Les passagers de la nuit (Delmer Daves, 1947) – Critique & Analyse

Humphrey Bogart et Lauren Bacall, le retour du couple le plus mythique du film noir dans Les Passagers de la nuit, placé sous le signe de la seconde chance. Mais que peut-on réellement espérer lorsque le sort s’acharne ?


Fiche du film

Affiche des Passagers de la nuit (1947)
Affiche des Passagers de la nuit (1947)
  • Genre : Film Noir
  • Réalisateur(s) : Delmer Daves
  • Distribution : Humphrey Bogart, Lauren Bacall, Bruce Bennett
  • Année de sortie : 1947
  • Synopsis : Vincent Parry, condamné à perpétuité pour le meurtre de sa femme, s’évade de prison. Sur son chemin, il croise Irene Jansen, qui l’aide à passer un barrage de police. La jeune artiste peintre qui a suivi le procès est convaincue que Vincent est innocent. Recherché, Vincent décide dans un premier temps de fuir la ville avant d’avoir recours à la chirurgie esthétique. Muni d’un nouveau visage, il entreprend de retrouver le coupable. (SensCritique)

Critique et Analyse

Lauren Bacall et Humphrey Bogart dans Les Passagers de la nuit (1947)

Tout commence par une évasion, celle de Vincent Parry, condamné après avoir été accusé d’avoir assassiné sa femme. Une chasse à l’homme démarre, et nous suivons cet homme qui cherche à s’échapper. Un homme dont nous ne connaissons pas le visage, puisque tout est filmé à la première personne. C’est la spécificité des Passagers de la nuit, avec l’adoption de ce point de vue original qui crée une véritable sensation d’immersion, au-delà de servir l’intérêt du scénario, puisque la finalité est que l’évadé change radicalement d’apparence pour qu’il puisse retrouver une vie normale et mener sa propre enquête. L’homme, acculé, montre vite des signes tendant à confirmer son innocence. Son « vrai » visage est désormais associé à celui d’un tueur, mais est-ce que changer d’apparence peut réellement changer ce que nous sommes réellement ?

« Les Passagers de la nuit cueille d’emblée le spectateur avec ce choix de filmer à la première personne, avant de revenir à un format bien plus classique, que ce soit sur la forme et le fond. »

Il va sans dire que cette première partie du film, qui en représente quasiment la moitié, est une véritable curiosité. Voir cette caméra évoluer dans le décor, avec des bras qui déplacent les objets, des personnages qui regardent directement dans l’objectif, ce sont des choses relativement inhabituelles. Le spectateur d’aujourd’hui serait d’ailleurs tenté d’y reconnaître une manière de filmer et de décrire un point de vue à la manière d’un jeu vidéo. Les Passagers de la nuit cueille d’emblée le spectateur avec ce choix de filmer à la première personne, avant de revenir à un format bien plus classique, que ce soit sur la forme et le fond. En effet, lorsque la transformation est terminée, le subterfuge s’envole également. Faire languir le spectateur pendant trois quart d’heure avant d’enfin voir le légendaire Bogart était malin et même taquin, mais cela ne pouvait durer éternellement.

Lauren Bacall et Humphrey Bogart dans Les Passagers de la nuit (1947)
Lauren Bacall et Humphrey Bogart dans Les Passagers de la nuit (1947)

Une courte période de transition a lieu entre l’apparition du « nouveau » Parry, couvert de bandages, incapable de communiquer avec l’extérieur autrement qu’avec des regards ou des gestes peu exigeants, ramenant à la communication par le geste, rappelant les fondations du cinéma muet, qui resurgissent également, notamment, dans une scène de rêve. C’est l’idée d’un homme qui ne peut que se taire et qu’on ne laisse pas parler, car il a été jugé et qu’il en est ainsi, tout simplement. La suite, elle, suivra un chemin bien plus balisé. Chantage, incapacité à fuir le destin, paranoïa, mensonges… Les Passagers de la nuit suit tous les codes du film noir à la lettre, et peut-être, même, un peu trop. Les personnages se retrouvent ainsi affublés d’un rôle très fonctionnel, les enfermant dans une case qui permet d’élaborer le parfait tableau du film noir, et de faire progresser le scénario, quitte à le faire, parfois, de manière très opportuniste et facile.

Les Passagers de la nuit n’hésite pas à mener la vie dure à son personnage principal, qui ne bénéficie d’aucun répit, condamné par un mensonge, et ne pouvant faire éclore la vérité sans mettre sa propre vie en danger. Tout ce qui fait la spécificité et le charme du film noir se retrouve dans le film de Delmer Daves, mais cela manque d’originalité et de panache. Nous nous retrouvons face à un film manquant d’équilibre, avec cette première partie surprenante et novatrice, aboutissant, finalement, sur quelque chose de bien plus convenu et, parfois, un peu trop facile. L’alchimie du couple mythique Bacall/Bogart, qui concrétisera d’ailleurs ici son union, contribue à donner un certain cachet au film, qui laisse sur un sentiment d’inachevé.

Note et avis

En résumé

Les Passagers de la nuit est un film noir sympathique, qui tire surtout son épingle du jeu pour son intéressante et mystérieuse première partie en caméra subjective et pour le couple Bacall/Bogart. Le reste, ensuite, est plus convenu, et réserve moins de surprises.

Overall
6.5/10
6.5/10

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :