Captain Marvel (Anna Boden et Ryan Fleck, 2019) ★★ – Critique & Analyse

Après son fameux claquement de doigts, Thanos a laissé derrière lui un univers dans le chaos, privé de la moitié de ses habitants. Comment se relever ? Qui pourra faire renaître l’espoir ? Captain Marvel, bien sûr !


Fiche du film

Affiche de Captain Marvel (2019)
Affiche de Captain Marvel (2019)
  • Genre : Action, Aventure, Science-Fiction
  • Réalisateurs : Anna Boden et Ryan Fleck
  • Année de sortie : 2019
  • Casting : Brie Larson, Samuel L. Jackson, Jude Law
  • Synopsis : Captain Marvel raconte l’histoire de Carol Danvers qui va devenir l’une des super-héroïnes les plus puissantes de l’univers lorsque la Terre se révèle l’enjeu d’une guerre galactique entre deux races extraterrestres. (SensCritique)

Critique et Analyse

Captain Marvel (2019)
Captain Marvel (2019)

Depuis la fin du dantesque Infinity War, les fans de l’univers Marvel n’attendent plus que de savoir comment les Avengers vont relever la tête et enfin triompher de Thanos, grand vainqueur du précédent opus. On veut des réponses à nos questions : comment vont revenir les héros disparus ? Que vont faire les survivants ? Qui est Captain Marvel, nouveau héros appelé par Nick Fury dans un ultime geste avant de disparaître ? Après un Ant-Man et la Guêpe assez moyen et ne cherchant pas réellement à répondre à ces questions, le 21ème film du « MCU » propose donc une nouvelle origin story sur Carol Danvers ou, plutôt, Captain Marvel.

« Avec Captain Marvel, le MCU souhaite proposer un personnage féminin fort sur les plans physiques et mentaux, et important dans la narration globale, au milieu d’un univers souvent très masculin, comme une importante partie du public. »

Déjà, le premier point différenciant ce film des autres films du MCU, c’est qu’il met en avant une femme, une première dans la franchise, Black Widow ou la Sorcière Rouge (pour ne citer qu’elles) ayant toujours été mises au second plan. Un train de retard côté Marvel, puisque DC avait déjà proposé Wonder Woman il y a deux ans, qui avait fait quelques émules, bien que le film ne m’ait pas du tout convaincu. Ici, avec Captain Marvel, le MCU souhaite proposer un personnage féminin fort sur les plans physiques et mentaux, et important dans la narration globale, au milieu d’un univers souvent très masculin, comme une importante partie du public. La quête d’identité de Carol nourrit la construction de ce personnage féminin, pour lui permettre de s’affirmer et de suivre une démarche d’accomplissement, qui représente le point fort du film.

Brie Larson dans Captain Marvel (2019)
Brie Larson dans Captain Marvel (2019)

Pour le reste, hélas, le résultat est plutôt bancal et en demi-teinte. Le film est pris entre la nécessité de donner de la consistance au personnage, de le raccrocher à l’existant, et de le préparer à la suite. Il en découle une narration souvent confuse, que l’on suit sans réellement s’évertuer à réfléchir. Par ailleurs, l’invincibilité avérée de l’héroïne, bien qu’impressionnante par moments, annule définitivement tout suspense. Un concept assez relatif quand on parle d’un film Marvel j’en conviens, mais, à aucun moment, le personnage n’est réellement dos au mur ni inquiété, nous laissant suivre simplement le film et attendre le dénouement sans trembler. Enfin, d’un point de vue cinématographique, Captain Marvel suit logiquement le cahier des charges habituel, avec de nouveaux réalisateurs à la tête du métrage mais toujours la même réalisation générique, afin de rester en accord avec le style habituel des films Marvel.

Captain Marvel ressemble, quelque part, à une longue introduction au futur Endgame, et le personnage s’apparente à un réel deus ex machina ambulant, qui vient à bout de toute opposition sans trembler, et qui se présente comme la solution miraculeuse, venue de nulle part, à la domination de Thanos, ce méchant que nous avons mis dix ans à voir enfin en action, à monter en puissance. Le constat est assez triste finalement puisque, même si nous savons que des personnages disparus dans Infinity War reviendront, la facilité dont fait preuve Captain Marvel est symptomatique du dénouement à venir, qui annule les enjeux dramatiques et l’équilibre entre forces positives et négatives qui s’était, pour une fois, penché vers le négatif. Avec une réalisation sans identité, un personnage finalement assez peu consistant, une intrigue peu passionnante quand elle n’est pas confuse, Captain Marvel fait à peine monter la sauce pour l’affrontement final, laissant tous les espoirs du côté de Endgame.


Note et avis

2/5

Pas de grande surprise devant Captain Marvel, qui suit toujours le même cahier des charges, sans réels enjeux ni suspense, s’apparentant à un deus ex machina ambulant qui viendra délivrer l’univers de Thanos, cet antagoniste que nous avions mis tant de temps à enfin découvrir.


Bande-annonce du film

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

5 pensées sur “Captain Marvel (Anna Boden et Ryan Fleck, 2019) ★★ – Critique & Analyse

  • 21 mars 2019 à 13 h 44 min
    Permalink

    Très bonne critique !
    Je ne serais cependant pas aussi catégorique quand à la qualité du film. C’est pas un des meilleurs Marvel, mais il est très bon en tant que divertissement, cool, assez beau (les scènes de combat pas trop cut, les effets visuels des pouvoirs de Cap. hyper stylés), et surtout c’est un prequel qui répond vraiment à quelques questions utiles, pas comme Solo qui nous expliquait les origines des dés ou du nom « Solo » dont on se foutait complètement.
    Brie Larson au top comme toujours, Samuel L. Jackson de même (et mention spéciale pour l’effet anti-vieillissement qui est décidément de plus en plus efficace).
    Par contre là où je te rejoins c’est que d’une part effectivement coincé entre Infinity War et Endgame, le film n’a pas du tout le même niveau sur tous les plans, loin de là, et qu’il reste un Marvel assez mineur, d’autre part que Danvers est une Mary Sue totale et que la bataille contre Thanos risque (risque !) d’être sans grands enjeux de puissance.
    Mais après tout Infinity War a réussi un tour de force en réunissant tous les héros, alors à voir, sans oublier que notre grand méchant violet préféré possède toujours les six Pierres d’Infinités qui offrent quand même des possibilités infinies, sachant que jusqu’à preuve du contraire Cap. ne maîtrise finalement que des capacités identiques à celles de la Pierre de Pouvoir. On verra dans un mois, j’ai hâte !

    Répondre
  • 24 mars 2019 à 20 h 26 min
    Permalink

    C’est assez juste, il faut bien le reconnaître, les enjeux de Captain Marvel ne sont guère passionnants. Mais ne pourrait-on pas faire le même reproche à tous les épisodes d’introduction de chaque nouveau personnage ? J’avais pourtant bien aimé « Iron Man » (mais quoi, à part la prise de conscience d’un marchand d’armes ?), bien aimé aussi « Spider-Man, homecoming » (et pourtant, on la connaît par cœur l’affaire Parker …), Docteur Strange, Ant-man, Captain America… (je laisse volontairement côté ceux qui sont des ratages à mes yeux). La question qui se pose finalement à propos de la Captain est la suivante : fallait-il lui consacrer un film ? Pas de film sur Black Widow, pas plus pour Hawkeye, La Sorcière Rouge ou Nick Fury… et pourtant ces personnages existent bel bien à travers les films collectifs qui les mettent en scène.
    Mais le plus gros problème de « Captain Marvel » est sans doute son aspect opportuniste et marketing (le féminisme), son incroyable faiblesse narrative proportionnelle à la puissance de son personnage. Ce film, qui semble sortir dans une sorte de précipitation, juste avant le cataclysmique « Endgame », perd tout charme d’émerveillement, écrasé par l’attente monstrueuse du retour du colosse ganté.
    Je gage que l’être providentiel ne sera que partie de la solution (j’imagine les scénaristes de la Maison des Idées plus malins que ça), qu’il faudra aussi compter sur plus petit que soi (ne pas oublier que le temps disparaît dans l’espace quantique) et sur d’autres peut-être encore… Sans doute faut-il aussi s’attendre à être déçus, tant l’attente se veut énorme.
    Prenons donc ce cinéma pop-corn avec philosophie, pour ce qu’il est, pour ce moment de divertissement qu’il nous apportera, pour la pérennité d’un univers pop et fantastique qui vient hélas tout juste de perdre son démiurge (cette Marvel ne pouvait pas être meilleur hommage à Stan)

    Répondre
    • 24 mars 2019 à 21 h 11 min
      Permalink

      Je pense que d’autres origin stories parvenaient à faire preuve d’une certaine tension dramatique, d’un suspense plus poussé, même si tout est relatif bien sûr, d’où ma remarque sur les enjeux.
      En effet, Captain Marvel ne sera pas l’unique solution à tout, même si elle constituera une grande partie de la solution.
      Comme tu dis, un film entier sur elle était peut-être trop, mais compte tenu de son importance pour la suite, Marvel était piégé en quelque sorte.
      Soyons donc philosophes en effet et prenons le reste comme il viendra. :)
      Merci pour cet avis détaillé en tout cas !

      Répondre
  • 24 mars 2019 à 21 h 54 min
    Permalink

    Je ne l’ai pas encore vu mais ça ne saurait tarder. Belle critique. Moi c’est « Black Panther » que j’avais trouvé en dessous de tout. Pas adhéré à ce film. Merci à toi :)

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :