il semblait bon de s’intéresser à ses quelques représentants figurant parmi les différentes sélections. Nous rencontrons donc une troupe d’opéra jouant dans un petit quartier d’une ville chinoise, dont la démolition prochaine est annoncée. Une menace qui met notamment en péril l’avenir de la troupe qui doit soit trouver un moyen d’empêcher la démolition, soit de trouver un nouvel endroit où se produire. Simplement, comment faire entendre la voix d’une petite troupe d’opéra locale face à celle de puissants groupes du bâtiment, et aux tendances de notre époque ?

« C’est une atmosphère assez crépusculaire qui enveloppe Vivre et Chanter, s’inquiétant du sort des arts traditionnels à une époque où les loisirs et les activités qui attirent la jeunesse sont ailleurs. »

C’est tout l’enjeu du film de Johnny Ma, qui met régulièrement en opposition l’authenticité de l’opéra, représentant les traditions et l’art, et la froideur des immenses tours représentant l’urbanisation galopante de la Chine moderne. C’est une atmosphère assez crépusculaire qui enveloppe Vivre et Chanter, s’inquiétant du sort des arts traditionnels à une époque où les loisirs et les activités qui attirent la jeunesse sont ailleurs. Le public de la troupe est généralement âgé, quand la jeunesse préfère s’amuser en ville, dans les bars ou les boites de nuit.

To live to sing (2019)
Vivre et Chanter (2019)

Le point de vue du réalisateur et le sujet du film sont intéressants, mettant en lumière une problématique d’actualité concernant la place de l’art dans la société, en en faisant surtout quelque chose de vivant, d’humain, et pas juste un ensemble de décors et de costumes. Toutefois, force est de constater que le film souffre d’irrégularités dans le rythme, avec des longueurs qui alourdissent le récit et qui nuisent à l’implication du spectateur dans le film, ainsi qu’à sa capacité à ressentir de l’empathie pour les personnages. Cependant, ces défauts sont en partie compensés par de beaux coups d’éclat, avec des scènes remarquablement construites et sublimées par une superbe mise en scène. De quoi potentiellement avoir des regrets au vu du niveau de beauté que peut atteindre le film à ces moments.

Vivre et Chanter est donc un film plutôt correct voire moyen, bien pensé par moments, moins bien exécuté par d’autres. Il développe bien son sujet, avec des éléments de discours pertinents, qui lui permettent donc de tirer son épingle du jeu, sans forcément réussir à être mémorable.

Date de sortie nationale : 20 novembre 2019.


Note et avis

2.5/5

Malgré de beaux coups d’éclat, notamment d’un point de vue visuel, Vivre et Chanter peine à passionner, en dépit d’un sujet très intéressant.

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :