Cinexpress #220 – La Terre (1930)

Le cinéma russe a été connu pour, dès ses premières années, avoir cherché à aller plus loin que ce qui existait déjà. Les Eisenstein et les Vertov, entre autres, avaient élaboré leurs propres théories sur le sujet. Autant que le cinéma est issu d’un procédé mécanique, c’est aussi un art à même de faire appel à nos émotions et à nos perceptions du monde. C’est ce que des cinéastes tels que Tarkovski, Bresson, Kurosawa ou encore Mizoguchi ont étudié et véhiculé toute leur vie. Il est d’ailleurs intéressant, à ce sujet, de voir Tarkovski citer Alexandre Dovjenko comme une influence, un de ceux qui a réussi à faire du « cinéma poétique » avec, notamment, La Terre.


Fiche du film

Affiche de La Terre (1930)
Affiche de La Terre (1930)
  • Genre : Drame
  • Réalisateur : Alexandre Dovjenko
  • Année de sortie : 1930
  • Casting : Stepan Shkurat, Semyon Svashenko, Ioulia Solntseva
  • Synopsis : En Ukraine, un vieillard, Semyon, meurt dans un verger. La collectivisation des terres crée des antagonismes dans le village, entre les anciens et les jeunes, les riches et les pauvres. Le jeune paysan Vassili, ardent communiste, démontre l’efficacité du nouveau tracteur tout en renversant le bornage des ex-propriétaires. Après avoir passé la nuit chez sa fiancée, son allégresse manifestée par la danse est brutalement interrompue par un coup de feu qui l’abat sur le chemin du retour. (senscritique.com)

Critique et Analyse

La Terre (1930)
La Terre (1930)

Alexandre Dovjenko est un cinéaste déjà connu à cette époque où une nouvelle décennie s’ouvre, où le cinéma muet quitte le présent pour s’évanouir dans le passé, à quelques exceptions près, dont fait partie La Terre. Beaucoup de films de la fin du muet préfiguraient déjà les principaux mouvements du début du parlant, et La Terre en fait partie, bien que son rayonnement soit encore plus large et irrigue l’histoire du cinéma toute entière. Comme tout film, La Terre raconte une histoire, celle de la fin des koulaks, riches propriétaires terriens, et l’arrivée de la mécanisation, nouvelle opportunité pour des paysans plus modestes de prospérer. Le message social et sa dimension politique, en pleine ascension du communisme soviétique, est tout à fait visible, avec cette lutte des classes et ce changement d’époque, mais il ne vire jamais à la propagande belliqueuse ni au pamphlet.

« L’histoire du film n’est qu’un élément d’un ensemble bien plus vaste, et le film de Dovjenko a surtout pour vocation de faire ressentir les choses via l’omniprésence d’une nature superbement filmée. »

En effet, le film de Dovjenko ne doit pas simplement être regardé pour son histoire. Il ne s’agit pas simplement de voir un début, des événements, et une fin, puis de quitter le film. L’histoire du film n’est qu’un élément d’un ensemble bien plus vaste, et le film de Dovjenko a surtout pour vocation de faire ressentir les choses via l’omniprésence d’une nature superbement filmée. Le vent dans les champs, les rayons de lune à travers les nuages dans la nuit, ces amoncellements de pommes, le ruissellement de la pluie sur les fruits, la vie, la mort, la terre, le ciel, l’eau… C’est toute la beauté de la nature qui s’exprime ici. Les images capturent des instants fugaces et créent chez le spectateur des sensations particulières grâce à leur composition et à leur authenticité qui leur permettent d’établir cette communication si particulière avec le spectateur.

La Terre (1930)
La Terre (1930)

En voyant le film sous cet angle, son histoire prend alors une autre dimension. L’histoire sur les koulaks et les moujiks cherche à capturer un moment d’histoire, mais aussi à créer un contraste entre le grouillement des humains et l’aspect frénétique et éphémère de leur vie, face à l’immuabilité et la pérennité de la nature. Là où les plans montrant la nature sont souvent fixes, s’enchaînant avec des fondus donnant une légère sensation de lenteur, les plans de foules et de groupes consistent généralement en une succession rapide de gros plans, généralement en contre-plongée, comme le faisaient souvent les cinéastes soviétiques à l’époque. Dovjenko parvient à montrer l’urgence d’une situation où des bouleversements interviennent de façon brutale, où l’humanité s’apprête à changer, mais où la nature demeure immense, inflexible, belle et mystérieuse. Le titre du film, La Terre, va en ce sens en mettant en avant ce qui est, en somme, l’élément principal du film, celui d’où l’on provient et celui où l’on retourne.

Dovjenko raconte certes une histoire, mais il parvient surtout à faire ressentir, à créer des émotions et des sensations chez le spectateur, à travers les images et ses choix de plans et de lumières, comme le cherchèrent plus tard Bresson et Tarkovski. Avec La Terre, il parvient à donner vie à une sorte de manifeste du cinéma poétique, où la caméra est au service d’un message personnel plus que d’une histoire. La caméra capture des moments parlants pour le cinéaste, pour qu’ils puissent parler au spectateur. C’est pour le cinéma soviétique le crépuscule d’une époque, mais la formidable ouverture vers de nouvelles perspectives permettant de donner au cinéma une nouvelle dimension.


Note et avis

4/5

Le cinéma poétique prend vie avec La Terre, augurant les futures œuvres de cinéastes comme Tarkovski et Bresson. La volonté, plus que de raconter une histoire, de créer des sensations et des émotions chez le spectateur, grâce à l’authenticité et à la force des images.


Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

3 pensées sur “Cinexpress #220 – La Terre (1930)

  • 8 août 2018 à 19 h 19 min
    Permalink

    Joli film effectivemnt. Sur le fond, il y a cependant une part pro-bolchévique, lot commun à bon nombre de films soviétiques de l’époque.
    Sur la forme, je suis en phase. Extrait de ma notule : « le film jouit de qualités esthétiques indéniables et peu communes dans le cinéma muet. Les plans en extérieur font ainsi l’objet de cadrages soignés et atypiques. La mise en scène est précise et veille à montrer l’attachement viscéral des paysans à la terre titre. Le montage du film n’est pas en reste avec l’utilisation appropriée des fondus et autres transparences »

    Répondre
    • 8 août 2018 à 19 h 28 min
      Permalink

      Absolument, le film adopte en effet un discours pro-bolchévique, mais par chance, le travail de Dovjenko sur l’esthétique et la mise en scène parvient à atténuer cet aspect politique et à le rendre presque secondaire.

      Répondre
  • 16 octobre 2018 à 15 h 55 min
    Permalink

    Un film d’une grande sensualité. Avec une chaste main d’un paysan sur le sein d’une paysanne d’une extrême douceur.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :