Cinexpress #80 – Buffet Froid (1979)

Le cinéma permet de raconter des histoires, parfois réelles, parfois fictives. Pour ce faire, les biais et les moyens sont variés. Parfois terre-à-terre, parfois plus conceptuels, les films peuvent aborder des thématiques générales et déjà traitées, mais de manière tout à fait différente vis-à-vis de leurs pairs. Avec Buffet Froid, l’évidence n’est clairement pas de mise, et elle laisse place à une fable à l’humour grinçant, surprenant, mais redoutablement efficace.

clapperboard

Affiche de Buffet Froid (1979)
Affiche de Buffet Froid (1979)
  • Genre : Comédie, Policier
  • Réalisateur : Bertrand Blier
  • Année de sortie : 1979
  • Casting : Gérard Depardieu, Bernard Blier, Jean Carmet
  • Synopsis : Alphonse rencontre un étrange inspecteur et un assassin et se retrouve entraîné dans une série de meurtres plus irréalistes les uns que les autres. (senscritique.com)

clapperboard

Gérard Depardieu et Bernard Blier dans Buffet Froid (1979)
Gérard Depardieu et Bernard Blier dans Buffet Froid (1979)

Quand on parle de comédie en parlant de Buffet Froid, il n’y a pas d’erreur, mais il faut bien relativiser le qualificatif, car on n’a certainement pas affaire à une comédie potache à l’humour léger et enjoué. Le film de Bertrand Blier fait partie de ces films difficiles d’accès et facilement repoussants si on ne s’efforce pas de chercher les sous-textes cachés derrière l’absurdité dont il fait preuve tout au long de l’intrigue. La principale clé concernant Buffet Froid est d’éviter de le prendre au pied de la lettre, au premier degré, erreur que j’ai commise lors de mon premier visionnage, tout seul devant mon écran. En le revoyant dans un cadre plus décontracté, dans une salle de cinéma, avec d’autres personnes, j’ai pu partager un grand moment de comédie et apprécier tout l’humour du film.

L’intrigue et les réactions des personnages sont absolument imprévisibles tant ils semblent agir à l’inverse de ce que l’on attend d’eux. Le chômeur simple et curieux, l’inspecteur désabusé, l’assassin effrayé… Tous ces personnages interagissent dans ce film qui se présente comme une fable satirique et noire sur une société en transformation. Ce changement se matérialise dès le début, le film situant son intrigue dans le tout nouveau quartier de la Défense, alors en construction et désert. Le futur quartier d’affaires, gris et bétonné, est en effet le cadre idéal pour montrer l’émergence d’un monde déshumanisé, plus peuplé, mais aussi, simplement, l’arrivée d’une nouvelle époque.

Bernard Bliet et Gérard Depardieu dans Buffet Froid (1979)
Bernard Blier et Gérard Depardieu dans Buffet Froid (1979)

Buffet Froid, malgré son absurdité omniprésente, fait toujours preuve de justesse, grâce notamment à des acteurs au diapason, et des échanges de dialogues fournis et pleins de sens. Le film exploite au maximum ce microcosme très restreint pour à la fois exprimer la solitude des personnages, mais aussi avoir cette apparence de fable qui lui permet de transmettre un message universel. L’incompréhension dont ils font preuve les uns les autres, leur incapacité à s’entraider, symbolisent cette société où les individus sont toujours plus proches dans l’espace, mais éloignés au niveau des rapports humains.

Buffet Froid est un film singulier, mettant en lumière des acteurs de renom qui sont au rendez-vous, qui appuie où ça fait mal et offre une vision intéressante de la société en choisissant notamment de s’affranchir des conventions pour se graver dans la mémoire du spectateur. Avec son aspect décousu et absurde, il montre que le but n’est pas tellement de développer une intrigue claire, mais de ressembler davantage à une allégorie. Comme j’en parlais récemment, Buffet Froid est tellement dans l’absurdité qu’il se heurte à notre esprit rationnel, et nous pousse malgré nous à y chercher de nombreux sens cachés. Mais il ne s’agit pas de chercher à tout comprendre. Buffet Froid est un film plein d’humour et de sens, mais qui doit s’apprécier notamment dans l’instant, et qui nous invite à nous servir à notre guise, comme dans un grand buffet.

Note : 8,5/10.

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Une pensée sur “Cinexpress #80 – Buffet Froid (1979)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :