Move The Grave (Jeong Seung-o, 2019) ★★★ : Place aux femmes

Après avoir retrouvé le chemin du drame intimiste avec Our Body, poursuivons sur cette lancée, en fin de Festival du Film Coréen à Paris, avec Move The Grave, drame familial sur la Corée d’aujourd’hui.


Fiche du film

Affiche de Move The Grave (2019)
Affiche de Move The Grave (2019)
  • Genre : Drame
  • Réalisateur : Jeong Seung-o
  • Année de sortie : 2019
  • Distribution : Jang Liu, Gong Min-jung, Lee Seon-hee 
  • Synopsis : Quatre sœurs, chacune ayant une situation familiale différente, se retrouvent pour se rendre sur l’île où leur père est enterré. La tombe de celui-ci doit être déplacée pour laisser place à la construction d’un projet immobilier. Lorsque l’oncle apprend que leur plus jeune frère n’est pas du voyage, il s’offusque de cette absence, obligeant les sœurs à se mettre en quête de leur frère. (FFCP)

Critique et Analyse

Move The Grave (2019)
Move The Grave (2019)

Nous faisons ici connaissance avec une fratrie de cinq enfants, qui reçoivent un message les informant que la tombe de leur défunt père va devoir être déplacée. Pour cela, les enfants vont retrouver leur oncle et leur tante sur une petite île isolée, où ils vivent paisiblement. Parmi ces cinq enfants, quatre sœurs, aux tempéraments très différents, qui font la route ensemble. Mais le frère manque à l’appel, refuse de donner des signes de vie, et il est hors de question, pour le vieil oncle, de prendre la moindre décision sans avis du seul homme de la fratrie. Move The Grave va alors nous montrer une famille en proie aux déchirements, aux doutes et aux remises en question.

« Move The Grave représente […] l’aspect très patriarcal de la société coréenne, et la difficulté rencontrée par les femmes pour s’y imposer. »

Move The Grave s’articule principalement autour des problématiques de communication entre les différents membres de la famille, qui se manifestent soit par de longs silences, soit par des disputes. Les sœurs ont chacune leurs soucis et leur caractère, et l’attitude de l’oncle vis-à-vis d’elle ne fait qu’envenimer la situation pour venir s’intéresser, également, aux rapports entre hommes et femmes dans la société coréenne. Dans ce film, les hommes sont soit absents, soit leur attitude est peu flatteuse. Un frère lâche et incapable d’assumer ses responsabilités, un mari pingre, un autre mari volage, si ce n’est pas deux, un fils incorrigible, et, surtout, un oncle machiste et de la vieille école. Seule la plus jeune sœur n’a pas d’homme dans son entourage, mais elle milite ardemment pour le droit des femmes. Move The Grave représente donc l’aspect très patriarcal de la société coréenne, et la difficulté rencontrée par les femmes pour s’y imposer.

Move The Grave (2019)
Move The Grave (2019)

Ainsi, le cinéaste s’attarde principalement sur les quatre sœurs, qui ont aussi leurs défauts, mais dont ceux-ci transparaissent surtout à cause de la condition de ces femmes dans la société coréenne. Pour transmettre ses messages, Move The Grave prend son temps. Il suit beaucoup les codes du cinéma européen, notamment en termes de drames familiaux, et on serait tenté de faire un parallèle avec certains canons, voire clichés, du cinéma français. Les plans sont construits, il y a un véritable travail, et un certain attachement envers les différents personnages, malgré leurs défauts, dont on a tendance à comprendre et excuser certains que d’autres.

Toutefois, la volonté du cinéaste de prendre son temps peut s’avérer accablante. Le temps passe, lentement, et souvent trop lentement. On rajoute des éléments qui ne sont pas forcément nécessaires, on étire des scènes, quitte à amoindrir l’efficacité du métrage, qui sait pourtant dire les choses, mais qui les meuble trop. Car si le discours véhiculé par Move The Grave est intéressant et, surtout, important, il perd en force et n’a pas besoin de s’étendre autant pour ce qu’il a à dire, sans que cela puisse être préjudiciable quant à sa capacité à en dire assez.


Note et avis

3/5

Le discours proposé par Move The Grave est important et pertinent, seule la forme l’alourdit et rend le film malheureusement trop long.

Bande-annonce du film (sans sous-titres)

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :