A l’abordage (Guillaume Brac, 2021) – Critique & Analyse

Après un mois de mai bien morose, voilà que l’été semble enfin pointer le bout de son nez. Comme une envie de liberté, d’évasion, de soleil. Comme une envie de dire A l’abordage !


Fiche du film

Affiche d'A l'abordage (2021)
Affiche d’A l’abordage (2021)
  • Genre : Comédie
  • Réalisateur(s) : Guillaume Brac
  • Distribution : Eric Nantchouang, Salif Cissé, Édouard Sulpice
  • Année de sortie : 2021
  • Synopsis : Paris, un soir au mois d’août. Un garçon rencontre une fille. Ils ont le même âge, mais n’appartiennent pas au même monde. Félix travaille, Alma part en vacances le lendemain. Qu’à cela ne tienne. Félix décide de rejoindre Alma à l’autre bout de la France. Par surprise. Il embarque son ami Chérif, parce qu’à deux c’est plus drôle. Et comme ils n’ont pas de voiture, ils font le voyage avec Edouard. Evidemment, rien ne se passe comme prévu. Peut-il en être autrement quand on prend ses rêves pour la réalité ? (SensCritique)

Critique et Analyse

A l'abordage (2021) © Geko Films / ARTE France
A l’abordage (2021) © Geko Films / ARTE France

Un soir sur les quais de Seine, bondés, il y a de la musique, les gens font la fête, ils dansent. Des occasions de rencontres, d’amours d’un soir, et quand tout s’arrête le lendemain, Félix ne l’entend pas de cette oreille. Il n’en restera pas là, il faut tenter sa chance, quitte à aller à l’autre bout du pays. Une aventure se prépare, dans laquelle il embarque Chérif, son ami qui travaille dans un supermarché, et Edouard, leur chauffeur d’un trajet qui va être surpris de découvrir deux gaillards à la place des deux belles jeunes femmes qui avaient répondu à son annonce de covoiturage. Un périple qui promet d’être rocambolesque, mais qu’on démarre déjà avec le sourire.

« A l’abordage nous fait découvrir des personnages à la personnalité riche, avec leurs qualités et leurs défauts, leur côté très naturel permettant au spectateur de facilement s’identifier à eux. »

A la ville succède la campagne et ses beaux paysages, qui émerveillent nos deux citadins, notamment Félix qui se projette dans un monde de rêves, galvanisé par sa rencontre avec Alma, et son espoir de la retrouver. Si tout oppose Félix et Chérif d’un côté, et Edouard de l’autre, au risque de générer quelques conflits, une étrange complicité se crée entre les trois roublards. A l’abordage nous fait découvrir des personnages à la personnalité riche, avec leurs qualités et leurs défauts, leur côté très naturel permettant au spectateur de facilement s’identifier à eux. Et suivre leur évolution et leurs réaction face aux situations qu’ils rencontrent s’avère très intéressant et prenant.

A l'abordage (2021) © Geko Films / ARTE France
A l’abordage (2021) © Geko Films / ARTE France

Car la grande qualité du film de Guillaume Brac est sans aucun doute sa capacité à faire preuve d’authenticité, à être très fluide dans son déroulé, aucune situation n’étant vraiment forcée, tout paraissant crédible et ayant du sens. Les réactions des personnages, l’évolution de leur relation avec les autres, leur caractérisation, tout permet de créer un attachement et d’investir le spectateur dans ce conte d’été. A l’abordage n’est jamais dans la surenchère ni dans l’évidence, et on a facilement l’impression de vivre des situations auxquelles nous aurions pu être nous-même confrontés.

A l’abordage est un très beau conte d’été, beau et touchant, drôle et mélancolique, avec une riche palette de personnages souvent attachants, qu’on apprécie voir évoluer dans ce cadre solaire et chaleureux. Les acteurs, pour la plupart inconnus du grand public, livrent tous une très belle prestation, créant une vraie alchimie à l’écran, restant toujours très naturels. Parfaitement rythmé, le film ne souffre d’aucun temps mort, le tout sans jamais expédier les choses, nous faisant perdre la notion de temps au détour d’une séance. Une parenthèse estivale qui donne envie de s’évader mais, surtout, qui nous offre le parfait film d’été.

Avant une sortie en salles prévue le 21 juillet, le film est disponible sur ARTE.fr jusqu’au 26 juin 2021 : https://www.arte.tv/fr/videos/091109-000-A/a-l-abordage/

Note et avis

En résumé

On passe un très bon moment devant A l’abordage, c’est beau, c’est doux, c’est solaire, c’est authentique, c’est juste, et les personnages sont très attachants. Une parenthèse estivale qui nous emporte et qui nous touche. Juste une envie : partir en vacances !

Overall
8/10
8/10

Quentin Coray

Quentin, 27 ans, mordu de cinéma depuis le visionnage de Metropolis, qui fut à l'origine d'un véritable déclic. Toujours en quête de nouvelles découvertes pour élargir mes connaissances et ma vision du cinéma. "L'art existe et s'affirme là où il y a une soif insatiable pour le spirituel, l'idéal. Une soif qui rassemble tous les êtres humains." - Andreï Tarkovski

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :