L’évadé d’Alcatraz, Don Siegel, 1979 : Récit de la mort d’une prison

Affiche de l'Evadé d'Alcatraz (1979)
Affiche de l’Évadé d’Alcatraz (1979)

Clint Eastwood. C’est déjà un bon argument pour regarder un film. Nous plongeant dans le quotidien du milieu carcéral, l’Évadé d’Alcatraz va, comme on s’y attend, nous faire suivre Clint (Frank) dans sa découverte de la prison, puis, petit à petit, dans l’élaboration d’un plan visant à s’évader de la fameuse prison dont on dit que personne n’en a jamais réchappé.

L’Évadé d'Alcatraz (1979)
L’Évadé d’Alcatraz (1979)

Le film donne d’Alcatraz une image loin du bagne horrible qu’on s’en fait. En réalité, bien que les gardes, ainsi que les dirigeants, ne manquent pas de fermeté, les activités sont assez variées et les détenus peuvent personnaliser leur cellule. Après tout, si personne ne peut s’échapper de la prison, on peut bien se permettre ça, et c’est bien ce qui permettra à Clint d’échafauder son plan, fort d’une expérience certaine dans le domaine de l’évasion.

Le schéma est classique, mais le film est intéressant à voir.

Note : 7/10.

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :