Cinexpress #189 – Ready Player One (2018)

Le temps passe, le monde évolue, mais certaines légendes demeurent. Voilà bientôt cinq décennies que Steven Spielberg nous fascine, nous effraie, nous émeut, grâce à une filmographie incroyablement riche en films cultes, dont certains sont devenus de vrais classiques du septième art. L’homme a expérimenté nombre de genres et de styles tout au long de sa carrière, et bien que jeune septuagénaire, il ne semble pas près de s’arrêter. Cette année, il nous aura proposé non pas un, mais deux films. Après Pentagon Papers, biopic racontant une histoire vraie, le voici dans un registre tout autre, dans un univers beaucoup plus coloré, imaginaire et fantastique, celui de l’OASIS, ce monde virtuel qui nous est décrit dans Ready Player One, qui est déjà l’un des plus gros phénomènes cinématographiques de l’année.


Fiche du film

Affiche de Ready Player One (2018)
Affiche de Ready Player One (2018)
  • Genre : Action, Aventure, Science-Fiction
  • Réalisateur : Steven Spielberg
  • Année de sortie : 2018
  • Casting : Tye Sheridan, Olivia Cooke, Ben Mendelsohn, Mark Rylance, Simon Pegg
  • Synopsis : 2044. La Terre est à l’agonie. Comme la majeure partie de l’humanité, Wade, 17 ans, passe son temps dans l’OASIS – un univers virtuel où chacun peut vivre et être ce qui lui chante. Mais lorsque le fondateur de l’OASIS meurt sans héritier, une formidable chasse au trésor est lancée : celui qui découvrira les trois clefs cachées dans l’OASIS par son créateur remportera 250 milliards de dollars ! Multinationales et geeks s’affrontent alors dans une quête épique, dont l’avenir du monde est l’enjeu. Que le meilleur gagne… (senscritique.com)

Critique et Analyse

Ready Player One (2018)
Ready Player One (2018)

J’avais déjà lu divers retours à propos de ce film avant d’aller le voir, et ils étaient globalement très positifs. Un véritable engouement semblait se créer autour de Ready Player One, mais il fallait rester mesuré. J’avais peur, avant tout et surtout, de la profusion de références présentes dans le film et risquant de le transformer en un gigantesque foutoir à fan-service, au détriment de la production d’une véritable œuvre marquante et unique. Une peur d’ailleurs légitimée par la communication réalisée autour du film. Alors oui, le film est truffé de références, parfois très visibles, parfois représentées sous la forme d’un rapide clin d’œil. Mais ce serait un tort de blâmer le film pour cela.

« La VR, en plein boom depuis quelques années, est devenu un véritable exutoire, l’opportunité pour les gens de s’évader dans un monde où tout est possible, pendant que le monde réel est à l’agonie. »

Le premier point intéressant concernant Ready Player One concerne sa vision du futur. Spielberg n’invente ici rien, puisqu’il adapte le roman Player One d’Ernest Cline, mais il parvient à lui donner vie de fort belle manière, créant une sorte de vaste dystopie numérique dont l’existence future, au vu des évolutions technologiques, semble tout à fait probable. La VR, en plein boom depuis quelques années, est devenu un véritable exutoire, l’opportunité pour les gens de s’évader dans un monde où tout est possible, pendant que le monde réel est à l’agonie. Plutôt que de tenter de résoudre les problèmes qui accablent la Terre et la société, les gens préfèrent tourner le regard vers l’OASIS et fuir dans cet univers virtuel. L’Homme, responsable de sa propre déchéance, se soustrait à sa propre culpabilité et devient l’outil d’une immense machinerie qui le dépasse et le transcende.

Ready Player One (2018)
Ready Player One (2018)

C’est une vision actuelle de notre futur, comme on a pu le voir dans divers films d’anticipation dans le passé, transposant toujours une part de l’époque actuelle dans le futur. Et à ce jeu, Ready Player One fonctionne parfaitement. Je parlais du réel, mais le virtuel est également plein de bonnes surprises et de passages qui valent le détour. Ici, Spielberg parvient à tenir le pari d’associer réalité et animation, créant une symbiose entre les deux et parvenant à judicieusement exploiter les écarts entre les deux. Le film se permet plusieurs fulgurances, notamment la course inaugurale, totalement spectaculaire, coupant le souffle du spectateur et montrant encore une fois que Spielberg a plus d’une corde à son arc pour nous impressionner.

En soi, Ready Player One demeure un film « pop-corn » par excellence, avec un scénario assez classique, des personnages habituels, et faisant appel à diverses références pour nous rappeler de bons souvenirs, mais ne le faisant jamais gratuitement. Spielberg fait ici du Spielberg, il réalise un blockbuster spectaculaire pour petits et grands, capable de parler à tous, d’impressionner, d’émerveiller et, aussi, de faire réfléchir. On sent que le cinéaste a pris du plaisir à réaliser ce film, et il parvient à nous en mettre plein la vue. Notre nostalgie et notre regard plus adulte qu’avant nous ferait dire que c’est un film oubliable qui n’arrivera jamais à la cheville des grandes œuvres de Spielberg, ce que ses détracteurs auraient tendance à exprimer. Mais on a bien affaire à un film caractéristique du cinéaste, un bon film sur l’imaginaire, réconciliant les générations qui montre que le cinéaste est loin d’être dépassé, parvenant encore à exploiter ce qui a fait son succès avec brio.


Note et avis

4/5

Spielberg reprend avec succès les ingrédients qui ont fait le succès de ses grandes productions passées pour un film pop-corn à grand spectacle, au scénario certes très classique et prévisible, mais qui assure de passer une bonne séance.


Bande-annonce de Ready Player One

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

3 pensées sur “Cinexpress #189 – Ready Player One (2018)

  • 11 avril 2018 à 16 h 09 min
    Permalink

    « Ready Player One » est un excellent film de science-fiction doté d’une histoire sachant harmonieusement mélanger l’aventure réelle avec une quête virtuelle. L’intrigue est originale et le rythme est très soutenu. La photographie est époustouflante, avec de nombreuses références puisées dans la culture pop, notamment des renvois aux années 1980. La bande originale est particulièrement plaisante. La distribution offre de très bonnes prestations, et au final, on finit presque par s’attacher un peu plus aux personnages fictifs qu’aux personnages réels. Un métrage où des visuels époustouflants s’enchaînent à pleine vitesse pour un superbe moment de divertissement.
    Ma note : 10/10.

    Répondre
  • 14 avril 2018 à 18 h 20 min
    Permalink

    voilà un film que j’ai hâte de voir. Ta belle critique me donne encore plus envie de le découvrir. Passe un très bon weekend :)

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :