Cinexpress #174 – Iron Man 2 (2010)

Iron Man, le retour. Celui qui avait lancé les hostilités il y a deux ans revient en force pour reprendre du service et poursuivre la saga Marvel, succédant à L’Incroyable Hulk. On y retrouve ce cher Tony Stark, toujours aussi excentrique mais, surtout, depuis le précédent film, connu pour être Iron Man. Le premier film explorait la notion d’héroïsme, cette fois, Jon Favreau reprend les rênes et explore diverses pistes. Peut-être trop.


Fiche du film

Affiche d'Iron Man 2 (2010)
Affiche d’Iron Man 2 (2010)
  • Genre : Action, Aventure, Science-Fiction
  • Réalisateur : Jon Favreau
  • Année de sortie : 2010
  • Casting : Robert Downey Jr., Gwyneth Paltrow, Mickey Rourke, Scarlett Johansson, Sam Rockwell
  • Synopsis : Le monde sait désormais que le génie milliardaire Tony Stark est Iron Man. Malgré la pression de tous, Tony n’est pas disposé à divulguer ses secrets. (senscritique.com)

Critique et Analyse

Mickey Rourke dans Iron Man 2 (2010)
Mickey Rourke dans Iron Man 2 (2010)

Iron Man 2 vient opposer deux personnages très différents. D’un côté, Tony Stark, l’extravagant, le richissime génie qui attire les foules et se moque des institutions, et de l’autre Ivan Vanko ou « Whiplash », un russe solitaire, dépossédé et à fleur de peau, victime d’un sentiment d’injustice qu’il ne peut guérir que grâce à sa colère et sa soif de vengeance. Cette opposition est représentative d’un contraste manifeste entre deux puissances longtemps en situation de conflit. Tony Stark incarne la puissance américaine, exubérante et toujours en quête de plus, tandis que Vanko incarne une Russie exsangue, fatiguée, qui cherche à se reconstruire et à retrouver sa grandeur.

« Tony Stark incarne la puissance américaine, exubérante et toujours en quête de plus, tandis que Vanko incarne une Russie exsangue, fatiguée, qui cherche à se reconstruire et à retrouver sa grandeur. »

L’opposition entre les deux puissances, bien que très classique, demeure intéressante, mais elle est mêlée avec d’autres thématiques qui se manifestent autour du film, comme la prise de pouvoir progressive de la machine sur l’homme. La batterie du cœur artificiel de Stark empoisonne son sang, les armées deviennent robotisées, Vanko parvient à pirater l’armure de Rhodes… Le super-héros en état de grâce trouve ici ses limites en devant faire face à un ennemi intérieur qui le menace toujours plus, et doit faire face à des ennemis extérieurs qui convoitent ses inventions.

Sam Rockwell dans Iron Man 2 (2010)
Sam Rockwell dans Iron Man 2 (2010)

Le pitch d’Iron Man 2 est plaisant, et il développe des idées intéressantes, mais son grand défaut, c’est de vouloir en développer trop. En voulant développer le personnage de Tony Stark, en continuant à lever le voile sur l’ « Avengers Initiative » , en introduisant le personnage de Natasha Romanoff, en développant le personnage de Rhodes, mais aussi celui de Pepper, tout en construisant l’antagonisme avec Ivan Vanko et Justin Hammer, le film explore de nombreuses pistes et on sent qu’il veut construire un tableau riche en personnages et en événements, mais c’est ce qui l’empêche de le faire efficacement. Iron Man 2 ne parvient pas à suffisamment exploiter le potentiel de Vanko en tant que méchant et à vraiment lui donner du fond, et c’est le cas à propos de la plupart des cas cités précédemment.

Il s’avère être, finalement, le dommage collatéral de la volonté de continuité avec Iron Man, et l’arrivée prochaine d’Avengers. Car Iron Man 2 est un bon divertissement qui arrive à prendre la suite du précédent. Toutefois, sa place de film charnière dans la saga et le succès du film précédent le pousse à accélérer les choses, et cherche à trop en faire, négligeant des éléments qui méritaient qu’on leur donne davantage de crédit, le personnage d’Ivan Vanko en premier. A la fin, on est donc content, mais on est un peu déçu de l’aspect « fourre-tout » que peut prendre cet Iron Man 2.


Note et avis

 

3.25/5

[star rating= « 3.2 » max= « 5 »]

Cette suite se montre divertissante et efficace, continuer de suivre les codes Marvel notamment instaurés par le premier opus. Cependant, étant pris entre le premier et le futur Avengers, il devient un film « fourre-tout » qui explore divers pistes et développe plusieurs personnages sans parvenir à leur donner suffisamment de fond.


Bande-annonce d’Iron Man 2

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

4 pensées sur “Cinexpress #174 – Iron Man 2 (2010)

  • 22 mars 2018 à 11 h 00 min
    Permalink

    La confrontation entre Robert Downey Jr. et Mickey Rourke est plutôt plaisante, et encore une fois, les effets spéciaux sont vraiment bluffants. L’intrigue est intéressante et Scarlett Johansson est tellement sexy dans sa tenue en cuir ….
    :-)

    Répondre
    • 22 mars 2018 à 11 h 14 min
      Permalink

      Ahah, oui il y a de bons atouts, mais c’est dommage que trop d’éléments se croisent et se confrontent sans qu’ils puissent avoir le développement qu’ils méritent.

      Répondre
  • 6 décembre 2018 à 18 h 53 min
    Permalink

    Je plussoie le manque d’approfondissement du personnage de Vanko (surtout que bon, on avait Mickey Rourke, autant en profiter)(et on évitera de parler de cet accent russe ridicule auquel donne droit la VF, merci bien mais non merci). Les promesses initiales terminent en queue de poisson, c’est encore un méchant très méchant qui veut se venger, Iron Man est bien du côté des gentils, restons lisses et polis, c’est plus sûr, visiblement.

    Répondre
    • 7 décembre 2018 à 11 h 25 min
      Permalink

      Un des Marvel les plus simplistes en effet malheureusement, même si le fort de leurs films n’est pas spécialement d’être dans la complexité et la finesse… Bien qu’Infinity War montrait qu’ils étaient capables de bien donner de la substance à un antagoniste !

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :