La Découverte d’un secret (Friedrich Wilhelm Murnau, 1921) : L’éclosion de la vérité

Après une Promenade dans la nuit tourmentée par des rafales émotionnelles, Murnau nous convie à La Découverte d’un secret, une nouvelle histoire pleine de lourds secrets et de mystères.


Fiche du film

Affiche de La Découverte d'un secret (1921)
Affiche de La Découverte d’un secret (1921)
  • Genre : Drame
  • Réalisateur : Friedrich Wilhelm Murnau
  • Distribution : Arnold Korff, Lulu Kyser-Korff, Lothar Mehnert
  • Année de sortie : 1921
  • Synopsis : À l’occasion d’une partie de chasse, un groupe d’amis se réunit dans le château de la famille Vogelöd. Mais l’arrivée du comte Johann Oetsch, soupçonné du meurtre de son frère survenu trois ans plus tôt, vient troubler l’harmonie du groupe. (SensCritique)

Critique et Analyse

La Découverte d'un secret (1921)La Découverte d'un secret (1921)
La Découverte d’un secret (1921)

Nous sommes, cette fois, les convives invisibles et omniscients d’une grande réception dans le château de la famille Vogelöd, qui organise une grande partie de chasse. Une ambiance légère, aux allures de vacances, vite troublée par l’arrivée du comte Oetsch, accusé d’avoir tué son frère, dont la veuve et le nouveau mari doivent d’ailleurs se rendre également au château Vogelöd. Rapidement, l’appréhension et un climat de tension s’installent. Les regards se crispent, les inquiétudes émergent. Les vacances se muent en une sorte de procès, où le comte Oetsch fait figure d’épouvantail, son allure imposante et son air sévère n’aidant pas.

« Ici, aux apparences succède la réalité, la conscience ne pouvant dissimuler éternellement la vérité des sentiments et des émotions. »

La Découverte d’un secret fait du comte le coupable idéal, au point que le spectateur se doute rapidement que cela est trop simple, et qu’il va falloir creuser pour entrevoir la vérité. Le film va alors se focaliser sur deux personnages, celui du comte et celui de la veuve. Cette dernière va notamment raconter à plusieurs personnages, et notamment le Père Pharamond, les souvenirs de son défunt mari, et les événements qui entourent sa mort tragique. Après la phase d’installation, très factuelle, présentant un certain nombre de personnages, La Découverte d’un secret entre dans une phase plus psychologique, entrant dans la conscience même de ses personnages. Ici, aux apparences succède la réalité, la conscience ne pouvant dissimuler éternellement la vérité des sentiments et des émotions. La culpabilité en tête, conséquence d’un amour non maîtrisé, à l’image de celui qui nous était déjà exposé dans Promenade dans la nuit, devient insoutenable.

Lothar Mehnert dans La Découverte d'un secret (1921)
Lothar Mehnert dans La Découverte d’un secret (1921)

Pour faire éclater la vérité, Murnau extrait les rouages de la conscience de ses personnages dans des éléments extérieurs, invoquant la nature, comme la tempête qui s’abat lors de la partie de chasse, ou les hallucinations qui accablent l’un des infortunés convives. Dans une démarche expressionniste, le cinéaste fait appel à des éléments récurrents dans les films associés à ce mouvement, en jouant beaucoup sur les lumières, sur la projection d’éléments subjectifs dans un environnement commun, incorporant des éléments de fantastique avec les hallucinations notamment. C’est aussi la présence de la thématique du double, notamment avec le comte et la veuve, chacun jouant sur plusieurs tableaux, l’un étant, quelque part, l’opposé de l’autre. Enfin, toute l’intrigue est affectée par la suprématie d’un pouvoir supérieur et irrésistible, incarné par le comte. Celui que tout le monde pointe du doigt se fait détenteur d’une vérité insoupçonnée, devenant le juge qui orchestre son éclosion, mettant chacun face à une réalité qu’il essaie de fuir. Incarné par un Lothar Mehnert charismatique, à la présence imposante, il fait partie de ces personnages expressionnistes emblématiques, dans la lignée de ces incarnations de ce pouvoir presque surhumain, que l’on discernait déjà chez le Docteur Caligari dans Le Cabinet du Docteur Caligari (1920), et que l’on retrouve ultérieurement chez des personnages comme le Docteur Mabuse dans le film du même nom (1922).

Encore dans ce que l’on pourrait qualifier comme étant la première phase de sa filmographie, Murnau continue de développer un cinéma qui tient beaucoup de l’expressionnisme, mais qui se distingue des films fondateurs du mouvement, mêlant les espaces intérieurs et le fait de jouer sur les décors, à l’utilisation d’extérieurs, ici assez présents, augurant le futur Nosferatu (1922) notamment. Difficile, quand on connaît déjà les chefs d’oeuvre du cinéaste, d’être autant emporté par cette Découverte d’un secret, qui a toutefois de bons atouts et propose une intrigue intéressante. 

En résumé
Note
6.5/10

Note et avis

Murnau nous convie ici à une enquête à huis clos visant à faire éclater la vérité. En explorant la conscience de ses personnages, le cinéaste continue d’explorer et d’utiliser les codes de l’expressionnisme, augurant ses futures grandes œuvres, cette Découverte d’un secret restant moins marquante que ces dernières, même si elle mérite le coup d’œil.

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :