C’est un peu calme par ici, non ?

Bonjour à tous ! Aujourd’hui, j’ai 28 ans. Cela n’a pas vraiment de rapport avec la suite de ce petit post, mais c’est à cette occasion que j’ai jugé opportun de faire une petite mise à jour car, il est vrai, c’est devenu un peu calme par ici.

Depuis bientôt 7 ans, ce blog tourne avec un certain rythme, avec des périodes où ça a été plutôt calme, mais certaines où j’enchaînais les articles à une cadence assez effrénée. A la soif de découvrir dans cesse de nouveaux films succédait celle d’écrire dessus pour les décortiquer et, surtout, partager à leur sujet. Par moment, j’arrivais à enchaîner un voire deux mois pendant lesquels un article sortait tous les jours. Mais, depuis l’année dernière et, surtout, depuis quelques mois, c’est devenu un peu morose, je dois l’avouer. Alors, pourquoi ?

Difficile de répondre clairement à cette question. Tout d’abord, il y a eu cette drôle d’année 2020, avec sa crise sanitaire et ses confinements. Cinémas fermés, enfermement requis, ce n’était pas forcément la grande joie. Pourtant, pour des personnes comme moi qui aiment écrire sur le cinéma de patrimoine, c’était un peu une aubaine (si je puis m’exprimer ainsi, car il ne s’agit certainement pas de dire que cette pandémie pleine de tragédies est quelque chose de positif) car, à défaut de nouvelles sorties en salles, il y avait tout le temps de regarder des films de patrimoine et de les mettre en avant, sans que la quête de nouveauté vienne s’imposer.

Étonnamment, de mon côté, l’envie de voir des films ne s’est pas exacerbée, au contraire. J’ai préféré m’intéresser à d’autres choses, m’adonner à d’autres activités, plutôt que de continuer à regarder toujours plus de films. Quelque part, cela permettait de faire une « cure », de laisser un peu décanter pour mieux y revenir ensuite. Malgré tout, en dépit de quelques sursauts occasionnels, mon rythme de visionnage de films s’est vraiment effondré et ma motivation pour en regarder reste très modérée actuellement.

Egalement, j’ai enfin quitté la région parisienne, devenue bien trop bruyante et stressante pour y passer plus de temps que celui déjà écoulé. Mais c’est aussi laisser derrière moi une vie culturelle active, avec tous ces cinémas à portée de pieds, ainsi que leur programmation variée, sans compter les événements proposés par des institutions comme la Cinémathèque Française ou encore la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé. Désormais, il y a toujours plus d’excuses pour ne pas aller au cinéma, mais il fallait faire un choix et le retour à une vie plus calme s’imposait.

Par ailleurs, il faut aussi dire que les espaces où j’en parle le plus, c’est-à-dire les réseaux sociaux, comme Facebook et Twitter principalement, sont devenus particulièrement anxiogènes. Non seulement à cause de l’actualité, mais aussi, notamment sur le second, car la sphère cinéphile a tendance à se transformer en cour de récréation plus qu’en espace de partage autour d’une passion commune et d’un art particulièrement collectif par essence. Les discussions ne tournaient plus autour des films, mais toujours des mêmes sujets, virant aux lassantes querelles d’egos ridicules, où tout le monde s’écoute mais où personne n’écoute les autres, et où le cinéma ne trouve plus sa place. Quelque part, le cinéma devenait, presque, quelque chose de négatif.

Alors je passais plus de temps sur des espaces où régnait une ambiance plus légère, comme sur Twitch, ou dans des communautés réunies autour de jeux comme Geoguessr, participant à des petites compétitions avec des gens très agréables. Des activités certes moins sérieuses que la tenue d’un blog sur le cinéma, mais envers lesquels j’avais plus d’enthousiasme et où je me sentais à mon aise. C’était devenu une bulle de douceur m’isolant de la morosité ambiante et de toutes les ondes négatives qui partent dans tous les sens.

Cependant, voir dépérir un blog comme celui-ci, qui m’a pris un temps fou à tenir, tout comme les communautés que j’ai pu créer autour, ce n’est pas non plus une perspective qui m’enchante. Difficile de me forcer, en même temps, à voir des films pour l’alimenter. De même, je vois tout de même des films, et je ne trouve pas forcément l’envie d’écrire dessus, soit par manque d’inspiration, soit par lassitude envers l’exercice, soit par crainte de la réception de ce que je peux écrire, auprès d’un certain public. Peut-être que le retour de l’automne et de l’hiver seront propices à la reprise d’activités d’intérieur comme le cinéma, justement. Je sais que j’ai plein de films qui n’attendent que d’être découverts, il manque juste cette petite étincelle pour s’y remettre !

Cela ne m’a pas empêché de profiter d’une belle occasion de parler ciné pour L’Apéro Ciné, sur Twitch, et d’évoquer le cinéma muet pendant deux heures, voici d’ailleurs la rediffusion :

Il est possible que tout ça soit aussi un peu le fruit d’une overdose, d’une incapacité à me réguler et à vouloir maintenir un rythme trop soutenu, qui transforme le plaisir en dégoût. Faire une petite pause ne fait pas de mal, mais il conviendrait bien que celle-ci ne soit pas non plus trop longue !

D’ici là, passez une très belle journée, et continuez à faire de belles découvertes !

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

6 réflexions sur “C’est un peu calme par ici, non ?

  • 13 septembre 2021 à 19 h 52 min
    Permalien

    Une prise de distance qui s’entend et se respecte. Bonne pause, et bon anniversaire aussi.

    Répondre
  • 13 septembre 2021 à 20 h 43 min
    Permalien

    On l’a déjà évoqué dans d’autres espaces commentaires mais… tout pareil. Moins d’envie, moins de motivation, moins de temps, d’autres priorités personnelles, et évidemment le climat général de la pandémie qui m’a privé pendant trop longtemps de mes 30 à 35 séances annuelles ; un cocktail explosif qui me laisse dépérir le 7ème Café un peu malgré moi. J’ai toujours quelques articles en brouillon sous ma botte, mais ne prends jamais le temps de les rouvrir…

    Enfin bref. En tous cas, je te l’ai dit une fois il y a sans doute quelques années maintenant, mais je pense toujours : tu es mon blogueur cinéma favori, qui se rapproche le plus de ma vision de cet art et de la diversité de mes goûts. J’espère toujours revoir un jour un nouvel article popper dans mon fil et retrouver cette étincelle qui m’a plusieurs fois inspiré ;)

    Répondre
    • 14 septembre 2021 à 10 h 31 min
      Permalien

      Merci beaucoup pour ton message qui me touche ! Sache que c’est réciproque, tes écrits sont toujours très intéressants, avec une belle plume et des réflexions pertinentes, bref, tout ce dont la « blogosphère » et la « twittosphère » ciné a bien besoin !
      On est pas mal dans ce genre de situation, peut-être que l’on se réveillera tous en même temps. ^^

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :