Amadeus (Milos Forman, 1984) ★★★★ : Destruction créatrice

Confutatis… Maledictis… Flammis acribus addictis… Dans les rues de Vienne, un génie s’est éteint, et un vieil homme décati se rappelle de la conclusion d’une tragédie dont il fut l’un des principaux instigateurs. Une tragédie qui fut l’un des chapitres d’une légende, celle de Wolfgang Amadeus Mozart.


Fiche du film

Affiche d'Amadeus (1984)
Affiche d’Amadeus (1984)
  • Genre : Drame
  • Réalisateur : Milos Forman
  • Distribution : F. Murray Abraham, Tom Hulce, Elizabeth Berridge
  • Année de sortie : 1984
  • Synopsis : En 1781, un jeune homme arrive à Vienne, précédé d’une flatteuse réputation. Wolfgang Amadeus Mozart est en passe de devenir le plus grand compositeur du siècle. Réalisant la menace que représente pour lui ce surdoué arrogant dont il admire le profond génie, Salieri, compositeur officiel de la cour, tente de l’évincer. (SensCritique)

Critique et Analyse

Amadeus (1984)
Amadeus (1984)

Le terme « biopic » est généralement associé à Amadeus, pour faire de ce dernier le récit de la vie de l’illustre compositeur autrichien. Une dénomination qui n’est certes pas fausse, mais que Forman contourne astucieusement en choisissant d’adapter la pièce de théâtre de Peter Shaffer, et de raconter cette existence aussi brève qu’intense à travers le témoignage d’Antonio Salieri, compositeur italien qui eut sa propre renommée, mais qui fut, sur la durée, bien moindre que celle de Mozart. C’est d’ailleurs lui qui ouvre le film, lequel est présenté dans les dernières années de sa vie, très affaibli et, semble-t-il, rongé par un terrible secret qui le hante. Le « héros » ne semble alors pas être Mozart, mais bien Salieri, qui va ici intégrer Mozart à sa propre histoire, et montrer comment un jeune compositeur fougueux a pris une place de plus en plus grande dans son existence, au point d’être trop gênant et trop génial pour laisser au compositeur expérimenté le droit de rester sur les devants et d’avoir sa propre heure de gloire.

« Mozart et Salieri sont tous deux décrits par ce qui fait d’eux des personnages ambivalents, dont l’objectif de chacun est de créer et de réussir, avec deux manières de faire très différentes. »

Amadeus s’articule autour de la relation qui unit Mozart et Salieri, deux hommes aussi opposés que complémentaires dans leur approche de la vie et de l’art. Salieri est montré comme un homme qui n’est parti de rien, qui a grandi dans une famille où il n’avait guère d’espoir de trouver une place dans le monde de l’art. Il s’est construit et, avec ses propres moyens, a gravi les échelons pour devenir compositeur à la cour de l’empereur d’Autriche. Mozart, quant à lui, est montré comme le génie au talent inné, celui qui, dès le plus jeune âge, a atteint un niveau de maîtrise de son art encore inégalé, le tout associé à un comportement exubérant et sulfureux. Le point de vue de Salieri, qui est celui qui nous est présenté, permet de montrer en quoi la réussite de Mozart peut faire jaser, tout en mettant en perspective le ressentiment et la jalousie de Salieri et de ses pairs. Mozart et Salieri sont tous deux décrits par ce qui fait d’eux des personnages ambivalents, dont l’objectif de chacun est de créer et de réussir, avec deux manières de faire très différentes. Et c’est ce qui fait d’Amadeus un film très symbolique et puissant.

Amadeus (1984)
Amadeus (1984)

En effet, quand Salieri admirait et souhaitait aider Mozart au début, il cherche finalement à l’évincer et à le précipiter vers sa perte, en espérant retrouver la place qu’il a perdu. Salieri incarne une caste fidèle aux traditions, bien en place, qui a peur du changement et qui n’aime pas ceux qui font fi des codes et qui se moquent des traditions. Mozart est, quelque part, une projection de Milos Forman, c’est un artiste libre, guidé par une envie insatiable de créer, en suivant ses propres envies et ses propres instincts. Mais, de manière plus générale, Amadeus est une brillante réflexion sur la frontière entre création et destruction, faisant de Mozart cette sorte de génie divin, lumineux et touché par la grâce, et de Salieri ce génie diabolique, délaissé, sombre, trahi et jaloux, les deux s’associant dans l’écriture d’un ultime requiem pour leur époque. De la création naît la destruction, et de la destruction naît la création.

Cinématographiquement parlant, Amadeus a tout d’un grand film, nous immergeant dans cette Vienne de la fin du XVIIIe siècle, avec une équipe d’acteurs de renom, et un Tom Hulce jouant le rôle de sa vie. Adaptation réussie d’une pièce de théâtre, le film de Milos Forman parvient à trouver de puissants élans, notamment grâce à la musique et à la reconstitution des représentations des opéras des deux compositeurs, réussissant une parfaite association entre les arts de la scène, de la musique et de l’image. Amadeus est un film passionnant, une exploration de la soif de création dans ce qu’elle a de plus naturel et essentiel, et de la nature humaine dans ce qu’elle a de plus ambivalent et imparfait. Un film immanquable.


Note et avis

4.25/5

Amadeus, ou quand l’admiration se teinte de jalousie, quand la peur de n’être personne et les ressentiments transforment l’énergie créatrice en énergie destructrice, jusqu’à ce que les génies divin et diabolique s’associent dans l’écriture du requiem pour leur époque.

Bande-annonce du film

Quentin Coray

Quentin, 26 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

7 pensées sur “Amadeus (Milos Forman, 1984) ★★★★ : Destruction créatrice

  • 11 janvier 2020 à 10 h 47 min
    Permalink

    Quel bel article ! Le choix d’Amadeus est il lié à la rétrospective Miloš Forman qui est en cours dans certains cinémas ? Car c’est amusant mais je suis allé pas plus tard qu’hier voir son Au Feu, les Pompiers de 1967 ; l’un de ses premiers films, qui présageait déjà sa filmographie du joyeux chaos :D

    Répondre
    • 11 janvier 2020 à 15 h 47 min
      Permalink

      Merci ! :) C’est une pure coïncidence, car j’ai profité des vacances pour revoir des films et j’avais le DVD d’Amadeus qui me disait de l’œil ;)

      Répondre
  • 11 janvier 2020 à 13 h 24 min
    Permalink

    Splendide! Une chronique symphonique pour un grand film!
    La musique chez Forman tient une place majeure, ses films une véritable orchestration : le bal des « amours d’une blonde », la fanfare de « au feu les pompiers », puis « more »,… Elle dirige véritablement la tragédie de l’artiste, la statue du commandeur de Don Giovanni prête à l’engloutir dans son puits sans fond. La pièce de Shaffer prend bien des libertés sur la vérité historique mais, par le prisme de Salieri, il recrée une légende, à la fois désacralisée et magistrale. De la destruction à la création, c’est exactement cela.
    Voilà qui m’invite à publier mon propre article sur le film plus tôt que prévu. Sans doute dès demain.

    Répondre
    • 11 janvier 2020 à 15 h 48 min
      Permalink

      Je lirai cela avec grand plaisir ! Merci beaucoup en tout cas :)

      Répondre
  • 11 janvier 2020 à 13 h 28 min
    Permalink

    C’est vrai qu’il y a quelque chose d’une absurde et dingue tragédie chez Forman : la maison qui brûle au début de « Au feu,… », l’extravagant Mozart marchant vers sa perte, mais aussi Nicholson dans son nid de coucou, ou Jim Carrey dans la lune…

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :