Haute Pègre, Ernst Lubitsch, 1933 – Critique & Analyse

Affiche de Haute Pègre (1933)
Affiche de Haute Pègre (1933)

« Une année, un film » : Haute Pègre, réalisé par Ernst Lubitsch et sorti le 2 juin 1933

Autorisons-nous un petit retour dans le passé avec un film signé par l’un des réalisateurs emblématiques de l’époque, Ernst Lubitsch, qui fait ses premiers pas dans le cinéma parlant, après une carrière déjà ponctuée de succès lors des décennies 1910-1920 (voir la critique de La Princesse aux Huîtres de 1919).

Lubitsch nous propose ici de suivre les tribulations de Gaston Monescu, un voleur réputé et chic, qui a pour talent de s’immiscer dans les soirées mondaines pour y subtiliser quelques objets de valeur à l’insu des invités. A Venise, il rencontre Lily, une autre voleuse qui le séduit immédiatement. Ils décident d’unir leurs talents pour dépouiller Madame Colet, une riche femme célibataire, que Gaston va séduire afin de mener son entreprise, mais il va être difficile pour lui de résister, et Lily n’est jamais très loin.

Miriam Hopkins et Herbert Marshall dans Haute Pègre (1933)
Miriam Hopkins et Herbert Marshall dans Haute Pègre (1933)

Haute Pègre est un film tout à fait représentatif de son époque. Romance, élégance, finesse et tact sont au cœur de ce délicieux triangle amoureux qui pétille comme une bonne coupe de champagne. Grâce à une mise en scène particulièrement soignée, le spectateur suit avec allégresse cette histoire au rythme soutenu et enjoué. Entre mensonges et quiproquos, Ernst Lubitsch restitue un résultat aux allures de pièce de théâtre, vaste comédie où les acteurs se soustraient à leur propre identité.

Gaston est le gentleman respectueux et attentionné, mais n’est qu’un voleur compulsif qui a fondé sa fortune grâce aux nombreux larcins qu’il a commis. Lily est une femme élégante et outrageusement séduisante, mais l’appât du gain est plus fort que tout. Madame Colet, elle, est la femme riche et seule, qui ne sait que faire de tout son argent, et se laisse aisément dupé par ces individus qui, pourtant, semblaient être de bonnes fréquentations.

Haute Pègre est un film qui incarne toute l’élégance d’une époque qui, paradoxalement, était très libertaire et où le cinéma n’était pas encore règlementé, permettant à quelques répliques aux sous-entendus quelque peu tendancieux de s’immiscer, avec une élégance et une retenue toujours inimitables. Des dialogues très intelligents, une mise en scène soignée, nul doute que la maîtrise de tous ces éléments contribue grandement à la réussite qu’est ce beau film qui pétille avec finesse et humour.

Note : 8/10

Laisser un commentaire