Séjour dans les monts Fuchun (Gu Xiaogang, 2020) ★★★★½ : Les Hommes et la nature

Il n’aura pas fallu attendre longtemps avant que 2020 m’offre mon premier grand coup de cœur cinématographique. Si l’on a souvent tendance à parler des mêmes films ces derniers temps, ce Séjour dans les monts Fuchun a fait une entrée plutôt discrète en salles. La lecture de quelques avis enthousiastes avait suscité mon attention, alors que je n’étais pas spécialement dans l’optique d’en faire une de mes priorités en termes de films à voir. J’ai finalement opté pour un séjour dans ces monts Fuchun, et c’était magnifique.


Fiche du film

Affiche de Séjour dans les monts Fuchun (2020)
Affiche de Séjour dans les monts Fuchun (2020)
  • Genre : Drame
  • Réalisateur : Gu Xiaogang
  • Distribution : Qian Youfa, Wang Fengjuan, Zhang Renliang
  • Année de sortie : 2020
  • Synopsis : Le jour de ses 70 ans, la doyenne de la famille Gu s’évanouit. Les médecins lui diagnostiquent alors une démence. Les quatre frères sont confrontés à des changements cruciaux dans leurs relations, tout en devant faire face aux problèmes de leur propre famille. Leurs destins, bien que liés par l’amour, se heurtent à des défis et des dilemmes. L’histoire, à la manière d’une peinture traditionnelle chinoise, se déroule au fil des quatre saisons. (SensCritique)

Critique et Analyse

Séjour dans les monts Fuchun (2020)
Séjour dans les monts Fuchun (2020)

Le cinéma asiatique est en vue actuellement, et le cinéma chinois, notamment, tend à se distinguer depuis quelques années, grâce à une génération de jeunes cinéastes talentueux. Bi Gan nous avait hypnotisés l’an dernier dans Un grand voyage vers la nuit, et le regretté Hu Bo nous plongeait dans un long spleen avec An Elephant Sitting Still, quand d’autres cinéastes chinois comme Diao Yinan et son Lac aux oies sauvages continuaient de confirmer. Cette nouvelle année est l’occasion pour le public français de découvrir Gu Xiaogang, un jeune cinéaste de 31 ans, qui réalise son premier film, et, à l’issue de la séance, on ne peut qu’être impressionné par le niveau de maîtrise qu’il atteint déjà ici, autant sur les plans technique et artistique. En nommant ainsi son film, le réalisateur fait référence au rouleau peint entre 1348 et 1350 par l’artiste Huang Gongwang, représentant les monts Fuchun, superbe paysage naturel qui fut un lieu de retrait où il put finir sa vie. Gu Xiaogang marche donc sur les traces de Huang Gongwang, réalisant sa propre fresque, au cinéma cette fois, dédiée à ces monts Fuchun.

« Dans Séjour dans les monts Fuchun, les images parlent dans un langage cinématographique infiniment poétique, faisant émaner un sentiment de sérénité et d’harmonie dans une Chine mêlant tradition et modernité, urbanisme et nature. »

Comme beaucoup de ses pairs, le cinéaste s’intéresse ici à la société chinoise, riche et vaste sujet, tant elle subit actuellement d’importants bouleversements et transformations. Séjour dans les monts Fuchun est une histoire de famille, celle d’une mère vieillissante et de ses quatre fils, tous très différents, avec leur propre famille et leur propre histoire. Après une phase d’exposition tournant autour de la fête d’anniversaire de la matriarche, le film raconte la vie de ces quatre frères et de leurs familles respectives, au fil des saisons, près des monts Fuchun. Le sujet, s’il n’est pas inédit, se retrouve ici magnifié par le traitement que lui offre Gu Xiaogang. En effet, le spectateur est rapidement saisi par la beauté des images et d’une photographie qui donne lieu à de superbes plans. Mais il ne va pas s’agir que d’une galerie de beaux tableaux qui s’enchaînent pendant deux heures trente. Dans Séjour dans les monts Fuchun, les images parlent dans un langage cinématographique infiniment poétique, faisant émaner un sentiment de sérénité et d’harmonie dans une Chine mêlant tradition et modernité, urbanisme et nature.

Séjour dans les monts Fuchun (2020)
Séjour dans les monts Fuchun (2020)

Le travail réalisé par Gu Xiaogang est avant tout une affaire de cadrage. Dans ses plans, la ville est souvent mêlée à la nature, les fonds bétonnés contiennent toujours de la verdure, et les grands immeubles sont écrasés par l’immense silhouette des montagnes qui se dressent à l’horizon. A plus petite échelle, les personnages principaux sont régulièrement mêlés à la foule, avançant dans des travellings et de longs plans-séquence qui les font voyager dans de véritables tableaux racontant des moments de vie, et permettant de décrire avec beaucoup d’authenticité la vie de cette ville chinoise. Rien que grâce aux images, le réalisateur nous décrit la Chine qu’il veut raconter, celle où les vies humaines s’écoulent, où la société change à une vitesse impressionnante pendant que la nature, elle, demeure. On détruit en trois jours des bâtiments où l’on a vécu pendant trente ans, mais les montagnes, elles, restent.

« Si chaque personnage a son importance, cette dernière est souvent relativisée, grâce à de longs plans contemplatifs présentant ces magnifiques paysages à la beauté immuable, qui se transforment au gré des saisons. »

Quand on voit ce film, on repense à An Elephant Sitting Still, en y voyant presque le contraire de ce dernier. Quand le film de Hu Bo était empli de désespoir, de langueur et de souffrance, Séjour dans les monts Fuchun est beaucoup plus apaisé, trouvant l’harmonie plus que la décadence, sans, cependant, ignorer que la vie dans la Chine contemporaine peut être dure et injuste. Chacun a ses propres mésaventures, chacun doit affronter la réalité de la vie et du monde, pour ajouter aux paysages déjà magnifiquement illustrés des portraits très bien écrits qui permettent également de donner lieu à des moments de vie authentiques. Et si chaque personnage a son importance, cette dernière est souvent relativisée, grâce à de longs plans contemplatifs présentant ces magnifiques paysages à la beauté immuable, qui se transforment au gré des saisons. Un autre moyen, pour le cinéaste, de jouer avec les échelles, sur un aspect temporel cette fois.

Séjour dans les monts Fuchun (2020)
Séjour dans les monts Fuchun (2020)

Séjour dans les monts Fuchun est un film d’atmosphère, qui emporte le spectateur dans un écrin d’harmonie et de sérénité, où le temps semble se dilater, donnant l’impression d’avoir passé quatre heures dans la salle, au lieu de deux heures trente, tant les images sont belles et riches. Ce n’est pas une impression négative, bien au contraire, car on en voudrait bien encore. Et la mention « Fin du premier volet » , apparaissant à la toute fin du film, nous fait justement espérer retrouver cet univers prochainement. Dès son premier film, Gu Xiaogang réussit un véritable tour de force, et on sait que le plus dur est de confirmer. Mais nous sommes en droit, maintenant, d’espérer voir un autre grand film de la part de réalisateur, qui impressionne ici par la qualité de son travail, en dépit de son jeune âge et de sa faible expérience. Il y a bien longtemps que je n’avais pas vu quelque chose d’aussi beau que Séjour dans les monts Fuchun, et si vous en avez encore l’occasion, je ne peux que vous encourager à vous y aventurer dès que possible.


Note et avis

4.5/5

Coup de cœur instantané pour Séjour dans les monts Fuchun. Un sublime film qui vient associer modernité et traditions, urbanisme et nature dans un climat de sérénité et d’harmonie.

Bande-annonce du film

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

3 réflexions sur “Séjour dans les monts Fuchun (Gu Xiaogang, 2020) ★★★★½ : Les Hommes et la nature

  • 13 janvier 2020 à 1 h 04 min
    Permalien

    Je vais finir par croire que je suis le seul à être resté de marbre face à cette fresque ambitieuse mais qui manque pour moi trop d’émotions ; comme je l’évoquais déjà il y a quelques semaines au sortir de l’avant-première au FIFAM. M’enfin, il est toujours intéressant de redécouvrir les films à travers le regard d’autres !

    Répondre
    • 13 janvier 2020 à 8 h 10 min
      Permalien

      Oui, c’est difficile à décrire ! J’avais justement peur de vivre la même chose devant ce film également. Là, je ne saurais décrypter exactement la chose tant le ressenti pur prévaut, même si je vois ce que tu veux dire. En soi, c’est plus lié à un certain manque d’empathie que l’on pourrait avoir envers les personnages, mais je trouve que c’est plus un tout qui est à même de créer (ou non, selon la sensibilité de chacun) des émotions.

      Répondre
  • 13 janvier 2020 à 13 h 44 min
    Permalien

    J’ai ressenti la même chose que vous Quentin, je me suis laissée embarquer dans ce film d’une grande beauté. C’est avec le cinéma asiatique que j’ai ressenti mes plus grandes émotions ou sensations cinématographiques ces derniers temps.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :